Dix ans plus tard, personne n'a oublié le but d'Ovechkin

Le 16 janvier 2006, Alex Ovechkin marquait un... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le 16 janvier 2006, Alex Ovechkin marquait un but mémorable contre les Coyotes de Phoenix.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Arlington

De la galerie de presse de l'aréna de Glendale, George McPhee observait son jeune joueur étoile. Alexander Ovechkin, accroché par le défenseur des Coyotes, Paul Mara, a contre toute attente réussi à marquer d'un angle presque impossible alors qu'il était tombé sur la glace, pratiquement dos au filet. McPhee, qui était alors directeur général des Capitals de Washington, s'est dit dans sa tête: «Ce but va faire du bruit.»

Survenu il y a 10 ans, le 16 janvier 2006, ce but continue effectivement de faire du bruit et a démontré les habiletés pratiquement illimitées d'Ovechkin, alors âgé de 20 ans. «On pouvait sentir qu'une super étoile allait naître», raconte son coéquipier Brooks Laich.

«Ce but est survenu alors que Wayne Gretzky, le meilleur joueur de tous les temps, dirigeait l'équipe adverse, et ce jeune joueur réalise devant lui un jeu qui annonçait qu'il allait devenir une vedette», ajoute Laich. «C'était comme dire à Gretzky: "Je suis la vedette de la prochaine génération." C'est la sensation qu'un peu tout le monde a eue ce soir-là.»

Sur les 501 buts inscrits par Ovechkin depuis le début de sa carrière, il y en a eu plusieurs spectaculaires, mais aucun ne l'a été plus que celui-là. À l'époque, «Ovi» avait déclaré que c'était le plus beau but de sa vie. Et il continue encore de le croire aujourd'hui. «Évidemment, j'ai été un peu chanceux, mais je vais le prendre. Ce but, c'est un rêve qui se réalisait: j'étais dans la LNH, j'ai marqué ce but spécial et Wayne Gretzky était là pour le voir.»

Quant à Gretzky, qui en était à sa première saison derrière le banc des Coyotes, il n'a pas manqué de souligner l'exploit de l'étoile montante. «Alors qu'il revenait au banc, Gretzky lui a dit: "Beau but" lorsqu'il est passé devant lui», affirme Glen Hanlon, l'entraîneur-chef des Caps à ce moment. «Les joueurs sur les deux bancs n'en revenaient pas.»

Le «Great One» avait d'ailleurs louangé Ovechkin après la rencontre, remportée 6-1 par les Capitals. «C'est un joueur phénoménal. C'était beau à voir.» Tout un compliment venant de celui qui a inscrit un sommet de 894 buts en saison régulière pendant sa carrière.

«C'est ridicule»

Victime du fameux but, le 32e - sur 52 - d'Ovechkin cette année-là, Brian Boucher s'attendait à ce que l'attaquant se dépêche à lancer avant de tomber sur la glace, mais a eu finalement la surprise de sa vie en voyant son adversaire marquer de cette posture ô combien inhabituelle.

«Quand j'ai vu la rondelle dans le but, j'étais furieux et je me suis dit: "C'est ridicule. Comment a-t-il fait pour marquer?" Sur le coup, je ne crois pas que tous les fans ont pleinement réalisé à quel point ce but était incroyable. Je me souviens que quand ils ont présenté la reprise sur l'écran, la foule s'est écrié "Wouah!"»

De son côté, Laich croit plutôt se rappeler qu'un silence d'émerveillement s'est répandu dans l'amphithéâtre.

Capitaine des Capitals en 2005-2006, Jeff Halpern ne jouait pas ce soir-là en raison d'une blessure à un genou. Il se souvient qu'à la télé, l'analyste Darren Pang, un ancien gardien de la LNH, s'affairait à tenter d'expliquer le but aux téléspectateurs. «Comme tout le monde, les gars à la télé n'arrivaient pas à comprendre comment il avait fait pour compter ce but. J'entendais "Panger" s'extasier à l'écran à chaque fois que le but était présenté en reprise.»

D'ailleurs, même Ovechkin a senti le besoin de revoir le but pour vraiment y croire. «Il n'a pas abandonné sur le jeu», mentionne simplement McPhee. «C'est pourquoi c'est un bon marqueur: il a un excellent lancer et il veut toujours compter des buts. Il en veut toujours plus.»

Crosby éclipsé

À la fin de la saison, Ovechkin avait remporté le trophée Calder, remis à la recrue de l'année, devant Sidney Crosby. Au début de la saison, les projecteurs étaient braqués sur Crosby, considéré comme LE joueur de la future génération, mais il semble que «Le but» a vraiment fait tourner le vent en faveur du franc-tireur russe.

Dix ans plus tard, Ovechkin a rejoint le club des marqueurs de 500 buts et a remporté trois fois le Trophée Hart, décerné au joueur le plus utile de la LNH. Et, 10 ans plus tard, les compilations des plus beaux buts mettent encore et encore en vedette Ovechkin, sur le dos, qui inscrit le but par lequel il annonce qu'il sera une étoile.

Le gardien qui a accordé le but, lui, n'est plus fâché lorsqu'il revoit ce moment magique. «Dans la rubrique "Plus beaux buts", celui-là sera toujours dans le top-10. Même si je suis la victime, c'est toujours cool de revoir ce but», confie Boucher, bon perdant.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer