• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Vente des Nordiques: «Fiez-vous à ceux qui étaient là», réplique Aubut 

Vente des Nordiques: «Fiez-vous à ceux qui étaient là», réplique Aubut

Marcel Aubut... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Marcel Aubut

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Marcel Aubut ne le prend pas, de se faire accuser de ne pas avoir tout fait pour sauver les Nordiques il y a 20 ans. «Fiez-vous à ceux qui étaient là dans le temps. Quelqu'un qui second guess qu'après 20 ans, j'aurais dû faire ça, on en a plein les rues», a lancé l'ancien président des Nordiques en entrevue à TVA.

Sans jamais le nommer, on comprend toutefois que Me Aubut fait allusion au maire de Québec, qui, dimanche, a affirmé que la vente des Nordiques n'était pas inévitable. M. Labeaume a lancé des flèches aux anciens propriétaires, qui, selon lui, ont préféré «passer à la caisse» plutôt que de garder l'équipe dans la capitale.

«Fiez-vous, par exemple, à Jean-Paul L'Allier, qui nous dit que je suis allé à la Communauté urbaine. J'ai écrit à 50 maires de la région, je n'ai eu qu'un seul appui», a poursuivi Me Aubut en entrevue avec le chef d'antenne Pierre Jobin. «Fiez-vous aux gens qui l'ont vécu. C'est ça, ma réponse», a tranché l'avocat.

Il se dit «aucunement» affecté par le fait d'être encore montré du doigt pour avoir vendu le club de la Ligue nationale de hockey qui a déménagé au Colorado en 1995.

«J'avais sept associés, on a pris une décision unanime», a dit M. Aubut. Les gens d'affaires sont, dit-il, arrivés à la conclusion que l'équipe n'avait aucune chance d'être viable sans un nouvel amphithéâtre.

Pas de contacts avec Labeaume

Questionné sur ses relations tendues avec M. Labeaume, Marcel Aubut a aussi affirmé à TVA que le climat actuel entre les deux hommes est le résultat de l'annulation du Gala Triomphe. La fête pour célébrer les athlètes de la région devait avoir lieu le 30 avril au Colisée, mais un match des Remparts deux jours plus tôt a rendu impossible le montage de la salle pour le spectacle à grand déploiement. «La date qui a été enlevée, c'est ça qui a vraiment altéré la relation», a dit Me Aubut. Il dit présentement n'avoir aucun contact avec le maire. «Pour le moment, il n'y a pas discussion», a-t-il insisté.

Me Aubut a aussi assuré que la Fondation Nordiques, qu'il préside, est «opérée d'une façon exceptionnelle» et que «tout l'argent qui est là est pour les athlètes».

Certains, dont le maire Labeaume, ont mis en question ces dernières semaines la nécessité d'un événement aussi ambitieux que le Gala Triomphe. Le Soleil a aussi révélé le 14 mai qu'une faible part des sommes gérées par la Fondation Nordiques était versée aux athlètes, parfois aussi peu que 8 %. Régis Labeaume a annoncé sur-le-champ que la Ville de Québec ne subventionnera plus l'organisation de Marcel Aubut à qui elle versait généralement entre 15 000 $ et 30 000 $. «Quand on met des fonds publics, il faut faire un suivi et il faut que l'utilisation des fonds publics soit à notre satisfaction», a déclaré M. Labeaume le 14 mai.

Marcel Aubut réfute l'idée que le Gala Triomphe coûte trop cher à organiser. «Quand vous chargez 10 000 $ à quelqu'un [pour une table], il faut que vous lui en donniez pour son argent», s'est-il défendu.

«Ceux qui disent que pour Québec c'est un gros show, c'est admettre qu'on est un petit pain ou des citoyens de deuxième rang», a poursuivi Me Aubut. «Ça, tu ne me vendras jamais ça. Québec mérite ce qu'il y a de mieux.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer