Crosby doit se sortir lui-même du trou

Sidney Crosby est le premier à reconnaître ses... (AP, Don Wright)

Agrandir

Sidney Crosby est le premier à reconnaître ses torts. Et à dire que c'est à lui de trouver les solutions pour retrouver sa touche magique en zone offensive.

AP, Don Wright

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Son coéquipier de longue date chez les Penguins de Pittsburgh Pascal Dupuis a balayé la question du revers de la main : il ne croit pas que la disette de Sidney Crosby doive trop alimenter les discussions. «Vous traversez des léthargies comme ça même quand vous êtes une super-vedette», a-t-il noté.

À moins que vous ne soyez Sidney Crosby. Après 11 rencontres, Crosby n'a marqué qu'un but et récolté seulement cinq points, de loin son pire début de saison en 11 ans de carrière et l'une de ses pires séquences depuis son arrivée dans la LNH. Dire qu'il n'est pas habitué à ce genre de disette tient de l'euphémisme.

Au lieu de se cacher derrière la série de victoires des Penguins ou de chercher des excuses, Crosby a insisté pour dire que c'était à lui de se sortir d'impasse, et plus tôt que tard. «Je ne crois pas que vous puissiez accepter de ne pas marquer», a déclaré Crosby après l'entraînement des Penguins, dimanche, à Toronto. 

«En équipe, nous avons trouvé des solutions. Individuellement, les tirs sont de qualité, mais il vaut mieux avoir un tir et un but que cinq tirs et aucun but. Vous devez trouver une façon de concrétiser vos chances et ça, ça me revient. Je dois trouver une façon de marquer», a-t-il ajouté.

Stoppé par les Leafs

Crosby semblait sur le point d'exploser jusqu'à ce qu'il n'obtienne aucun lancer contre les Maple Leafs, samedi. Il avait obtenu au moins trois lancers dans chacun des cinq matchs précédents et une panoplie d'occasions de marquer qui ont donné confiance à ses coéquipiers.

«Il a obtenu quelques occasions dans chacun de ces matchs», a indiqué Evgeni Malkin. «Mais la rondelle n'entre pas dans le filet. Il joue un peu de malchance par les temps qui courent, mais il demeure le meilleur joueur sur la patinoire à chaque rencontre. Peut-être qu'il n'a qu'à jouer de façon plus relaxe. Il reste plusieurs matchs. C'est une longue saison.»

En carrière, Crosby a marqué dans une proportion de 14,3 % de ses lancers. Il ne conservera pas ce taux de 3,3 % toute la saison. Avec des ailiers comme Dupuis, Patric Hornqvist, Chris Kunitz, Phil Kessel et David Perron, il amassera sa part de mentions d'assistance.

Pour l'instant, Crosby se concentre à générer des occasions de marquer et à tenter d'en profiter. «Ce n'est pas garanti que ces occasions se transformeront toutes en buts, mais il faut tout de même en générer», a-t-il dit.

Les Penguins ont un excellent taux de réussite à ce chapitre ces temps-ci, avec quatre victoires consécutives et sept en huit matchs depuis leurs trois défaites d'affilée subies en début de saison. Quatorze joueurs différents ont marqué et ces victoires pourraient empêcher la frustration de Crosby d'avoir le dessus. Toute l'attention sera portée vers lui lors du prochain voyage dans l'Ouest des Penguins, qui affronteront les Canucks de Vancouver mercredi, les Oilers d'Edmonton, vendredi, et les Flames de Calgary, samedi.

«Regardez les Ryan Getzlaf, Corey Perry, Sid : c'est difficile de marquer dans cette ligue, a dit Dupuis. Mais ils ont démontré qu'ils sont capables de le faire. Ce n'est qu'une question de temps.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer