L'éveil de Voracek étonne peu

Jakub Voracek, des Flyers de Philadelphie, trône au... (AP, Tom Mihalek)

Agrandir

Jakub Voracek, des Flyers de Philadelphie, trône au sommet des marqueurs de la LNH avec 58 points.

AP, Tom Mihalek

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ce n'était pas le joueur que l'on voyait au sommet de la liste des meilleurs marqueurs de la LNH. En début de saison, la «Liste des listes» du Soleil lui prédisait... le 36e rang. Mais voilà, l'ailier droit des Flyers de Philadelphie, Jakub Voracek, surprend tout le monde à l'exception de Cam Russell, son premier entraîneur-chef en Amérique du Nord.

Russell faisait ses débuts derrière le banc lorsqu'un jeune Tchèque de 17 ans est arrivé avec les Mooseheads de Halifax en 2006. Déjà, le meneur de la LNH pour les points (58) et les passes (41) montrait des signes fort prometteurs.

«Je ne suis pas du tout surpris par ses présents succès. Ce qui m'étonne le plus, c'est le temps que ça lui a pris pour s'installer en tête des compteurs, je pensais qu'il le ferait un peu plus vite», confiait Russell lors d'une récente visite au Colisée Pepsi en qualité de directeur général des Mooseheads.

Russell ne parle pas négativement de son ancien protégé. Il lui reconnaît plutôt des qualités offensives au-dessus de la moyenne. Pendant ses deux saisons à Halifax, Voracek a été le meneur aux points chaque fois.

«Ses habitudes de travail étaient très bonnes. Il était toujours celui qui fournissait le plus gros effort à l'entraînement, était positif et ne cherchait pas d'excuse. Il avait une attitude de leader», se rappelait l'ancien défenseur des Blackhawks de Chicago.

Le natif de Kladno avait été le tout premier choix de la LCH au repêchage européen de 2006. La même année, les Remparts de Québec avaient misé sur Ruslan et Roman Bashkirov, les jumeaux russes qui n'ont passé qu'un hiver à Québec. Voracek fut aussi le choix de première ronde (7e) de Columbus en 2007.

«J'ai vu ce que Jake a fait à 17 et 18 ans dans la LHJMQ, et il était déjà très bon. Il était notre meneur, ça n'a pas été une surprise qu'il gradue dans la LNH à 19 ans. Je trouve qu'il ressemble, actuellement, au joueur dominant qu'il était avec nous. Ses présents succès ne sont qu'un prélude à ce qu'il fera dans l'avenir.»

Coeur et caractère

Russell aimerait croire qu'il a eu de l'influence sur le développement du joueur, comme sur tous les autres ayant occupé son vestiaire. «Nous sommes encore de bons amis, ça peut répondre à la question. On s'échange encore des messages, il s'informe de l'équipe. Mais peu importe qui l'aurait dirigé, il serait rendu là où il est aujourd'hui. Jake avait le coeur à la bonne place et il était talentueux», convenait-il en ajoutant que le transfert de Voracek de Columbus à Philadelphie lui a été profitable. Il forme aujourd'hui un duo du tonnerre avec Claude Giroux.

Russell se souvient d'un match éliminatoire à Victoriaville où Voracek avait écopé d'une punition inutile, la même qu'un coéquipier qui avait été cloué au banc. Russell avait imposé une sanction identique à son attaquant et les Mooseheads avaient perdu. Le match suivant, Voracek répliquait avec un tour du chapeau dans une victoire. «Il y a trois ans, on en jasait et il s'en souvenait encore. Il me disait même se sentir encore mal à l'aise de son geste, ça en dit long sur son caractère», a conclu Russell.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer