• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Coyotes: LeBlanc vise toujours un pacte à long terme avec Glendale 

Coyotes: LeBlanc vise toujours un pacte à long terme avec Glendale

«Ceux qui pensent que nous avons conclu une... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

«Ceux qui pensent que nous avons conclu une entente de deux ans pour relocaliser l'équipe ensuite, ne savent pas de quoi ils parlent», dit le co-propriétaire et président des Coyotes de l'Arizona, Anthony LeBlanc.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) «Nous aurions préféré une entente plus longue. Mais deux ans c'est mieux que pas d'entente du tout. Maintenant, la porte est ouverte pour négocier.» Anthony LeBlanc, co-propriétaire et président des Coyotes de l'Arizona, s'est engagé à collaborer avec la Ville de Glendale, vendredi, pour conserver l'équipe en banlieue de Phoenix à long terme.

Les élus de Glendale ont approuvé à l'unanimité les amendements modifiant l'entente de gestion du Gila River Arena avec les Coyotes de l'Arizona, vendredi matin, assurant le maintien de la franchise dans le désert pour au moins deux ans.

Le vote n'était qu'une formalité, considérant que les Coyotes et Glendale avaient claironné jeudi qu'une entente de principe était intervenue dans l'épineux dossier du bail de location de l'amphithéâtre, propriété de la Ville.

Au cours de la séance extraordinaire tenue à 9h, Anthony LeBlanc, président de l'organisation des Coyotes, a réclamé un droit de parole d'une dizaine de minutes. «Les partenaires ne sont pas toujours d'accords», a-t-il dit d'entrée de jeu, préparant la table à sa profession de foi pour le marché de Glendale.

«Ceux qui pensent que nous avons conclu une entente de deux ans pour relocaliser l'équipe ensuite, ne savent pas de quoi ils parlent», a-t-il décoché. «Nous aurions préféré une entente plus longue. [...] Si nous avions l'intention quitter la vallée, nous avons eu l'occasion de le faire cet été [grâce à une clause dans l'ancien contrat] et nous sommes allés dans la direction opposée. Nous continuons de croire très fortement à ce marché», a-t-il déclaré.

Pour regagner la confiance du conseil municipal, LeBlanc s'est engagé à travailler avec la Ville et à fournir des états financiers. «Notre équipe a commis des lacunes dans le transfert d'information», a-t-il admis.

En vertu du contrat modifié, d'une durée de deux ans, les Coyotes recevront 6,5 millions $ par année de la Ville de Glendale, et empocheront tous les revenus liés aux activités de hockey, au stationnement et aux droits d'identification de l'édifice.

Le précédent bail, signé à l'été 2013 lors de la vente de l'équipe aux hommes d'affaires canadiens Anthony LeBlanc et George Gosbee, était d'une durée de 15 ans. Glendale devait verser 15 millions $ par année aux propriétaires en échange de revenus tirés des activités hockey.

Estimant avoir signé un contrat qui leur était préjudiciable et invoquant deux cas de conflit d'intérêt lors de la préparation de l'entente d'origine - deux employés de la Ville ont quitté leurs fonctions pour se joindre aux Coyotes en 2013-2014 -, les élus avaient voté en majorité pour résilier le bail, le 10 juin.

Anthony LeBlanc avait répliqué en mandatant Nick Wood, l'avocat de l'équipe, de contester le règlement devant les tribunaux. L'affaire devait être entendue en cour le 31 juillet.

Le nouveau bail prendra fin le 30 juin 2017, après quoi une clause de reconduction pourra être exercée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer