Domi et Duclair font rêver

Un peu comme il l'a fait avec les... (AP, Jay LaPrete)

Agrandir

Un peu comme il l'a fait avec les Rangers en début de saison l'an dernier, Anthony Duclair s'attire les éloges de ses patrons des Coyotes qui adorent son désir d'apprendre.

AP, Jay LaPrete

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

(Montréal) L'avenir des Coyotes de l'Arizona, du moins sur la glace, s'annonce fort prometteur avec de jeunes espoirs de la trempe de Max Domi et d'Anthony Duclair.

Le jeune Domi, fils de l'ancien redresseur de torts Tie Domi, connaît des débuts fracassants dans la LNH, à l'âge de 20 ans. À ses 18 premiers matchs, il s'est forgé une fiche de huit buts et de huit passes pour 16 points. Il est largement en avance sur son père qui a récolté son 16e point en carrière à sa quatrième saison dans la Ligue!

Un des meilleurs joueurs de première année dans la Ligue, le patineur natif de Winnipeg profite de l'absence prolongée de Connor McDavid afin de s'inviter dans la lutte pour l'obtention du trophée Calder.

«J'ai joué contre son père à mes débuts dans la Ligue, a rappelé le joueur de centre Antoine Vermette, mardi, à l'issue de la séance d'entraînement des Coyotes au Centre Bell. On parle ici de deux joueurs aux styles très différents, on n'apprendra ça à personne», a-t-il ajouté, avec le sourire.

Plus doué que papa

Trapu et ayant la même bouille rieuse, Max Domi ressemble énormément à son père physiquement. Mais il est nettement plus doué. On le taquine à l'occasion en lui demandant s'il n'a pas hérité du talent de sa mère.

«Ma mère est formidable, mais elle n'est pas une joueuse de hockey, a répondu Domi, qui est très à l'aise en entrevue. Mon père n'était pas un vilain joueur de hockey. Il était habile et il pouvait obtenir sa part de points. On ne lui accorde pas tout le mérite qui lui revient», l'a-t-il défendu.

Le jeune Max n'aura en tout cas pas à composer avec des comparaisons avec Tie, dont la réputation reposait principalement sur ses talents de pugiliste.

«Il est vraiment bon, a argué Vermette en parlant du fils. Son coup de patin est impressionnant. Il est explosif, très habile et il a du caractère. Le vent de renouveau au sein de l'organisation passe par lui. Il apprend vite tant sur la glace qu'à l'extérieur. Il est apprécié de ses coéquipiers. Il possède une bonne attitude et il travaille fort.

«C'est rare de voir un jeune de son calibre. En espérant qu'il poursuive son ascension.»

Pas intimidé

L'entraîneur des Coyotes Dave Tippett voit très grand pour Domi, qui a côtoyé les espoirs du Canadien Jarred Tinordi et Michael McCarron lors de son fructueux passage chez les juniors avec les Knights de London, dans la Ligue de l'Ontario.

«Il a encore beaucoup de choses à apprendre, mais il est très bon pour nous jusqu'à maintenant, a dit l'entraîneur. C'est un jeune homme très dynamique. Il n'est aucunement intimidé par la situation.

«Il possède tous les atouts afin de s'établir comme un joueur de premier plan dans la Ligue. Il comprend tous les efforts qu'il devra faire et le niveau d'engagement qu'il devra atteindre. Mais il nous montre être prêt à s'imposer tous les sacrifices», a souligné Tippett.

L'autre larron

Le Montréalais Duclair fait également flèche de tout bois. L'ancien attaquant des Remparts de Québec a repris dans la LNH là où il avait laissé chez les Rangers de New York, la saison dernière, avant d'être retourné dans les rangs juniors.

Domi et Duclair se sont amusés comme larrons en foire sur la glace en début de saison. Les deux jeunes attribuent les succès qu'ils connaissent ensemble à l'amitié qui les lie à l'extérieur. Une amitié qui s'est créée avant même qu'ils ne se retrouvent au sein de la même organisation.

Domi a été le premier choix de l'équipe (12e au total) en 2013 tandis que Duclair a été acquis des Rangers dans l'échange du défenseur Keith Yandle.

«Je suis quelque peu surpris des succès que nous connaissons, a admis Duclair, qui a fait le saut directement du junior. Personnellement, j'accorde beaucoup de mérite aux vétérans qui m'ont facilité la tâche. Le capitaine Shane Doan, Antoine [Vermette] et d'autres n'hésitent jamais à nous parler. Ils veulent nous aider. À New York, la saison dernière, ç'avait également été le cas, avec des gars comme Martin St-Louis, Derick Brassard et Rick Nash.»

L'entraîneur Tippett ne veut pas trop utiliser les deux jeunes ensemble, préférant les jumeler à des vétérans.

«Ils jouent principalement ensemble en supériorité numérique et parfois à égalité numérique. Nous voulons faciliter leur apprentissage en les associant à des vétérans.»

Vermette, le modèle

Le retour de Vermette, qui est allé enrichir son palmarès de la conquête de la Coupe Stanley en juin dernier, s'est inscrit justement dans la philosophie de l'équipe de bien encadrer les jeunes.

«Les jeunes ont besoin de bons vétérans afin de leur montrer la voie, a résumé Tippett. Vermette est un formidable modèle à avoir pour eux.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer