La KHL et ses désagréables surprises

Mark Dekanich n'a joué que 50 minutes devant... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Mark Dekanich n'a joué que 50 minutes devant le filet des Predators de Nashville de la LNH en 2010. Il a roulé sa bosse dans les mineures avant de tenter sa chance dans la KHL.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Moscou

Le gardien canadien Mark Dekanich voulait «voir le monde» tout en jouant dans la Ligue continentale (KHL) en Russie. Mais aujourd'hui, il se morfond chez lui à Vancouver en attendant de toucher des salaires impayés.

La KHL ambitionne d'attirer les amateurs de hockey européens, et mise sur d'anciennes vedettes de la LNH comme Ilya Kovalchuk. Mais la vie dans cette ligue peut apporter des surprises désagréables pour les joueurs étrangers.

Le gouvernement russe peut modifier les règlements de la KHL au gré de ses fantaisies, obligeant subitement les joueurs étrangers à quitter leurs équipes, et l'instabilité financière entraîne souvent la suspension des salaires.

Dekanich est l'un des 15 joueurs qui cherchent à toucher des salaires impayés. Dans son cas, le tout remonte aux mois où il jouait pour le club croate Medvescak Zagreb.

«Ils me doivent plus de deux mois de salaires impayés, ainsi qu'une compensation pour ne pas avoir respecté la clause d'équipement à mon contrat», a-t-il raconté dans un courriel. «Ma femme et moi avons l'intention de fonder une famille et ne pas avoir l'argent que j'ai légitimement gagné et qui m'est dû a certainement eu un impact sur nos décisions financières dans le présent et le proche avenir.»

Medvescak ne conteste pas qu'elle doit de l'argent à Dekanich et à d'autres joueurs même si elle paie les salaires des joueurs actuels dans leur intégralité. Dekanich soutient qu'il a rejeté la proposition de paiement du club puisqu'il n'aurait touché les montants réclamés en totalité qu'en juillet 2016, soit plus d'un an après qu'ils étaient dûs. Dekanich affirme qu'il ne nourrit pas de ressentiment envers la ligue, «seulement envers mon ancien employeur.»

Âgé de 29 ans, Dekanish est le cas type des nombreux Nord-Américains dans la KHL, un vétéran du hockey collégial et des clubs affilés de la LNH qui cherche le succès à l'étranger. Il n'a joué que 50 minutes dans la LNH avec les Predators de Nashville en 2010.

Pas d'argent à Sotchi

Des joueurs étrangers ont également connu un arrêt de salaire la saison dernière avec le HC Sotchi, un élément important de l'héritage sportif des Jeux olympiques d'hiver de 2014. Deux Américains et deux Canadiens se trouvaient sur la liste de joueurs qui n'ont pas été payés pendant plusieurs mois à partir de janvier. Le dossier s'est réglé seulement «au courant du mois de juillet», selon le président du syndicat des joueurs de la KHL, Andrei Kovalenko.

Les problèmes à Sotchi, dont l'équipe a attiré certaines des plus importantes foules de la ligue la saison dernière, soulignent un autre défi de la KHL. La popularité ne suffit pas à payer les factures au sein d'une ligue où plusieurs clubs, même ceux à l'extérieur de la Russie, comptent beaucoup sur l'argent du gouvernement russe, que ce soit par l'intermédiaire d'entreprises publiques ou des gouvernements régionaux. Sans ce financement, plusieurs clubs seraient financièrement instables, puisque la masse salariale de la KHL est systématiquement bien au-dessus des revenus des clubs.

L'équipe tchèque Lev Prague s'est retirée de la ligue en évoquant des problèmes financiers l'an dernier, peu de temps après avoir atteint la finale de la Coupe Gagarin et attiré des foules records.

Les salaires des clubs russes, qui représentent 22 des 28 équipes de la ligue, sont payés en roubles, la devise russe, qui a perdu près de la moitié de sa valeur par rapport au dollar au cours des 18 derniers mois.

L'influence prépondérante du gouvernement russe sur la KHL a incité la ligue à se montrer sensible à ses exigences de modifier les règlements pour aider l'équipe nationale russe.

Tout est mis en oeuvre pour offrir à l'équipe russe une fenêtre pour se préparer pour les grands matchs internationaux, et le nombre de joueurs étrangers au sein des clubs russes est strictement limité par la loi dans l'espoir que cela contribue à l'émergence du talent local.

C'est devenu un sujet d'autant plus épineux politiquement parlant après l'humiliant échec du pays hôte de la Russie à remporter une médaille aux Jeux olympiques de Sotchi de l'an dernier, quand le président russe Vladimir Poutine a prétendu que les joueurs étrangers avaient pris le temps de glace des jeunes Russes dans la KHL.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer