Le Canadien s'incline 2-1 contre les Sabres

Matt Moulson a scellé l'issue du match en... (Photo USA Today Sports)

Agrandir

Matt Moulson a scellé l'issue du match en profitant d'un mauvais bond de la rondelle le long de la rampe.

Photo USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Buffalo

Le Canadien a tenté de suivre la recette classique du début de saison, mais un but chanceux de Matt Moulson tard en troisième période a permis aux Sabres de Buffalo de l'emporter 2-1, vendredi.

Les Sabres ont ainsi évité d'encaisser un septième revers d'affilée face au Canadien pour une première fois dans leur histoire.

Tyler Ennis a été l'autre buteur des Sabres (7-14-2), qui ont aussi profité d'une performance de 30 arrêts de Jhonas Enroth.

Pierre-Alexandre Parenteau a été le seul à toucher la cible pour le Canadien (16-7-1), qui a subi une première défaite en temps réglementaire cette saison dans un match soldé par un écart d'un but (7-1-1).

Carey Price a stoppé 23 tirs et a joué de malchance sur le but décisif de Moulson pendant une punition à Alexei Emelin. Tyler Ennis a dégagé la rondelle dans la zone du Canadien et la rondelle a fait un bond inattendu le long de la rampe avant d'aboutir sur la lame du bâton de Moulson. Ce dernier a tiré dans une cage abandonnée par Price, qui était derrière son but afin d'intercepter le dégagement.

«Il y a un équilibre qui se fait à la fin de l'année pour les matchs que tu as gagnés sans vraiment le mériter et ce soir, c'était un peu le retour du balancier, a raconté l'entraîneur-chef du Canadien Michel Therrien. On a créé beaucoup d'occasions de marquer, près de 20, si ce n'est pas 20. Habituellement, quand tu en as autant, tu marques deux ou trois buts. Défensivement, on n'a pas donné beaucoup d'occasions de marquer. On a joué de malchance sur le dernier but, mais il faut l'oublier et recommencer demain [samedi].»

Le Canadien s'est donc brûlé en attendant le troisième vingt afin d'offrir son plus bel effort, comme il l'a fait souvent depuis le début de la campagne.

Les partisans montréalais pourront observer les deux équipes de leurs propres yeux samedi, au Centre Bell. Il s'agira d'une première visite à Montréal pour les anciens Glorieux Brian Gionta et Josh Gorges. Gorges pourrait toutefois rater le rendez-vous, lui qui n'était pas en uniforme vendredi en raison d'une blessure à un genou. Une décision sera prise avant la rencontre.

L'affaire de deux trios

La rencontre a eu des allures de duel entre les trios Galchenyuk-Plekanec-Gallagher et Moulson-Girgensons-Ennis. Ces unités ont été les plus menaçantes de leur équipe respective et c'est finalement Ennis qui a ouvert la marque sur un jeu spectaculaire.

Les Sabres ont profité d'un revirement en zone neutre pour contre-attaquer. Ennis a contourné Emelin en deux-contre-deux et a coupé devant Price. Il a perdu le contrôle de la rondelle, mais a tiré du revers à l'aveuglette afin de surprendre Price.

Les deux trios ont échangé les chances en deuxième période, mais cette fois, les gardiens ont fermé la porte. Price l'a échappé belle quand il a arrêté partiellement un lancer de Moulson, mais la rondelle a abouti sur le dessus de son filet.

Plekanec a aussi menacé en infériorité numérique lors d'une montée à deux contre un, mais Enroth a réussi l'arrêt.

L'avantage numérique du Tricolore a finalement contribué pour une deuxième fois cette saison à l'étranger.

Pendant une punition à Ennis tôt en troisième période, Parenteau a profité d'une mêlée pour pousser la rondelle derrière la ligne des buts. Enroth croyait avoir immobilisé le disque sous sa jambière, mais les arbitres n'avaient pas arrêté le jeu.

Le trio de David Desharnais a fait quelques flammèches au cours du dernier tiers, particulièrement Max Pacioretty qui a terminé le match avec huit tirs au but, mais c'est celui de Plekanec qui est passé le plus près de réussir le but gagnant. Le vétéran tchèque a atteint le poteau de plein fouet à mi-chemin en troisième période.

Emelin a finalement ouvert la porte aux Sabres avec un peu moins de deux minutes à faire en temps réglementaire en atteignant la tête de Gionta lors d'une mise en échec. Moulson a ensuite tranché le débat.

«C'était un gros bonhomme contre un petit bonhomme, a noté Therrien. Je ne pense pas que son coude était levé. Il ne voulait pas donner la ligne bleue. Ce son des choses qui arrivent.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer