LNH: de la place pour Las Vegas et Québec, croit le PDG d'AEG

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a rencontré... (Le Soleil, Stéphanie Martin)

Agrandir

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a rencontré vendredi Dan Beckerman, président et chef de la direction d'AEG, le plus gros joueur du divertissement et de la gestion d'équipements sportifs sur la planète.

Le Soleil, Stéphanie Martin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Martin
Le Soleil

(Los Angeles) «Je crois qu'une équipe de la Ligue nationale de hockey aura un succès exceptionnel à Québec.» Celui qui parle, c'est le président et chef de la direction du plus gros joueur du divertissement et de la gestion d'équipements sportifs sur la planète. Dan Beckerman, d'AEG, croit énormément au potentiel du marché de Québec et discute activement avec Québecor pour s'impliquer dans l'amphithéâtre.

«Québec est un marché fantastique», lance le très sympathique homme d'affaires à la tête du Anschutz Entertainement Group (AEG), qui possède les Kings de Los Angeles et leur domicile, le Staples Center, mais aussi une centaine de bâtiments voués au divertissement partout dans le monde. AEG est avec Live Nation le leader mondial de l'organisation de tournées d'artistes internationaux. C'est aussi AEG qui bâtit un amphithéâtre... à Las Vegas, qui est considérée comme une ville potentielle pour accueillir une équipe de l'expansion de la Ligue nationale de hockey (LNH).

«Ce sera à la Ligue de décider. Mais nous croyons que nous pouvons avoir du succès à Vegas avec une équipe. C'est un marché génial, avec deux millions de personnes, et nous avons été les premiers à y présenter Céline Dion en 2003, au Colosseum du Caesars Palace.»

Compétiteur de Québec

Quand Le Soleil lui fait remarquer qu'il pourrait être le compétiteur de Québec dans cette quête, il sourit. «Il y a de la place pour les deux villes. Québec est un choix parfait. Je pense qu'une équipe de la LNH aurait un succès exceptionnel à Québec. Il y a de la place pour tout le monde.» Dan Beckerman parle même de collaboration entre les deux villes.

À Los Angeles, il possède son propre terrain de jeu au sein duquel on trouve l'aréna Staples Center, domicile des Kings et des Lakers, le Nokia Theatre, deux hôtels, un Ritz et un Marriot, des cinémas, un musée et une boîte de nuit. Pas très loin, le Convention Center, dont il n'est pas propriétaire, mais qu'il gère. Québec a d'ailleurs été accueillie en reine hier, sur le campus, lors d'une visite privée pour le maire Régis Labeaume. Tous les écrans - et ils sont nombreux, y compris le tableau indicateur du Staples - diffusaient en boucle le message: «AEG Welcomes Ville de Québec».

Le géant du divertissement est extrêmement intéressé par le marché de Québec et ses représentants y sont venus déjà et ont convenu de revenir bientôt. Le président de AEG Facilities, Bob Newman, y a d'ailleurs passé quelques jours avec le président des opérations affaires des Kings, Luc Robitaille, récemment, a-t-on appris. Ils ont effectué une visite de l'amphithéâtre.

Partenariat

Les discussions pour un partenariat avec Québecor dans l'organisation d'événements pour l'amphithéâtre sont très avancées, comprend-on. «C'est une compagnie formidable, c'est un honneur de travailler avec elle», lance Dan Beckerman.

AEG, dit son président, ne s'implique que dans les marchés les plus prometteurs, qui possèdent les meilleures installations sportives. «Québec correspond parfaitement à ce modèle. C'est pourquoi nous sommes si passionnés et déterminés de travailler avec cette ville.»

Le vice-président d'AEG Facilities, Jay Cooper, connaît bien l'amphithéâtre de Québec. «C'est un édifice magnifique et fait pour durer. C'est ce qu'il y a de plus dernier cri», a-t-il confié au Soleil.

Pour le maire de Québec, cette collaboration avec AEG est «extraordinaire». «C'est un empire. Le gars avec qui on était tantôt, il gère un empire.» L'objectif est de s'inspirer de la méthode d'AEG, à l'échelle de Québec. Créer autour du site de l'amphithéâtre des attraits, pour inciter les gens à se divertir sur place. Et s'il y a un hôtel, ils pourront même y dormir.

Quand Bob Newman est passé par Québec, il a été impressionné par l'espace disponible autour de l'amphithéâtre et par la position centrale de l'édifice dans la ville, a indiqué M. Labeaume. «Il va revenir et nous conseiller sur le site d'ExpoCité.» Cette précieuse expertise s'ajoutera aux réflexions du groupe local mis en place par la Ville sur l'avenir d'ExpoCité, avec Daniel Gélinas à sa tête. «Ils sont les meilleurs au monde. On va tout mettre ça ensemble. On veut se donner un plan à long terme», conclut le maire Labeaume.

«Ce qu'on a senti, c'est le French Power à L.A.»

Après sa soirée avec l'organisation des Kings de Los Angeles, le maire de Québec a constaté la force du réseau francophone dans la Ligue nationale de hockey (LNH) et l'engouement des Québécois qui gravitent dans les hautes sphères pour le retour d'une équipe professionnelle à Québec.

«Ce qu'on a senti, c'est le French Power à L.A. et dans la LNH. Tous les francophones qui étaient là veulent un club à Québec.»

Le maire est revenu hier sur sa soirée passée en compagnie des dirigeants des Kings de Los Angeles et de AEG jeudi. Il a été reçu dans la loge de Luc Robitaille et a jasé avec l'agent de joueurs Pat Brisson et l'ancien joueur Pat Lafontaine. Le patron du Groupe Sports et divertissement de Québecor, Benoît Robert, ancien de l'organisation des Kings et de AEG, ainsi que Pierre Dion, président et chef de la direction de Québecor, étaient également présents.

Les discussions du maire de Québec avec tout ce beau monde se sont cependant faites derrière des portes closes, au Staples Center, puisque les journalistes n'ont pas pu l'accompagner dans ses rencontres. Si bien que peu d'informations ont réellement filtré sur ce qui s'est dit durant cette soirée.

Le Fleurdelisé présent

On a cependant eu vent des attentions que l'équipe de direction a eues pour le passage de la délégation de Québec.

Dans la loge, on avait prévu des biscuits aux couleurs des Nordiques. Même les glaçons étaient estampillés du signe du Fleurdelisé.

Plusieurs Québécois et francophones étaient sur place. Une force de frappe considérable au sein de la Ligue, analyse le maire, qui a constaté l'effet du «réseau de Benoît Robert». «Ce n'est pas pour rien qu'il a eu cette job-là», a indiqué le maire en référence au mandat de M. Robert de concocter la programmation de spectacles et de sport de l'amphithéâtre.

Il est aussi celui qui travaille avec Pierre Dion au retour des Nordiques. Ce qu'il a senti, c'est que les gens qu'il a rencontrés jeudi soir souhaitaient que Benoît Robert parvienne à ses fins. «Ils m'ont tous parlé de ça. On verra. Ils veulent vraiment. Le côté québécois francophone ressort.»

***

VU

Le vestiaire des Kings de Los Angeles, champions 2014 de la Coupe Stanley. Très impressionnant, quand même, pour une mordue de hockey, de voir les cases des Doughty, Williams, Carter, Brown, Kopitar et compagnie s'aligner dans le vestiaire paré de boiseries. On a même pensé aux petites familles, car dans la pièce des préposés à l'équipement, des jouets attendent la marmaille. Plus loin, au tour du vestiaire des Lakers. Et là, ce qui frappe, outre les espadrilles démesurées, ce sont les douches. Ou plutôt la hauteur des douches. Au moins neuf pieds de haut. Faudrait pas que les joueurs se cognent la tête sur le pommeau!

**

ENTENDU

L'orchestre qui répétait pour la très réputée cérémonie des American Music Awards. Le propriétaire du Nokia Theatre nous a montré fièrement à quel point sa salle de 7000 sièges est polyvalente. Lors de notre passage, elle se faisait belle pour la cérémonie, le tapis rouge avait même été installé à l'extérieur. «C'est l'endroit parfait pour les grosses productions, les grands concerts», raconte-t-il. Il accueille les Grammy, les Emmy, les MTV Movie Awards. Ne manque que les Academy Awards, lance avec envie Bob Newman, de AEG Facilities.

**

SENTI

L'odeur du cigare de Jack Nicholson. Sans blague. Le célèbre acteur est le plus grand fan des Lakers que la terre ait porté. Alors quand il a demandé à ce qu'on lui trouve un endroit pour fumer entre les quarts, dans une ville où nulle part il n'est permis de griller une clope à l'intérieur, l'organisation AEG a décidé de lui créer son propre fumoir. La petite pièce sobrement décorée dispose de son propre système d'aération qui donne sur l'extérieur, explique Dan Beckerman. Et elle exhale une riche odeur de cigare. Jamais été aussi près de Jack Nicholson de ma vie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer