Le Blizzard souffle à nouveau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au lendemain d'une saison en dents de scie, le Blizzard du Séminaire Saint-François a démarré sa nouvelle campagne sur les chapeaux de roues, trônant au sommet du classement général de la Ligue de hockey midget AAA du Québec.

Même si elle s'était terminée avec une victoire à la Coupe Dodge, la dernière campagne avait été marquée par des hauts et des bas chez le Blizzard, qui a vu l'entraîneur-chef Bryan Lizotte quitter le navire après la controverse ayant secoué son vestiaire au printemps et des vedettes offensives poursuivre leur parcours dans les rangs juniors. Rien ne laissait donc présager un tel départ canon après les grands bouleversements de l'entre-saison.

«Nous avons un bon noyau d'expérience qui est revenu. Ça compte pour beaucoup, les Maxime Collin, Philippe Gaudreault, Olivier Crête-Belzile, Marc-Olivier Alain. Ce noyau-là assure une belle profondeur. Ce sont des gars qui, je pense, ont connu une saison difficile avec l'équipe l'an dernier et qui ne veulent pas connaître la même chose. Et j'aime beaucoup nos joueurs de 15 ans qui sont entrés, dont Jakob Pelletier, qui va bien à l'attaque. Je pense qu'on a un bon mix de tout», a résumé le nouveau maître à bord, Martin Laperrière, dont l'équipe présente une étincelante fiche de 14-3.

Les statistiques de l'équipe ne racontent toutefois qu'une partie de l'histoire, estime l'entraîneur. Le midget AAA demeure un circuit de développement et la progression de l'équipe se veut un souci constant pour l'organisation.

«C'est satisfaisant du point de vue des résultats. À chaque match, on trouve le moyen d'améliorer certains aspects de notre jeu. Ce qui m'inquiétait en début de saison, c'était l'exécution. Je trouvais que c'était difficile par bouts. Là, on est loin d'être parfaits, mais il y a de l'amélioration. Nos défenseurs bougent mieux la rondelle. À l'attaque, notre force demeure notre vitesse. Et on est capables de finir autour du filet. Nos unités spéciales vont très bien. Nos gardiens de but, surtout Philippe Gaudreault, nous donnent de l'excellent hockey. Une autre affaire qu'il fallait améliorer, c'était la discipline», note Laperrière, qui voit également de l'amélioration à ce chapitre.

Dur mais juste

Sans avoir amené un grand changement de culture au sein de l'organisation, l'ancien entraîneur adjoint des Remparts espère implanter progressivement des valeurs qui se perpétueront au fil des années. «On veut quelque chose qui soit durable et que les gars vont acheter cette année et l'année prochaine, pour qu'éventuellement, ça viennent d'eux-mêmes, que les vétérans disent aux recrues: "Voici ce qu'on fait ici."

«J'ai été dur envers certains joueurs jusqu'ici - dur mais juste - et je pense que les gars apprécient ça. On essaie de tracer un chemin et de leur faire comprendre qu'ils doivent rester à l'intérieur de ce qu'on exige d'eux et de nos valeurs.»

Et cela, en espérant que ce chemin les mènera jusqu'à un championnat, à la fin d'une saison qui est cependant encore bien jeune, convient Laperrière. «On a le Challenge midget AAA [7 au 11 décembre], qui s'en vient et qui sera une belle vitrine pour nos joueurs. Ce que je leur dis, c'est que plus le club va connaître du succès, plus la valeur de chacun va augmenter. Tout le monde doit apporter son petit quelque chose. Si on peut connaître un bon Challenge et aller loin dans les séries, les gars vont prendre de l'expérience et peut-être que les recruteurs vont voir l'apport positif de chacun.

«C'est l'état d'esprit dans lequel on est. [...] Le début de saison est plus que satisfaisant, mais on n'a encore rien d'accompli.»

Bonne structure au SSF

Deux des joueurs qui se retrouvent au coeur des succès du Blizzard, l'attaquant Jakob Pelletier et le gardien de but Philippe Gaudreault, sont des produits de la structure intégrée du Séminaire Saint-François. Ce détail, loin d'échapper à Martin Laperrière, rend plutôt fier celui qui cumule la responsabilité de développer cette structure. «Jakob Pelletier y est depuis l'âge pee-wee. Alors, ça démontre que ce qui est en place est bon et que si les jeunes veulent se développer, faire partie de la structure du Séminaire Saint-François, c'est très bon», note le pilote du Blizzard.

Pelletier, «un coup sûr»

Sur le radar de nombreux dépisteurs, Jakob Pelletier (photo) pourrait être une des premières sélections, lors du prochain repêchage de la LHJMQ, en juin. «J'ai déjà eu plusieurs personnes qui se sont informés de lui. Je leur ai répondu que c'était un coup sûr, qu'il n'y avait aucun problème avec lui», a indiqué Martin Laperrière, l'entraîneur-chef du Blizzard. «Il est constant. Il ne prend pas de journées de congé. Et même s'il y a des matchs où il est un petit peu plus tranquille, il trouve le moyen de ramasser des points et d'avoir un impact.» Malgré ces éloges, le quatrième marqueur de la LHMAAAQ (10 buts et 15 passes en 17 matchs) tente de garder la tête froide. «Pour l'instant, je me concentre sur mes études et le hockey. Je ne pense pas au repêchage. J'ai toujours aimé penser que l'important, c'était de demeurer dans le moment.»

Capitaine en devenir

À seulement 15 ans, la recrue Jakob Pelletier a reçu des votes lors de l'élection du capitaine du Blizzard. L'attaquant originaire de Neufchâtel ne s'attire d'ailleurs que des éloges de la part de son entraîneur-chef Martin Laperrière. «Son sens du hockey et sa vitesse sont deux de ses grandes forces. Il rend les deux gars avec qui il joue meilleurs. C'est un gars qui ne ralentit jamais. Il a une seule vitesse et c'est dans le plancher. C'est une perle à diriger. Il est le fun. Il pose beaucoup de questions. Il est réveillé.»

Gaudreault, une belle surprise devant le filet

Ignoré par les dépisteurs de la LHJMQ après une saison couci-couça en 2015-2016, le gardien du Blizzard Philippe Gaudreault (9-1) pourrait cette fois trouver preneur au repêchage de 2017. «L'année passée, il n'a pas eu beaucoup de matchs», explique son coach Martin Laperrière. «Cette année, il a pris la pole et va très bien. Il est très sérieux, très déterminé. Je ne pense pas que les clubs juniors vont pouvoir passer à côté cette année.» Il le considère comme une des belles surprises de la ligue avec sa moyenne de 2,23 buts alloués par match et son pourcentage d'arrêts de ,929. «Je pense que la confiance que mes entraîneurs m'ont démontrée cette année a fait toute la différence. Tout part de la confiance. L'an passé, j'étais ébranlé quand je me faisais scorer un ou deux buts en partant. Cette année, je sais que si c'est ça, on est capables de revenir dans le match», a dit le portier de 16 ans originaire de Clermont.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer