• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > «Ils devraient déménager», croit Vlasic à propos des Coyotes 

«Ils devraient déménager», croit Vlasic à propos des Coyotes

Marc-Édouard Vlasic et d'autres joueurs de la LNH... (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Marc-Édouard Vlasic et d'autres joueurs de la LNH de Québec, actifs ou retraités, participaient hier à une activité de charité avec un chandail des Nordiques sur le dos... Un clin d'oeil plutôt ironique, ou prémonitoire, en pleine renaissance de la saga des Coyotes.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'avenir des Coyotes de l'Arizona ne passe pas par Glendale, foi de Marc-Édouard Vlasic. «Ils devraient déménager, je ne sais pas pourquoi la LNH tient vraiment à les garder là», estime le défenseur des Sharks de San Jose.

Le clin d'oeil était plutôt ironique, ou prémonitoire. En pleine renaissance de la saga des Coyotes, des joueurs de la LNH de Québec, actifs et à la retraite, participaient à une activité de charité avec un chandail des Nordiques sur le dos. Vlasic était du nombre.

«J'ai suivi ça», a-t-il dit au sujet de la situation des Coyotes à Glendale. «Ils veulent les garder, mais ils se sont rendus compte qu'ils payaient trop cher. J'y ai joué, c'est une belle place, mais ce n'est pas une ville de hockey.

«L'aréna n'est pas situé dans un bel endroit, il n'y a rien autour. Ils perdent de l'argent à chaque année. Ils ont mis une équipe là-bas, mais refusent de s'avouer qu'ils n'auraient pas dû», racontait-il dans le cadre d'une activité de financement de la Fondation du CHU de Québec pour le cancer de la prostate qui a permis d'amasser 100 000 $.

Celui qui a été l'objet d'un hommage où l'on a retiré son chandail des Remparts au Colisée Pepsi, en fin de saison, a sa petite idée où devraient s'installer les Coyotes. «Las Vegas ou Seattle, ce serait bien meilleur, mais la Ligue est accrochée au marché de l'Arizona et je ne pense pas que ça bougera. Comme avec Atlanta, ça peut arriver vite après la finale et le repêchage», affirmait le joueur, qui a passé toute sa carrière professionnelle sur la côte Ouest américaine.

Et Québec? «Il faudrait réaligner les divisions et les conférences, ce serait plus difficile d'y déménager les Coyotes», répondait-il en toute franchise.

Mais le résident de Québec ne désespère pas. À ses yeux, un club de la LNH s'installera éventuellement au Centre Vidéotron.

«Tu ne construis pas un aréna de 400 millions $ pour le fun. D'ici deux à trois ans, ça devrait arriver», ajoutait celui qui chaussait les patins pour la première fois depuis le 28 mars.

Un troisième coach

Lorsqu'il retournera à San Jose, en septembre, Vlasic y fera la connaissance d'un nouvel entraîneur-chef, puisque Peter DeBoer a remplacé Todd McLellan, congédié par les Sharks et embauché ensuite par les Oilers d'Edmonton. Il sera son troisième coach dans la LNH.

«Même si c'est parfois à cause des joueurs, les changements commencent toujours par l'entraîneur. Je ne le connais pas personnellement, mais je pense qu'il s'agit d'un bon choix. Il s'est rendu plus loin en séries que n'importe quel coach des Sharks. Reste à voir s'il voudra changer notre style de jeu.»

Au cours des prochaines semaines, Vlasic compte bien s'informer auprès de Steve Bernier, qui a joué sous les ordres de DeBoer au New Jersey et en Floride. Le nouveau pilote a aussi déjà dirigé Patrick Marleau et Joe Thornton, il y a plusieurs années dans le junior.

Marc-Édouard Vlasic et d'autres joueurs de la LNH de Québec, actifs ou retraités, participaient vendredi à une activité de charité avec un chandail des Nordiques sur le dos... Un clin d'oeil plutôt ironique, ou prémonitoire, en pleine renaissance de la saga des Coyotes.

Simon Gagné... (Photos Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Simon Gagné

Photos Le Soleil, Erick Labbé

Simon Gagné: la retraite à 95 %

Simon Gagné  n'est pas encore prêt à officialiser sa retraite, mais ça ne saurait tarder. «Ma décision est quasiment prise, je dirais à 90-95 %. J'avais dit en farce que j'attendais le retour des Nordiques, mais je me garde une petite porte ouverte au cas où quelque chose d'intéressant s'offrait à moi», confiait celui n'a pas terminé la dernière saison entreprise dans l'uniforme des Bruins de Boston.

Il riait en enfilant un chandail promotionnel des Nordiques, sachant que plusieurs rêvent à leur retour. «Les gens peuvent être confiants, ça va arriver, mais il faut pas être trop émotif. Ça n'a pas de sens ce qui se passe, là-bas [à Glendale]. Nous, on avait une équipe, on voulait la garder et on l'a perdu, tandis qu'eux, ils en ont une et n'en veulent plus... Je voyais plus une expansion dans deux ou trois ans pour Québec, mais la situation des Coyotes mêle un peu les cartes», ajoutait celui qui ne s'est pas fait prier pour participer à la première édition du ProHockey au profit de la recherche sur le cancer de la prostate.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer