Baisse du nombre de buts dans la LNH: la faute aux systèmes!

Steven Stamkos... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Steven Stamkos

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ludovic Côté

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Les 30 équipes de la LNH ont inscrit 6719 buts (2,73 buts par équipe par match) en 2014-2015, le plus faible total depuis la saison 2005-2006, qui marquait le retour aux activités de la Ligue après un an de lock-out.

Les systèmes de jeu de plus en plus élaborés sont en grande partie responsables de la baisse du nombre de buts observés depuis 10 ans, selon les journalistes de La Presse Guillaume Lefrançois et Mathias Brunet.

«La première année après le lock-out, il y a eu une explosion de buts. J'ai l'impression qu'il y a eu une grande et très longue adaptation par les équipes», affirme M. Lefrançois.

Cette période de rodage expliquerait en partie comment des joueurs comme Jonathan Cheechoo et Brian Gionta ont réussi à inscrire 56 et 48 buts au retour du lock-out.

Pas moins de 26 joueurs avaient franchi le cap des 80 points en 2005-2006, contre seulement 5 cette saison. Au total, 7588 buts avaient été inscrits à travers la Ligue, pour une moyenne de 3,08 buts par équipe par match.

Le rodage est donc bel et bien terminé. «Les systèmes de jeu sont de plus en plus complexes et visent à restreindre l'espace sur la glace, surtout en zone neutre. Les joueurs sont plus gros et plus rapides. Il y a moins de place pour manoeuvrer», commente M.Brunet.

Le jeu plus structuré que jamais permet d'expliquer pourquoi toutes les équipes semblent jouer de la même façon. «À chaque fois qu'il y a une transaction, le nouveau joueur qui arrive dit : "Ce ne sera pas une grosse adaptation" parce que les systèmes de jeu se ressemblent tous. C'est souvent du pareil au même les façons de faire dans la Ligue», commente Guillaume Lefrançois.

Technique des gardiens

À cela s'ajoute l'excellence des hommes masqués. «Les gardiens ont développé leur technique de façon époustouflante au fil des années. Ils sont désormais en mesure d'arrêter non pas seulement le premier tir, mais aussi les deuxième et troisième car on leur enseigne la bonne position pour être bien placé pour les retours. Ils sont plus gros et grands, et l'équipement est plus sophistiqué», souligne Mathias Brunet.

Rappelons que le meilleur pointeur de la LNH, Jamie Benn, a terminé la saison avec 87 points; c'est la première fois depuis Stan Mikita en 1968 qu'un gagnant du Art-Ross n'atteint pas les 90 points.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer