LNH à Québec: Péladeau s'en tient aux règles

Pierre Karl Péladeau... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carl Thériault

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rimouski) Le président du conseil d'administration de Québecor, Pierre Karl Péladeau, s'est fait discret quant aux possibles négociations pour acquérir les Coyotes de Phoenix de la Ligue nationale de hockey (LNH), mais n'a pas nié non plus les rumeurs.

«Ce n'est pas nous qui imposons les règles. C'est un club de propriétaires qui détermine ces règles et qu'on doit respecter à cet égard. Je n'ai pas l'intention de me positionner de quelque façon que ce soit à côté de ces règles...», a répondu Pierre Karl Péladeau, conférencier à la Chambre de commerce et de l'industrie de Rimouski-Neigette sur le thème du développement de l'entrepreneurship au Québec.

L'homme d'affaires n'a pas voulu accréditer de rumeur sur le sujet, peu surpris de se voir questionné sur le retour des Nordiques à Québec.

«Ma réponse ne variera pas des questions auxquelles j'ai eu à répondre depuis plusieurs mois. Ce n'est pas ce qui est le plus séduisant pour les médias. Nous n'avons pas l'intention de faire de commentaires [...] parce que c'est la meilleure façon d'atteindre l'objectif ultime qui est celui de ramener une équipe de hockey professionnel à Québec.»

Le nouveau président du conseil d'administration d'Hydro-Québec s'est montré tout aussi sibyllin concernant la perte des emplois d'Hydro-Québec en régions.

«Nous sommes toujours intéressés, pas juste comme président du conseil, mais comme citoyen. Je préside le conseil d'administration, mais ce n'est pas à moi d'assumer la direction, encore davantage comme ma venue est très récente à Hydro-Québec.»

Il a qualifié de «belle illustration» de participation du Québec à son développement économique la production des 200 MW d'énergie éolienne confiés à Hydro-Québec.

Le président du conseil d'administration de la Fondation de l'entrepreneurship a lancé quelques flèches à ceux qui ont critiqué le rendement financier de Québecor alors que la Caisse de dépôt et de déplacement perdait 40 milliards $ de lors de la crise du papier commercial en 2008. «Il faut se garder une petite gêne», a lancé le conférencier.

Réussite régionale

Il a donné comme exemples de réussite entrepreneuriale régionale l'entreprise Premier Tech de Rivière-du-Loup et le Centre de recherche en biotechnologies marines de Rimouski, qu'il a visité en début de journée.

Pierre Karl Péladeau s'est fait le défenseur du modèle productif allemand, principalement le partenariat entre les syndicats et le patronat et le foisonnement des PME allemandes.

Pour lui, la productivité est un mot qui doit revenir rapidement dans le discours politique et économique au Québec afin de se démarquer dans la mondialisation de l'économie.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer