• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Antoine Vermette ému de l'accueil des partisans de Saint-Agapit 

Antoine Vermette ému de l'accueil des partisans de Saint-Agapit

Antoine Vermette et la Coupe Stanley ont été... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Antoine Vermette et la Coupe Stanley ont été accueillis par une foule impressionnante à Saint-Agapit.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Antoine Vermette a beau avoir l'habitude de se faire applaudir par des immenses foules dans les arénas de la LNH, le champion de la Coupe Stanley était profondément ému de l'accueil que lui ont réservé des milliers de partisans, samedi après-midi, dans son village natal de Saint-Agapit.

Les Blackhawks de Chicago n'ont probablement jamais été aussi bien représentés au Québec. Un peu partout, samedi, devant le Centre sportif G.H. Vermette de Saint-Agapit, on voyait des gilets rouges portant le numéro 80 qu'Antoine Vermette a porté pendant ses quelques mois avec l'équipe de l'Illinois. Avant même son arrivée, une immense file s'était formée dans le but de lui serrer la pince. À côté d'enfants désireux de rencontrer leur idole, des couples plus âgés rappelaient avoir vu le jeune Vermette à ses débuts dans le hockey mineur.

«C'est vraiment touchant. Il y a beaucoup de monde, c'est incroyable», a lancé Vermette tout de suite après son arrivée triomphale, tenant la coupe Stanley à bout de bras. «J'ai donné mes premiers coups de patin à l'aréna derrière vous», a-t-il souligné à propos du Centre sportif portant le nom de son grand-père, l'ancien maire de Saint-Agapit Georges-Henri Vermette.

À la quantité de gens réunis, le joueur a vu du premier coup d'oeil que son après-midi de signatures et de poignées de main serait long. Rien pour lui déplaire. «J'espère pouvoir faire partager ce championnat avec le plus de personnes possible», a-t-il assuré.

Deuxième joueur originaire de Lotbinière à remporter la Coupe Stanley, Vermette est aussi conscient de l'impact que peut avoir ce genre d'évènement sur les jeunes athlètes de la région. «C'est une source de motivation et une inspiration. Pour eux, ça rend le rêve accessible.»

Beaucoup d'émotion

Après sa fin de saison hollywoodienne avec les Blackhawks, la naissance de son deuxième enfant et sa décision de revenir avec les Coyotes, les moments marquants se multiplient pour le joueur de 33 ans dans les dernières semaines. «Ça fait beaucoup d'émotion en peu de temps», a-t-il admis.

La petite Emilia, née quatre jours seulement après la conquête de la Coupe, était de la célébration, bien installée dans les bras de l'épouse de Vermette, au milieu de la foule. «C'était vraiment important qu'elle soit là. C'est symbolique. C'est une chose familiale», a expliqué le hockeyeur. «Des fois ça ne paraît pas, mais chaque athlète au cours de sa carrière a besoin de support de sa famille et ses amis proches. Pour moi, ça compte beaucoup.»

Si le coeur était à la fête, samedi, Vermette annonçait déjà que la soirée serait tranquille et intime. Et pas question de trop déroger à son horaire régulier de saison morte. «J'ai juste une petite fin de semaine un peu différente, mais cette semaine on reprend l'entraînement normal.»

Vermette restera dans la région pour quelques semaines avant de s'envoler pour l'Arizona. Questionné sur le règlement du conflit entre le propriétaire des Coyotes, Anthony LeBlanc, et la ville de Glendale, l'attaquant s'est dit heureux, rappelant que les joueurs aiment habiter en Arizona. «L'organisation m'avait dit qu'ils étaient confiants de trouver un terrain d'entente et ils l'ont fait. En même temps, tu te fais une carapace. Parce qu'on ne se le cachera pas, des rumeurs à propos des Coyotes, c'est quelque chose qui est récurrent dans l'actualité sportive.»

Boucher renvoie l'ascenseur

En 2009, Philippe Boucher, de Saint-Apollinaire, était devenu le premier à ramener la coupe Stanley dans la région de Lotbinière, et Antoine Vermette s'était fait un devoir d'aller le féliciter personnellement. Samedi, c'était au tour de l'entraîneur-chef des Remparts d'être parmi les milliers de personnes présentes pour applaudir Vermette à son arrivée avec la coupe. «Je suis tellement content pour Antoine. C'est une bonne personne qui a travaillé fort et qui est dédiée au hockey. De le voir ramener la coupe Stanley dans son village devant ses amis et sa famille, c'est quand même spécial. Les gens de Lotbinière l'adorent.»

Même si une décennie les sépare, les deux hockeyeurs originaires de villages voisins se connaissent depuis longtemps. «Antoine m'avait appelé quand il a eu des problèmes avec ses blessures en début de carrière. On s'était parlé beaucoup et on est restés en contact.»

Philippe Boucher avait également une raison plus personnelle d'être du rassemblement. «Je ne le cacherai pas, je voulais aussi voir mon nom sur la coupe Stanley, je ne l'avais encore jamais vu!»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer