Québec de plus en plus absente du radar de la LNH

Les Nordiques ne sont pas près de revenir... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Les Nordiques ne sont pas près de revenir à Québec, si l'on se fie à l'analyse de l'expert en marketing sportif André Richelieu.

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les chances de voir les Nordiques revenir à Québec sont de plus en plus absentes du radar. Le grand patron de la LNH, Gary Bettman, et surtout son bras droit Bill Daly l'ont dit en fin de semaine: l'expansion dans la Ligue nationale, s'il y en a une, passera d'abord par l'Ouest, à Seattle ou Las Vegas. Idée arrêtée ou stratégie d'affaires? Chose certaine, plusieurs éléments tendent à confirmer que ce n'est pas demain la veille que les Nordiques occuperont le futur amphithéâtre. Le point en quatre temps avec André Richelieu, professeur de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et expert en marketing sportif.

>> Prix de la franchise : bientôt 500 millions $?

Qui peut se payer une équipe toute neuve à un prix flirtant avec le demi-milliard de dollars? Des endroits où l'argent coule à flots et où la population sera prête à payer cher pour prendre place dans les gradins. Comme Las Vegas, avance l'expert en marketing sportif André Richelieu. 

«Quand les gens vont à Las Vegas, ils sont prêts à se gâter et payer le prix pour assister à un match qui sera enrobé dans le divertissement. Ce qui est beaucoup moins évident dans une ville comme Québec à l'heure actuelle», estime le professeur. 

Avec une franchise à 170 millions $ comme s'est payée Winnipeg, peut-être. Mais débourser 450, voire 500 millions $ pour un marché comme Québec? 

«Avec 700 000 habitants, un bassin d'entreprise assez limité, peu de grandes fortunes, c'est très difficile de payer le plein prix pour une franchise de l'expansion et ensuite charger des prix ahurissants [pour les billets], croit M. Richelieu. Au bout de deux ou trois années, les gens vont trouver ça un peu moins drôle de payer le plein prix. Québec n'est pas un marché où les prix élevés sont un gage de succès.»

>> Gary Bettman aime Las Vegas

Le commissaire de la LNH a le béguin pour Las Vegas et sa possibilité de vendre un sport comme on vend du showbiz, croit André Richelieu.

«Cette ville est dans les plans de la Ligue nationale, pour moi ça ne fait aucun doute», dit l'expert en marketing sportif de l'UQAM.

Or, l'idée ne plairait pas à tous les propriétaires de la Ligue, dit-il. D'où l'idée de valider le marché et sonder l'intérêt de la population locale comme le fera l'homme d'affaires Bill Foley qui souhaite obtenir 10 000 demandes d'abonnements de saison en quelques semaines. Si la vente à Las Vegas se déroule bien, estime M. Richelieu, il sera plus facile pour Gary Bettman de revenir devant les autres propriétaires d'équipes.

«De ce que je décode, Gary Bettman est personnellement intéressé à avoir une équipe à Las Vegas, mais il ne peut pas faire ça pour son plaisir. Il faut qu'il valide ça sur le plan économique et commercial.»

>> Pas de déménagement

Lors de son discours à Colombus samedi, Gary Bettman a assuré qu'aucune équipe de la LNH n'était pressentie pour déménager. «Nos équipes sont en très bonne santé», a répété celui qui a tout fait pour conserver des franchises en difficulté comme les Coyotes en Arizona ou encore les Panthers en Floride.

«Un déménagement, ce n'est vraiment pas ce que souhaite Gary Bettman. À moins vraiment d'un coup d'éclat comme dans le cas des Thrashers lorsqu'ils ont déménagé à Winnipeg», illustre M. Richelieu.

Il rappelle que jusqu'à la veille de la transaction, le patron de la LNH niait tout déménagement. «Les propriétaires ont décidé de vendre. Là, Québec pourrait éventuellement être sur les rangs, mais on est dans un scénario très hypothétique. Ça me semble très peu probable.»

>> L'achat des Remparts par Québecor

L'achat du club junior les Remparts par Québecor en novembre n'était pas anodin, selon André Richelieu. Elle pose la question de l'occupation de l'amphithéâtre à 400 millions $ qui ouvrira en septembre. «Pour qui avez-vous besoin d'acheter une équipe junior si une équipe professionnelle s'en vient?» demande l'expert en marketing sportif.

La pression pour occuper l'amphithéâtre est de plus en plus forte à huit mois de son ouverture, dit-il. «On a besoin d'occuper un amphithéâtre dans quelques mois. Qu'est-ce que vous allez faire s'il n'y a pas de locataire régulier? a commenté M. Richelieu. Mieux vaut une équipe junior que rien du tout.»

Outre les matchs des Remparts, les représentants de Québecor promettent que des annonces sur le contenu de la programmation seront faites «en février ou mars».

L'expansion dans l'Ouest «n'enlève rien» à Québec

«Je comprends que la Ligue nationale veuille développer ces deux marchés de l'Ouest américain. C'est tout à fait légitime. Je sais que ça choque bien du monde à Québec, mais je ne pense pas que ça enlève quoi que ce soit à Québec.»

Pour le porte-étendard de la Nordiques Nation, Jérôme Landry, il est clair que Las Vegas et Seattle font partie des priorités de la LNH, avant Québec. Mais il rappelle qu'il y a deux ou trois ans, le commissaire Gary Bettman avait aussi des bons mots pour Québec. Maintenant que la capitale a un amphithéâtre pratiquement terminé et un éventuel propriétaire aux poches profondes, Québecor, il n'a plus d'intérêt à vanter ses mérites, analyse-t-il.

«Il ne gagnerait rien à parler en bien de Québec. On dirait que c'est un marché qui est acquis pour lui. On dirait qu'il nous prend pour acquis et la prochaine étape, ça va être d'annoncer le retour des Nordiques», affirme celui qui garde toujours bon espoir de revoir la LNH à Québec.

Jérôme Landry souligne d'ailleurs que Bettman a ouvert la porte à une expansion au Canada lorsque questionné par l'animateur George Stroumboulopoulos en marge du Match des étoiles en fin de semaine.

D'ailleurs, pourquoi n'y aurait-il pas une expansion à trois équipes? demande-t-il. «Ce sont des revenus majeurs pour la LNH. Ça ferait 1,2 milliard $ dans les coffres. Je ne vois pas pourquoi la Ligue cracherait sur des revenus de plus d'un milliard de dollars en ajoutant trois équipes. Ça doit être très tentant.» Stéphanie Martin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer