Le départ des Nordiques était évitable, affirme Labeaume

Le torchon brûle entre le maire Labeaume et... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le torchon brûle entre le maire Labeaume et Me Aubut depuis quelques semaines.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le départ des Nordiques n'était pas inévitable, a laissé tomber Régis Labeaume, dimanche, lançant quelques flèches aux anciens propriétaires, qui ont préféré selon lui «passer à la caisse» plutôt que de garder l'équipe à Québec.

Alors qu'on venait de lui demander si Québec devait encore prouver à la LNH qu'elle était une ville de hockey, le maire a fait dévier sa réponse vers le départ du Fleurdelisé, il y a 20 ans.

«Ils n'auraient jamais dû partir. J'ai jamais cru que le départ des Nordiques était inévitable. Je n'ai jamais cru ça», a-t-il lancé, après avoir assuré que la LNH connaissait très bien l'intérêt de Québec pour notre sport national. «Je l'ai encore sur le coeur.»

Après leur élimination en première ronde des séries de 1995, les Nordiques ont été vendus pour 75 millions $US à Comsat Communication, qui a déménagé la franchise à Denver, au Colorado.

Dans l'édition du Journal de Québec de dimanche, le président et copropriétaire des Nordiques à l'époque, Marcel Aubut, a réitéré qu'il n'y «avait rien d'autre à faire» que de vendre l'équipe étant donné le manque de soutien de l'administration municipale pour la construction d'un nouvel amphithéâtre et l'absence d'un plafond salarial dans la LNH. La décision de vendre, dit-il, lui a «arraché le coeur».

Régis Labeaume a plutôt laissé entendre dimanche que des propriétaires avaient été tentés par l'appât du gain. «J'ai toujours pensé qu'autour de la table, il y avait des gens qui voulaient passer à la caisse et ils ont réussi. Tant mieux pour eux, c'était leur droit.

«La question que je me pose : pourquoi nous autres on a réussi à convaincre les autorités publiques d'investir dans un amphithéâtre alors qu'on n'a pas de club et qu'eux n'ont pas été capables alors qu'il y avait un club? [...] Si tu veux vendre, est-ce que ton attitude est différente dans ton travail pour convaincre les autorités publiques? Le problème, c'est que quand tu sais que tu peux passer à la caisse et devenir riche, c'est pas pareil. Il y a des entreprises qui voulaient passer à la caisse.»

Au moment de la vente, les Nordiques étaient détenus conjointement par la Daishowa (aujourd'hui Papier White Birch), O'Keefe, Metro-Richelieu, le Fonds de solidarité de la FTQ, La Capitale Groupe Financier et la Société Autil, détenue par Marcel Aubut et Marcel Dutil.

Mésentente avec Aubut

Le torchon brûle entre le maire Labeaume et Me Aubut depuis quelques semaines. Une menace de poursuite plane toujours au-dessus d'ExpoCité - structure qui dépend de la Ville - depuis que le président de la Fondation Nordiques a annulé le Gala Triomphe, prévu au Colisée. Me Aubut avait alors accusé ExpoCité d'avoir brisé un contrat. M. Labeaume a ensuite nié l'existence d'une telle entente.

Par ailleurs, le maire entend toujours s'assurer que des hauts dirigeants d'équipes de la LNH visitent le Centre Vidéotron d'ici la fin de la Coupe Memorial, dimanche prochain. «Le monde doit arriver cette semaine. C'est les gens du tournoi qui organisent ça», a dit Régis Labeaume avant d'ajouter qu'il ne serait pas de cette visite. «Je veux que ce soit les gens de la construction qui puissent expliquer les détails.»

Le 28 avril, Régis Labeaume avait soutenu que la semaine qui s'amorce était «un moment charnière. On veut qu'ils [les hommes de hockey de la LNH] repartent d'ici et que, quand ils rencontreront les propriétaires, ils disent comment l'amphithéâtre était extraordinaire, comment il est prêt à accueillir un club de la Ligue nationale de hockey.»

Coupe Memorial : quelque 10 000 spectateurs

Il y a un peu moins d'un mois, Régis Labeaume avait invité les gens de Québec à se rendre nombreux au Colisée pendant le tournoi de la Coupe Memorial. «Plus le Colisée est plein, plus on en mettra plein la vue», avait-il affirmé. Vendredi soir, 9497 amateurs ont franchi les tourniquets du vétuste amphithéâtre pour le premier match des Remparts. Les galeries sont demeurées fermées, une situation jugée décevante par certains. «Ben, neuf, dix [mille], c'est bon. Dix mille dans un aréna pour la Coupe Memorial, je suis pas sûr qu'il y a eu ça tout le temps ailleurs», a dit le maire avant la rencontre de dimanche, qui a attiré 10 970 personnes - dont lui-même -, la meilleure foule en trois affrontements jusqu'ici. Cette fois, il y avait quelques spectateurs dans les «blancs».

Hommage à Albert Ladouceur

Régis Labeaume a affirmé dimanche qu'un hommage sera rendu au journaliste Albert Ladouceur dans le Centre Vidéotron. M. Ladouceur, journaliste sportif, est décédé samedi après une longue bataille contre le cancer. «C'est déjà réglé pour nous autres depuis très longtemps, mais on n'en parlera pas. On va vous informer de la situation», s'est contenté de dire le maire malgré l'insistance d'un collègue de M. Ladouceur au Journal de Québec, qui voulait en savoir davantage. M. abeaume s'est fait plus loquace sur sa dernière rencontre avec le chroniqueur, le 1er mai, alors que d'anciens Nordiques et lui ont fait visiter le nouvel amphithéâtre à M. Ladouceur. «Je l'ai trouvé assez fataliste sur sa condition. Il était fatigué, il devait s'asseoir tout le temps. [...] J'ai dit en sortant : "C'est la dernière fois qu'on le voit, je suis convaincu". Ceci dit, je le trouvais quand même très serein. Ce gars-là était une très, très belle personne.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer