Boot Camp: Monsieur le commissaire Desjardins

Les organisateurs Daniel Blouin (blanc) et Cédrick Desjardins... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les organisateurs Daniel Blouin (blanc) et Cédrick Desjardins (rouge) sont accompagnés d'Alex Chiasson (gris), David Desharnais (jaune), Jonathan Marchessault (orange), Marc-Édouard Vlasic (noir) et Patrice Bergeron (jaune), parmi les plus connus des 54 pros attendus au Boot Camp.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Boot Camp, c'est son bébé. Alors Cédrick Desjardins aurait bien aimé jouer. Mais le gardien de l'organisation des Rangers de New York soigne une blessure au genou pour encore deux mois. «Je suis le commissaire, le Gary Bettman du tournoi!» lance en riant l'ancien portier des Remparts et de l'Océanic.

Desjardins s'est déchiré le ligament croisé antérieur le lendemain de Noël. Dans un match de la Ligue américaine (LAH), avec le Wold Pack de Hartford. Club-école des Rangers avec qui il écoulait la première des deux saisons d'un contrat paraphé comme joueur autonome, en juillet 2014.

«Ç'a été une année de malchance avec une grosse blessure, une chirurgie et une longue convalescence. C'est vraiment l'une des blessures les plus longues à guérir, huit à neuf mois [après l'opération]. Mais je suis très confiant de revenir au niveau où j'étais et de pouvoir mêler les cartes dans l'organigramme des Rangers», explique celui qui a remporté la Coupe Memorial devant le filet du club junior de Québec, en 2006.

FACE AUX JEUNES LOUPS

Donc pas question de retraite pour monsieur le commissaire. L'organisation de ce tournoi amical pour une quatrième année sert à amasser des fonds pour la Fondation québécoise du cancer. La maladie a emporté le père de sa conjointe, Marie-Pier Cyr, il y a quelques années.

Vétéran de sept campagnes dans la LAH, d'abord dans le système du Canadien de Montréal, puis dans celui du Lightning de Tampa Bay, celui qui n'a jamais été repêché voit bien l'ouverture qui se dessine devant lui. C'est pourquoi, malgré sa saison dernière gâchée, il travaille plus fort que jamais afin de retrouver toutes ses capacités pour le début d'octobre.

«Ça va être difficile de déplacer Henrik Lundqvist, mais après, il y a beaucoup d'incertitude», estime le cerbère de bientôt 30 ans. Cam Talbot parti à Edmonton, après deux ans comme adjoint établi de Lundqvist, le poste d'auxiliaire à New York est à prendre.

«Ils ont amené quelques jeunes gardiens de but devant moi, alors ce sera à moi de prendre ma place. J'ai mis les bouchées doubles pour revenir en santé. Je vais utiliser ça pour avoir le feu dans les yeux en revenant. Je vais vouloir jouer tous les soirs et retrouver la passion qui est perdue un peu quand tu ne joues pas pendant quelques mois.»

Il y a d'abord Mackenzie Skapski, 21 ans, qui avait piqué le job de partant du Wolf Pack à Desjardins avant sa blessure. Skapski est par contre aussi sur le carreau en raison d'une chirurgie à la hanche. Se sont ajoutés Antti Raanta, 26 ans, et Magnus Hellberg, 24, par voie de transactions. Et aucun de ces quatre-là ne veut retourner dans la ligue East Coast. Les Rangers ont aussi repêché deux gardiens, l'an dernier, Brandon Halverson et Igor Shesterkin.

LNH: Marchessault veut faire le saut

Après quatre bonnes saisons dans la Ligue américaine, Jonathan Marchessault espère enfin faire le grand saut dans la LNH et y rester, la saison prochaine. Son expérience avec le Lightning en séries de la Coupe Stanley, où il a joué deux matchs ce printemps, lui ajoute des galons. «Je veux démontrer ce que je peux faire durant une année complète» dans la grande ligue, insiste l'ex-attaquant des Remparts de Québec. Question d'opportunités, croit-il. Il donne en exemple son bon ami Alex Chiasson qui avait marqué six buts en sept matchs lors de son premier rappel à Dallas, à la fin du calendrier 2012-2013. Chiasson a depuis complété deux saisons avec les Stars et les Sénateurs d'Ottawa. Marchessault avait aussi disputé deux rencontres avec Tampa en octobre, amassant un but et une aide, avant de se classer quatrième pointeur de la LAH avec 67 points en 68 matchs. L'ajout de nouvelles équipes à Las Vegas et Québec, d'ici un an ou deux selon lui, ne pourra que faciliter son accession au saint des saints. 

Jonathan Huberdeau, des Panthers de la Floride... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Jonathan Huberdeau, des Panthers de la Floride

Photothèque Le Soleil

54 pros, 12 matchs, 3 jours, 1 coupe

Le Boot Camp de Québec s'avère unique en son genre. Tenu à l'Aréna de Sainte-Foy les 14, 15 et 16 août, ce tournoi de hockey d'été réunit six équipes composées à 100 % de professionnels, actuels ou futurs joueurs de la LNH. Surtout des Québécois, mais pas uniquement.

Parmi les plus connus, on retrouve David Desharnais (Montréal), Patrice Bergeron (Boston), Marc-Édouard Vlasic (San Jose), Jonathan Huberdeau (Floride), Éric Gélinas (New Jersey), Anthony Duclair (Arizona), Sean Couturier (Philadelphie), Jonathan Drouin (Tampa Bay), Cédrick Paquette (Tampa), Alex Burrows (Vancouver), Antoine Roussel (Dallas), Alex Chiasson (Ottawa) et Mikhail Grigorenko (Colorado). Ajoutez aussi Mark Barberio, Christian Thomas, Michael Bournival et Gabriel Bourque, de l'organisation du Canadien.

«Rendu mi-août, les joueurs serrent leurs bâtons de golf et avaient manifesté le désir de jouer dans un tournoi de hockey d'été, sans contact, mais structuré. Ils veulent éviter les blessures le plus possible, tout en jouant à un niveau élevé», explique Cédrick Desjardins, organisateur et gardien de but, mais blessé.

Desjardins révèle avoir sollicité Sidney Crosby, mais le célèbre 87 avait autre chose à New York cette fin de semaine-là. La présence de trois représentants de la multinationale de l'organisation d'événements AEG dans l'assistance cette année pourrait signifier la venue de plus gros noms dans le futur. AEG est aussi impliquée dans la gestion du Centre Vidéotron avec Québecor.

Les as de la patinoire se livreront 12 matchs sur trois jours. Ils sont nombreux à vouloir détrôner l'équipe championne en titre de Jonathan Marchessault. Les spectateurs devront débourser 10 $ par jour ou 25 $ pour la fin de semaine. Tous les profits, de 7000 à 8000 $, seront versés à la Fondation québécoise du cancer. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer