Price s'alignera pour le Canada à la Coupe du monde

Carey Price... (AP, Ryan Remiorz)

Agrandir

Carey Price

AP, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est Carey Price lui-même qui a décidé, en dépit de sa blessure, s'il ferait ou non partie des 16 premiers joueurs nommés mercredi par l'équipe canadienne en vue de la Coupe du monde de cet automne.

Doug Armstrong, le dg d'Équipe, a mis cartes sur table et a présenté les options qui s'offraient à Price. «Tu es le meilleur gardien au monde, basé sur le passé récent... Veux-tu être dans cette équipe? Il a pris quelques semaines pour y penser», a-t-il raconté, mercredi. 

«C'est un gros tournoi pour le hockey, mais Price est également important pour le Canadien», a ajouté Armstrong.«On en a tenu compte dans le processus. On voulait s'assurer qu'il soit à l'aise avec tout ça.»

Aux yeux de Marc Bergevin, un des bras droits d'Armstrong au sein de l'équipe canadienne, le Tricolore doit demeurer la priorité. «Si nous jugeons que participer à ce tournoi pourrait menacer sa santé, nous lui dirons de ne pas y aller. Mais le tournoi est au mois de septembre et il reste beaucoup de temps d'ici là.

«Le Canadien est la priorité. Carey est d'accord avec ça, Geoff Molson et moi aussi, évidemment, de même que Hockey Canada. Nous sommes tous sur la même longueur d'onde. Mais rien ne nous permet de croire en ce moment qu'il ne pourra participer à la Coupe du monde avant de rejoindre le Canadien après cela.»

Pacioretty sélectionné

Trois autres joueurs du CH ont été sélectionnés parmi les 16 premiers choix de leur nation respective en vue de la Coupe du monde : Max Pacioretty (États-Unis), Andrei Markov (Russie) et Tomas Plekanec (République tchèque). Pacioretty dit avoir beaucoup de choses à prouver au sein de la sélection américaine, avec laquelle il a eu des résultats mitigés par le passé.

«Être nommé dès maintenant représente un grand honneur et ça me donne plus de motivation pour montrer quel genre de joueur je peux être», a dit le capitaine du CH. «J'espère jouer un rôle accru, mais je vais devoir le mériter. C'est une équipe bâtie pour un seul tournoi et les résultats devront être immédiats. D'après les discussions que j'aie eues, je sais que j'aurai une occasion, mais ce genre de chose ne revient pas d'emblée à quelqu'un.»

Pacioretty estime être en meilleure posture pour prendre des responsabilités accrues au sein de Team USA en raison de la contribution de Bergevin et de Michel Therrien, qui l'ont aidé à devenir un joueur plus responsable et plus complet depuis Sotchi. C'est peut-être aussi ce qui a séduit les dirigeants de la formation américaine, qui, en dépit de sa production à la baisse, ont aimé ce qu'ils ont vu.

«Après la chute du Canadien, on a continué à le surveiller», confirme Paul Holmgren. «C'est l'un des meilleurs ailiers gauches de la LNH. Il a un bon gabarit, il apporte de la vitesse et il marque des buts. Il ne faut pas juste regarder la saison, mais l'ensemble de son travail.»

Par ailleurs, Pacioretty verrait d'un bon oeil la participation de Price à la Coupe du monde. «Il a raté beaucoup de hockey, cette saison, et s'il y participe, ce sera bon pour lui de pouvoir disputer quelques matchs. Il en a raté tellement cette année.»

Même recette pour le Canada

L'équipe qui représentera le Canada à la Coupe... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

L'équipe qui représentera le Canada à la Coupe du monde devrait drôlement ressembler à celle qui a raflé la médaille d'or aux JO de Sotchi en 2014. Patrice Bergeron et Sidney Crosby, entre autres, seront de l'aventure encore une fois. 

Photothèque Le Soleil

Aux Jeux de Sotchi, Équipe Canada a livré une des performances collectives les plus impressionnantes de l'histoire. La direction de l'équipe a peut-être changé depuis, mais l'entraîneur-chef Mike Babcock est toujours en place. C'est pourquoi l'équipe qui représentera le pays cet automne à la Coupe du monde devrait drôlement ressembler à celle qui a remporté l'or olympique en 2014.

Des 16 joueurs confirmés mercredi, seulement quatre n'étaient pas à Sotchi. Et encore là, il importe de nuancer. L'un de ces quatre nouveaux, Steven Stamkos, était blessé et n'avait pas pu récupérer à temps. En santé, il aurait assurément fait partie de l'équipe.

Deux autres nouveaux visages sont les adjoints de Carey Price, soit Braden Holtby et Corey Crawford. À Sotchi, Price avait joué tous les matchs sauf un. Roberto Luongo avait été le partant pour ce match, tandis que Mike Smith n'avait pas joué une seule minute. Et à voir le traitement réservé à Price - la décision de faire partie de la première sélection lui appartenait - et considérant son expérience olympique, il y a lieu de croire que ce scénario pourrait se répéter, si le numéro 31 est en santé.

Bref, le seul réel nouveau visage est Tyler Seguin. L'attaquant des Stars de Dallas produit à un rythme supérieur à un point par match depuis trois saisons, et s'est donc imposé comme un choix logique. Il retrouvera son compagnon de trio Jamie Benn, qui avait causé une certaine surprise en se taillant une place il y a deux ans.

Ce duo est toutefois formé au détriment d'un autre, pour le moment. Ryan Getzlaf a certes eu droit à sa place dans l'équipe, mais son éternel acolyte, Corey Perry, devra quant à lui attendre au 1er juin avant de connaître son sort.

Forte défensive

C'est surtout défensivement que la performance canadienne à Sotchi avait été renversante. Équipe Canada avait étouffé ses adversaires à chacun des six matchs, et n'avait accordé que trois buts au cours du tournoi. Il ne faut donc pas s'étonner de revoir les mêmes visages à la ligne bleue : Drew Doughty, Duncan Keith, Marc-Édouard Vlasic et Shea Weber.

«On a regardé le groupe de défenseurs de Sotchi, c'était peut-être le meilleur groupe de l'histoire des compétitions internationales», a rappelé le dg Doug Armstrong. «La synergie de ces quatre joueurs était très forte.»

Pour le moment, Alex Pietrangelo et Jay Bouwmeester, coéquipiers à St. Louis, ont été écartés, tout comme Dan Hamhuis, qui a considérablement ralenti depuis Sotchi. Sans oublier P.K. Subban.

Les joueurs exclus pour le moment devront donc connaître un bon printemps afin de forcer la main aux dirigeants. Dans ces circonstances, les joueurs d'équipes éliminées qui songeraient à faire l'impasse sur le Championnat du monde risquent-ils de perdre des points?

«On ne veut pas mettre de pression ou forcer des joueurs à participer à un événement», a dit Armstrong. «L'important, c'est d'évaluer les joueurs pendant la saison et quand les projecteurs sont allumés : en séries et au Championnat du monde. On veut des joueurs qui ont faim, qui veulent jouer au hockey et qui veulent représenter leur pays.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer