• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Temple de la renommée: Peter Forsberg, la flamme brûle encore 

Temple de la renommée: Peter Forsberg, la flamme brûle encore

Mike Modano, Bill McCreary, Dominik Hasek, Peter Forsberg... (La Presse Canadienne, Nathan Denette)

Agrandir

Mike Modano, Bill McCreary, Dominik Hasek, Peter Forsberg et Rob Blake ont été intronisés lundi soir au Temple de la renommée. La femme de Pat Burns, Line Burns, a aussi reçu cet honneur au nom de son défunt mari.

La Presse Canadienne, Nathan Denette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

(Toronto) D'après LNH.com - Peter Forsberg aime tellement le hockey qu'il a été difficile de mettre un point d'exclamation à sa carrière lorsqu'il a accepté son intronisation au Temple de la renommée du hockey, lundi soir.

Lors de son discours, Forsberg a parlé de l'usure imposée à son corps par le style de hockey qu'il préconisait, un style que son compatriote suédois Mats Sundin a décrit comme étant un coeur de guerrier et des mains de Wayne Gretzky. Il a affirmé avoir subi 21 opérations depuis qu'il a commencé à jouer au hockey. «Je subirais 21 opérations de plus pour continuer à jouer, a dit Forsberg. J'aime tellement ce sport.»

Son amour pour le hockey est arrivé tôt. Lors de son discours, il a rappelé qu'il suivait son frère, Roger, jusqu'à la porte quand il était en route pour se rendre à ses entraînements. Il mettait aussi son équipement et courait jusqu'à la voiture pour forcer son père à l'amener avec lui. «Ce fut ma première séance d'entraînement», a-t-il dit.

Il a dit avoir beaucoup appris de Roger, son frère de deux ans son aîné, qui était aussi compétitif que Peter. «Il détestait perdre, peut-être plus que moi, a déclaré Forsberg. Peu de tables survivaient à une défaite de Roger aux cartes.»

L'esprit de compétition qu'il a appris à la maison a jeté les bases d'une superbe carrière de hockeyeur, une carrière où il a éventuellement remporté la Coupe Stanley à deux reprises, décroché deux médailles d'or aux Jeux olympiques et, enfin, mérité sa place en tant que troisième joueur d'origine suédoise à être intronisé au Temple de la renommée du hockey après Borje Salming et Sundin. «Je suis fier d'être le troisième suédois à être intronisé, a dit Forsberg. Ils étaient mes idoles.»

Mais les déboires qu'il a connus avec les blessures plus tard dans sa carrière, incluant notamment une blessure au pied qui est revenue le hanter à de multiples reprises, ont dominé la conversation, lundi. «J'aurais aimé connaître 20 bonnes années plutôt que 12», a mentionné Forsberg.

«Ce fut un honneur et un privilège de pratiquer ce sport et c'est un honneur encore plus grand et un privilège que d'entrer au Temple de la renommée», a-t-il conclu. 

Quatre appels

Par ailleurs, le discours de Rob Blake a été axé sur quatre appels téléphoniques déterminants.

Le premier est survenu en 1989 quand il était encore étudiant à l'Université Bowling Green. Rogatien Vachon, le directeur général des Kings de Los Angeles, l'a appelé pour lui offrir un contrat.

«Je me souviens très bien du jour où j'ai descendu l'allée du Great Western Forum et que je suis entré dans un vestiaire d'une équipe de la LNH», a dit Blake, qui a énuméré les grands noms présents dans ce vestiaire, soit Wayne Gretzky, Larry Robinson et Luc Robitaille. «Je ne pouvais demander un meilleur groupe pour entreprendre ma carrière.»

Le deuxième appel est survenu durant la saison 2000-2001. Blake était en train de souper à Calgary quand il a reçu un coup de fil de Pierre Lacroix, alors directeur général de l'Avalanche du Colorado.

«Il a dit : "Ici Pierre Lacroix, j'aimerais te souhaiter la bienvenue avec l'Avalanche du Colorado". Je ne me souviens pas beaucoup de cette conversation, car j'étais un peu secoué. C'était une grande équipe avec de grands joueurs et ils étaient sur le point de gagner.» Et l'Avalanche a bel et bien gagné, permettant à Blake de remporter la Coupe Stanley cette année-là.

Le troisième coup de téléphone est survenu quand Blake était âgé de 38 ans. Doug Wilson l'a appelé. Il voulait que Blake se joigne aux Sharks de San Jose afin de servir de leader pour les jeunes joueurs de l'équipe.

Le dernier appel est venu de Dean Lombardi, son actuel patron avec les Kings de Los Angeles. À cette époque, Blake était à l'emploi du Département de la sécurité des joueurs de la LNH, mais il savait qu'il voulait encore travailler pour une équipe de la ligue et Lombardi lui a fourni cette opportunité. «Ceci est le plus grand honneur que je ne pourrais jamais recevoir», a conclu Blake.

Sakic conquis dès le départ

Peter Forsberg s'est amené en Amérique du Nord en vue de la saison 1994-1995, joignant les rangs des Nordiques de Québec en tant que recrue. Joe Sakic, un joueur établi au sein de l'équipe à l'époque, était là pour accueillir Forsberg. Comme tous les joueurs des Nordiques, Sakic avait entendu parler du jeune prodige suédois. Et il n'a fallu que quelques jours pour qu'il soit lui aussi convaincu de la capacité de Forsberg à jouer - et dominer - dans la LNH. «Tu ne sais pas à quoi t'attendre parce que c'est seulement le camp d'entraînement, mais son talent était indéniable, a dit Sakic. C'était quelque chose de voir à quel point il était robuste.»

Sakic se souvient encore de la première visite des Nordiques à Philadelphie cette saison-là. «Philly avait une équipe robuste et leurs joueurs ne le ménageaient pas, mais je peux vous dire qu'on savait tous que ça n'allait pas fonctionner contre lui, a évoqué Sakic. Il adorait ça. Si tu voulais jouer ce style physique contre lui, c'est de cette façon qu'il voulait jouer. Je pense que tous ceux qui l'ont affronté ou qui l'ont vu jouer savaient à quel point c'était un compétiteur. Il voulait gagner. Il voulait jouer et tout le temps bien jouer. À l'époque où il a joué, personne n'était meilleur que lui, avec sa vision, son sens du hockey, ses habiletés de fabricant de jeux et sa force.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer