Pourquoi si peu de Noirs au hockey?

Amoureux de hockey depuis l'enfance, Damon Kwame Mason... (La Presse Canadienne, Chris Young)

Agrandir

Amoureux de hockey depuis l'enfance, Damon Kwame Mason a produit un documentaire qui analyse l'apport des athlètes noirs dans le hockey, des mineures jusqu'à la LNH, et qui s'attarde également à rappeler l'héritage de ces joueurs qui ont réussi à briser la barrière raciale pour laisser leur marque sur la patinoire.

La Presse Canadienne, Chris Young

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Amoureux de hockey depuis l'enfance, Damon Kwame Mason n'a pu s'empêcher au cours des dernières années de remarquer l'absence de minorités visibles dans la LNH. «Je me suis souvent demandé : ''Pourquoi est-ce qu'il n'y a pas plus de joueurs noirs dans cette ligue en ce moment?''» explique le natif de Toronto, qui n'a joué au hockey que deux ans, mais qui a grandi en suivant les exploits de son idole : Guy Lafleur.

Dans le documentaire Soul on Ice : Past, Present & Future, le producteur analyse l'apport des athlètes noirs dans le hockey, des mineures jusqu'à la LNH. Le documentaire, qui a remporté des prix, s'attarde également à rappeler l'héritage de ces joueurs qui ont réussi à briser la barrière raciale pour laisser leur marque sur la patinoire. 

Mercredi, Mason tiendra un visionnement privé de son film en compagnie du commissaire de la LNH, Gary Bettman, et de Ted Leonsis, propriétaire des Capitals de Washington. Les retraités Grant Fuhr, Anson Carter, Kevin Weekes et Willie O'Ree - le premier Noir à avoir joué dans la LNH - font également partie des invités. Cet événement lancera plusieurs activités qui marqueront le Mois de l'histoire des Noirs, en février, activités qui se poursuivront en mars dans le cadre du Mois du hockey pour tous.

C'est lorsqu'il est déménagé à Edmonton en 2005 pour travailler comme animateur radio que Mason a commencé à s'intéresser plus particulièrement au sujet de son documentaire. D'ailleurs, il s'est lié d'amitié avec l'ex-bagarreur Georges Laraque, qui portait l'uniforme des Oilers à ce moment, et avec qui il a co-animé une émission.

Une ligue à Halifax en 1895

En commençant ses recherches, Mason a été d'abord surpris d'apprendre l'existence de la Colored Hockey League des Maritimes, formée à Halifax en 1895, soit 22 ans avant la naissance de la LNH. «J'ai été sous le choc de découvrir ça et je me suis dit : ''Si je ne savais pas ça, combien de Canadiens l'ignoraient également? Combien de Noirs canadiens ignoraient ce fait?''»

Même Fuhr, ex-gardien de but maintenant membre du Temple de la renommée, a affirmé qu'il ne savait rien au sujet de cette ligue et qu'il a été fasciné de parcourir l'histoire du circuit. «Ça démontre que le hockey a toujours été un jeu ouvert à tous, mais que plusieurs gens ne le réalisent pas», a souligné celui qui a remporté cinq fois la Coupe Stanley avec les Oilers.

Passage par Québec

Le film nous en apprend aussi davantage au sujet de Herb Carnegie, que Mason a réussi à interviewer un peu plus d'une semaine avant sa mort, en 2012. 

Carnegie, qui s'est aligné avec les As de Québec de 1949 à 1953, est venu bien près de devenir le premier Noir à jouer dans la LNH. Les Rangers de New York l'avaient invité à leur camp d'entraînement en 1948 et lui ont ensuite offert la chance d'évoluer dans leur club-école. Il a toutefois décliné l'offre, jugeant que le salaire offert était trop bas et qu'il était ainsi victime de discrimination. Finalement, c'est O'Ree, qui a aussi porté les couleurs des As, qui a brisé la glace avec les Bruins de Boston en 1957-1958. 

Quant à Val James, qui a joué avec les Remparts de 1975 à 1977, premier Noir né aux États-Unis à évoluer dans la LNH, il affirme que c'est sa famille et ses coéquipiers qui l'ont encouragé à persévérer. À ce sujet, le natif de la Floride, qui a joué avec les Sabres et les Maple Leafs dans les années 80, n'a pas hésité à dire que «sans tous ces gens pour me supporter, je me serais probablement dit à un moment donné : ''Pourquoi devrais-je endurer tout ça?''» 

La famille Subban

Plus près de nous, on peut également voir dans le documentaire la famille Subban : Karl et ses fils P.K., défenseur étoile du Canadien, et Malcolm, qui garde les buts dans l'organisation des Bruins.

Les histoires de Wayne Simmonds (Flyers) et de Joel Ward (Sharks) démontrent également que si la présence des Noirs est normale au hockey, ceux-ci ne sont pas encore tout à fait à l'abri de gestes racistes de la part d'amateurs. 

Plusieurs se souviennent sûrement de ce match hors-concours à London (Ont.), en 2011, où Simmonds s'était fait lancer une banane par un spectateur. Quant à Ward, qui s'alignait en 2012 avec les Capitals, a été victime de menaces sur Twitter lorsque son but avait éliminé les Bruins en séries cette année-là. 

«Tous ces gens dans le documentaire auraient pu abandonner, mais ils ont choisi de continuer à marquer des buts, à être des gagnants. Voici un bel exemple pour montrer à notre jeunesse ce que c'est de vaincre l'adversité», conclut Mason.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer