Sean Couturier et sa bande enfin couronnés au Boot Camp

Battus en prolongation en finale, l'an dernier, les... (Photo fournie par Jimmy Pearson)

Agrandir

Battus en prolongation en finale, l'an dernier, les joueurs de la formation TaxUS de Sean Couturier ont eu raison des favoris de la foule, l'équipe Mitsubishi de Patrice Bergeron, de Marc-Édouard Vlasic et de David Desharnais.

Photo fournie par Jimmy Pearson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le dicton dit : jamais deux sans trois, mais n'en parlez pas à Sean Couturier. Le capitaine de la formation TaxUS, qui avait connu la défaite en finale à ses deux dernières participations au Boot Camp, a été couronné joueur du tournoi, dimanche après-midi, soulevant le gros trophée dans une victoire de 7-4 des siens contre l'équipe Mitsubishi de Patrice Bergeron.

«L'an dernier, on avait perdu en prolongation, c'était crève-coeur. Ça fait du bien de gagner», a reconnu Couturier, tout sourire à sa sortie du vestiaire. Le capitaine s'était entouré de la plupart des mêmes éléments que l'an dernier, notamment les espoirs du Canadien Gabriel Dumont et Michaël Bournival, l'ex-Drakkar Gabriel Bourque et le défenseur de Québec Jérome Gauthier-Leduc.

«On avait une belle équipe, c'est plaisant de voir à quel calibre on se situe au milieu de l'été», s'est réjoui Bournival après le match. La commande était grosse en finale pour l'équipe TaxUS, qui faisait face au trio de favoris de la foule formé de Bergeron, Desharnais et Vlasic. Les trois hommes, qui n'ont toujours pas réussi à remporter le Boot Camp en quatre participations, n'ont pas lésiné longtemps dans le vestiaire après la rencontre. Même dans ce tournoi amical, la défaite semble dure à digérer. «On est tous des compétitifs», a expliqué Couturier.

Taillés sur mesure

«Les vainqueurs n'avaient peut-être pas la plus grosse formation sur papier, mais ils jouent très bien ce genre de tournoi-là. Il faut leur lever notre chapeau», a salué l'homme derrière le Boot Camp, Cédric Desjardins. Le gardien assure que le calibre de jeu offert aux amateurs à l'aréna de Sainte-Foy, cette année, est le plus fort qu'il ait vu depuis la création de l'événement caritatif.

«C'est le meilleur tournoi du genre en Amérique du Nord, ce sont les gars qui le disent. La rapidité d'exécution se rapproche des matchs de la Ligue nationale, a-t-il souligné. Évidemment, certains ont de la difficulté à s'adapter au hockey sans contact, mais ça donne beaucoup de place à d'autres, plus habiles, pour faire de beaux jeux.»

Les joueurs présents n'avaient que de bons mots sur leur fin de semaine au moment de quitter le tournoi. «C'est bien organisé, c'est pour une belle cause et c'est un très bon calibre. C'est parfait pour se remettre en forme avant les camps d'entraînement», a expliqué Sean Couturier.

Le bouche-à-oreille à propos du Boot Camp à travers la Ligue nationale semble porter ses fruits. D'abord créé pour le noyau de hockeyeurs professionnels de Québec, le tournoi accueillait cette année de nombreux Ontariens et Américains. Desjardins a même dû refuser quelques bons joueurs de la LNH.

L'ancien gardien de but des Remparts voit grand pour l'avenir du Boot Camp. «On va mettre le paquet pour la cinquième édition.» Bien qu'il n'exclut pas d'éventuellement déménager vers un plus grand aréna, Desjardins se plaît à Sainte-Foy. «L'aréna de Sainte-Foy sent le hockey, l'ambiance est exceptionnelle. Ça rappelle un peu aux joueurs l'ambiance d'un tournoi de hockey mineur. C'est ce qu'on recherche.»

Sans avoir le montant exact, Desjardins a d'ores et déjà annoncé que la quatrième édition du Boot Camp, un succès de foule, permettra de remettre plusieurs milliers de dollars à la Fondation québécoise du cancer.

Ça passe ou ça casse pour Gauthier-Leduc

Seul joueur originaire de la région de Québec dans l'équipe gagnante du Boot Camp, Jérome Gauthier-Leduc se prépare pour la saison la plus importante de sa carrière professionnelle.

Gauthier-Leduc à l'attaque durant quelques semaines. «C'était des hauts et des bas», admet l'ancienne gloire de l'Océanic de Rimouski. «Mais en deuxième moitié de saison, il y a eu des blessés à la défense à Buffalo et j'ai vraiment eu ma chance dans la Ligue américaine. Ça a très bien été et, à la fin de l'année, je croyais en mes chances d'être rappelé.»

Gauthier-Leduc a clôturé le calendrier régulier dans le circuit Andrews avec 25 points en 76 matchs, un sommet personnel chez les pros. Fort de son excellente fin de saison, le défenseur a signé un nouveau pacte d'un an à deux volets avec les Sabres pendant été. «Cette année, c'est ma chance de percer. [Nikita] Zadorov a été échangé, l'organisation veut faire de la place aux jeunes, c'est à moi de m'imposer devant les deux ou trois bons espoirs à la défense qui rejoignent le club. Ça passe ou ça casse. Si je ne gradue pas cette saison, il faudra évaluer d'autres options.»

Malgré le départ de Zadorov, le calibre est relevé chez les jeunes arrières à Buffalo. Les choix de première ronde de 2011 et 2013 Mark Pysyk et Rasmus Ristolainen ont déjà fait le saut avec les Sabres, et l'Américain de 21 ans Jake McCabe s'amène lui aussi.

Choix de troisième ronde des Sabres en 2010, Gauthier-Leduc se doute qu'il devra commencer l'année avec les Americans et s'imposer pour ensuite monter. «Si je joue bien et qu'il y a une blessure en haut, ils vont me faire confiance», assure-t-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer