Deux filles au sommet de leur art

Deux hockeyeuses de la région, Marie-Philip Poulin et Ann-Renée Desbiens, ont,... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Deux hockeyeuses de la région, Marie-Philip Poulin et Ann-Renée Desbiens, ont, chacune à leur façon, dominé le circuit où elles évoluent, au cours de la dernière année. Piliers de leurs équipes, les Canadiennes de Montréal et les Badgers de l'Université du Wisconsin, elles ont terminé leur saison couvertes d'honneurs individuels.

Ce qu'elles souhaitent maintenant, c'est boucler leur campagne en mettant la main sur un titre collectif. Desbiens amorce la route vers le Frozen Four avec les quarts de finale de la division 1 de la NCAA, samedi. Quant à Poulin, elle dispute la finale de la Coupe Clarkson, dimanche.

Marie-Philip Poulin: un titre et une Coupe à gagner

L'attaquante Marie-Philip Poulin a terminé la saison en... (Fournie par les Canadiennes de Montréal, Louis-Charles Dumais) - image 3.0

Agrandir

L'attaquante Marie-Philip Poulin a terminé la saison en tête des compteuses de la Ligue canadienne de hockey féminin avec 46 points en 22 matchs. 

Fournie par les Canadiennes de Montréal, Louis-Charles Dumais

À sa première saison professionnelle dans la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF), Marie-Philip Poulin se retrouve parmi les trois finalistes pour le titre de joueuse la plus utile du circuit, distinction qui sera décernée vendredi. Mais ce que l'attaquante vedette souhaite surtout, c'est de permettre aux Canadiennes de Montréal de mettre la main sur leur cinquième Coupe Clarkson, dimanche au Centre Canadian Tire, à Ottawa.

Le temps qui la sépare du match ultime ne saurait d'ailleurs passer plus lentement pour Poulin, alors que ses coéquipières des Canadiennes - dont Caroline Ouellette et Charline Labonté - et elle se préparent à affronter l'Inferno de Calgary, une équipe qui compte également son lot de noms connus sur la scène nationale, dont Hayley Wickenheiser, Rebecca Johnston et Brianne Jenner.

«C'est ce qu'on voulait depuis le début. C'était notre but et là, on est rendues là. On est vraiment excitées. C'est juste une game, alors il n'y a pas vraiment de place à l'erreur. Cette semaine, on est en grosse préparation», a indiqué Poulin.

Profitant de la puissance offensive de sa formation, la Beaucevilloise de 24 ans - elle fêtera ses 25 ans à la fin du mois - a bouclé sa saison recrue avec un championnat des marqueuses de la Ligue (trophée Angela James). Un départ canon, dont elle est la première surprise.

«Tu ne sais jamais à quoi t'attendre quand tu joins une nouvelle ligue, que tu entreprends une nouvelle saison. Des fois, tu as beau mettre tous les efforts et ça ne marche pas. Je suis très chanceuse que ça ait aussi bien été. J'avais des coéquipières magnifiques, cette année. Elles me font paraître très bien sur la glace. Je les en remercie à chaque jour!»

Meilleure visibilité

Ayant déjà fait un court séjour avec les Stars - le nom de l'équipe avant son partenariat avec le Canadien de Montréal - lorsqu'elle évoluait dans les rangs collégiaux (Dawson), Marie-Philip savait à quoi s'attendre en rejoignant la formation, après quatre saisons universitaires à Boston. Elle constate toutefois que la visibilité du club a crû depuis son association avec la formation de la LNH. Même chose pour la Ligue, qui a obtenu une vitrine inestimable, lors de la Classique hivernale de la LNH, à Foxboro, en janvier. 

«Pour nous, c'était comme un rêve d'enfant. Les filles, on était tellement excitées de pouvoir embarquer sur la glace! Juste faire le réchauffement avec nos tuques, on voyait l'excitation dans les yeux de chacun. On était toutes éblouies. Parce que c'est comme ça qu'on a toutes commencé à jouer au hockey. De pouvoir vivre ça en équipe, c'était vraiment fantastique!»

Outre la proximité de la famille, le retour à Montréal aura eu plusieurs effets positifs pour Marie-Philip, dont la possibilité de s'entraîner à l'Institut national du sport du Québec. «Moi et Charline, on s'entraîne souvent ensemble. D'avoir accès à ce nouvel institut, qui offre tous les services possibles aux athlètes, on est vraiment chanceuses», constate l'attaquante qui, après la Coupe Clarkson, s'attaquera à un autre défi, cette fois-là avec la formation nationale : le Mondial de hockey féminin, qui se déroulera à Kamloops, en avril.

***

  • Fiche en saison: 23 buts et 23 passes en 22 matchs, différentiel de + 29
  • Fiche en séries : 3 buts et 4 passes en 2 matchs, différentiel de + 6
  • Fiche des Canadiennes en 2015-2016 : 21-3 (1res CWHL)
  • Fiche de Montréal contre Calgary : 4-2

Ann-Renée Desbiens: statistiques surnaturelles

Ann-Renée Desbiens a réalisé 18 jeux blancs en... (Fournie par les Badgers du Wisconsin, David Stluka) - image 5.0

Agrandir

Ann-Renée Desbiens a réalisé 18 jeux blancs en 36 matchs cette saison. Elle en a ajouté quatre autres en séries. 

Fournie par les Badgers du Wisconsin, David Stluka

À sa troisième saison dans les rangs universitaires américains, Ann-Renée Desbiens a réécrit le livre des records de la NCAA, réalisant 18 blanchissages, dans une saison comptant 36 rencontres. Joueuse de l'année de la WCHA, elle est l'une des trois finalistes au prestigieux prix Patty Kazmaier. En route vers le Frozen Four, elle disputera le quart de finale, qui opposera ses Badgers du Wisconsin aux Lakers de Mercyhurst (CHA), à Madison, samedi.

Depuis le début des séries, Desbiens a ajouté quatre jeux blancs à sa fiche. Directement responsable de plus de la moitié des victoires de son équipe, l'athlète de 21 ans, qui affiche des statistiques surnaturelles, n'a jamais connu pareille saison auparavant.

«Ce n'est pas quelque chose à laquelle je m'attendais au début de l'année», a-t-elle humblement admis. «C'est l'année où j'ai été la plus constante. Il y a eu beaucoup de beaux moments qui sont arrivés, au cours de l'année. Et il y en a encore quelques-uns, avec le Frozen Four», a laissé entendre celle qui souhaite voir sa formation passer la demi-finale, contrairement aux deux dernières années.

Si le dicton s'avère et que les défensives remportent les championnats, les Badgers sont en bonne position pour finalement venir à bout de leurs éternelles rivales du Minnesota, leurs tombeuses en 2014 et en 2015, qu'elles ont toutefois défaites en finale de la WCHA, la semaine dernière. Leur grand nombre de blanchissages plaide aussi en faveur des Badgers!

«On est rendus à 22 cette saison, avec les séries! Alors, c'est certain qu'en tant qu'équipe, c'est assez extraordinaire. Ce n'est pas quelque chose que tout le monde est capable d'atteindre et d'après moi, c'est une marque qui va rester pendant un bout. On est dans la chambre, on en parle, et on a de la misère à croire ce qui est en train d'arriver», raconte la gardienne.

Le championnat avant tout

Au coeur de cette réussite, l'inébranlable Desbiens a reçu tous les honneurs individuels possibles, étant nommée joueuse de l'année dans son association et l'une des trois finalistes au prix Patty Kazmaier, qui sera remis à la meilleure joueuse universitaire américaine pendant le Frozen Four.

«C'est le fun d'être nommée pour ces trophées. Ce n'est pas quelque chose à laquelle on s'attend en début d'année. Il y a seulement trois finalistes à travers toutes les équipes de division 1. Comme ce n'est pas un honneur très commun, je ne me concentrais pas tant là-dessus cette année que sur ma prise de maturité, sur ma forme et mes performances. Parce que le but final, c'est vraiment de remporter le championnat de la NCAA.»

Du moins pour cette saison. À plus long terme, Ann-Renée Desbiens souhaite ajouter une médaille olympique à ses récompenses, même si elle a été écartée de la sélection canadienne en vue du Mondial de Kamloops, en avril.

«Cette année, j'avais beaucoup de projets à l'école. Je voulais appliquer pour la maîtrise en comptabilité et j'étais très occupée. Et avec les dirigeants d'Hockey Canada, on s'est entendus pour dire que ce serait préférable que je me concentre sur l'école. Je vais ravoir ma chance l'année prochaine...»

***

  • Fiche personnelle : 32-3-1
  • Moyenne de buts alloués : 0,73
  • Pourcentage d'arrêts : ,961
  • Fiche des Badgers en 2015-2016 : 34-3-1 (2es divison 1 de la NCAA)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer