• Le Soleil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Équipe Canada junior pourrait aussi devoir se passer de Duclair 

Équipe Canada junior pourrait aussi devoir se passer de Duclair

Lors de la saison 2002-2003, les Oilers d'Edmonton... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Lors de la saison 2002-2003, les Oilers d'Edmonton avaient déjoué les plans des Olympiques de Hull en gardant dans leurs rangs Ales Hemsky, alors âgé de 19 ans. Les Olympiques étaient parvenus à se rendre à la Coupe Memorial sans leur joueur vedette, mais avaient perdu en finale.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le dur coup encaissé par les Remparts cette semaine, avec la promotion d'Anthony Duclair chez les Rangers, s'est également fait ressentir au sein d'Équipe Canada junior. À la différence que cette dernière pourrait également devoir composer avec les pertes de Jonathan Drouin (TB), Curtis Lazar (OTT), Sam Reinhart (BUF), Aaron Ekblad (FLO) et autres. Comme à Québec, on prône la patience chez ÉCJ.

D'entrée de jeu, l'entraîneur-chef Benoît Groulx admet que la situation est préoccupante. «C'est sûr que je regarde ça du coin de l'oeil...» a-t-il convenu mercredi, notant une recrudescence de ces cas. «En 2003, c'était l'exception. Aujourd'hui, il y en a sept, huit, neuf.»

En même temps, l'homme de hockey estime qu'il n'y a pas encore matière à s'en faire, puisque le dépisteur-chef Ryan Jankowski n'en est toujours qu'au stade de l'évaluation des espoirs.

«Ce n'est que le début de la saison. Il faut être patient et voir comment ces jeunes-là vont performer au niveau professionnel. La majorité d'entre eux auront droit à neuf matchs d'essai. Quand la décision sera prise, ils passeront à une autre étape. S'ils restent dans la LNH, quel sera leur temps d'utilisation? Et s'ils nous les prêtent à Noël, comment performeront-ils dans le junior? Il est encore trop tôt pour le dire», a laissé entendre Groulx, confirmant que le statut de Sam Bennett (Calgary), blessé à l'épaule, était également incertain.

Quand viendra le temps, le personnel de Hockey Canada, appuyé par le groupe d'entraîneurs, formeront la meilleure équipe possible avec les joueurs disponibles. Un processus qui sera scruté à la loupe, d'autant plus que le tournoi se tiendra à Toronto et Montréal, dans la cour arrière de Duclair. Pression supplémentaire?

«On ne contrôle pas ça. Quand je me couche, c'est sûr que je ne sais pas ce que les Rangers ont dans la tête. Ce que je pense, c'est qu'ils vont faire leurs devoirs et prendre la meilleure décision pour leur joueur. Aujourd'hui, les équipes sont conscientes que tout passe par le repêchage. Elles ne peuvent pas se permettre de mettre en péril un espoir pour des mauvaises raisons», a soutenu le pilote.

Selon Groulx, ces arrivées précoces dans la LNH sont souvent justifiées. Par exemple, les Flames ont offert une promotion méritée à l'attaquant Sean Monahan, l'année dernière.

«Calgary l'a gardé et il a prouvé qu'il était un joueur de la LNH. Nous, on aurait aimé l'avoir en Suède. En même temps, Bob Hartley ne l'a pas laissé sur le banc. Il lui a donné une vraie chance de se faire valoir», a-t-il rappelé.

Comme les Oilers 

Cela n'empêche pas l'entraîneur de compatir avec son homologue de Québec, Philippe Boucher, qui vient de perdre, peut-être pour la saison, un marqueur de 50 buts à quelques mois de la Coupe Memorial. «Lui, il est là-dedans au présent, alors que pour moi, ça va venir un petit peu plus tard. Lui, chaque jour, quand il pratique, il doit penser que Duclair devrait être là...»

Groulx sait de quoi il parle. Il a vécu la même situation avec les Olympiques de Hull en 2003, lorsque les Oilers avaient décidé de garder l'attaquant tchèque Ales Hemsky.

«On s'est retrouvé avec un seul Européen. Si Ales avait été là, nos chances de gagner auraient été meilleures. Même si on a réussi à gagner la Coupe du président, on a perdu en finale de la Coupe Memorial. [...] On avait beau avoir une ligne directe avec Edmonton, par Charlie Henry, ça ne changeait rien. Ce sont les performances du joueur qui ont fait foi de tout», a affirmé Groulx.

«La belle histoire» de O'Brien

Phillipe Boucher se réjouissait mercredi de la signature de l'attaquant de 20 ans Liam O'Brien par les Capitals de Washington. L'ancien de l'Océanic et des Huskies, qui appartient présentement à Phoenix, n'a jamais été repêché dans la LNH. «Quelle belle histoire! Il a été invité et il va commencer dans la LNH. C'est tellement des belles histoires pour nos gars, qui pensent qu'il est trop tard. Pour l'avoir connu à Rimouski, il ne l'a pas eu facile. Tant mieux pour lui.»

Zachery Moody sera de retour dans l'alignement des... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Zachery Moody sera de retour dans l'alignement des Remparts, vendredi.

Photothèque Le Soleil

Moody de retour dans l'alignement

Après avoir regardé le match des estrades dimanche, Zachery Moody sera de retour dans l'alignement vendredi, lors de la visite des Tigres de Victoriaville. «On va l'essayer au centre de la quatrième ligne, ce qui veut dire que Nicolas Hébert ira soit au centre ou à l'aile de la troisième ligne. J'ai jasé longtemps avec Nick, hier [mardi]. On s'attend à plus que ce qu'il nous a donné dans les dernières semaines. Mais aussi, il n'a pas eu le temps de glace pour se faire valoir. Ça fait qu'on va le revoir plus en désavantage, plus dans des situations un petit peu différentes. On a passé un message dans le même genre à Moody, dimanche. On espère qu'il va le comprendre», a espéré Philippe Boucher. Moody n'a pas eu, cette année, la chance d'évoluer au centre, où il a connu ses meilleurs moments. «Jouer au centre, ce sera une bonne opportunité de créer de l'attaque», a-t-il estimé.

Faire comme les Blackhawks

Lorsque Philippe Boucher a croisé Patrice Bergeron par hasard à l'été 2013, soit quelques mois après l'élimination des Bruins aux mains des Blackhawks en finale de la Coupe Stanley, l'attaquant lui avait raconté comment la formation de Chicago était venue à bout des Bostonnais : par ses replis systématiques. «Le hockey, c'est simple, des fois», a noté le pilote des Remparts, mercredi. Ses hommes ont appliqué la même recette dans la victoire de 4-1 contre Sherbrooke, le 1er octobre au Colisée, mais ont relâché leur effort lors du match suivant, face aux Saguenéens. «Quand on faisait des replis, on le faisait très, très bien. On était difficiles à affronter. On a été indisciplinés de ce côté-là, lors de la dernière partie. Quand on se replie, ça rend aussi la job de nos défenseurs plus facile. C'est ce qu'on a pratiqué aujourd'hui [mercredi]», a expliqué Boucher.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer