À la recherche de renforts européens

Le repêchage européen peut être une bonne occasion... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le repêchage européen peut être une bonne occasion pour les équipes de la LHJMQ de mettre la main sur un joueur de concession, comme les Remparts de Québec l'avaient fait en sélectionnant Alexander Radulov en 2004.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour chaque Alexander Radulov, un Vladislav Kamenev. Le repêchage européen junior comporte toujours un risque, parfois plus grand que d'autres. Les Remparts l'ont déjà appris à leurs dépens. Mardi, dès 11h, la séance de deux rondes réunit les 60 équipes du hockey junior majeur canadien. Le Ice de Kootenay a obtenu le privilège de choisir premier grâce à sa piètre saison de 12 victoires et le système d'alternance entre les trois ligues au pays qui favorise cette année l'Ouest. Première concession du circuit québécois à se prononcer, le Drakkar de Baie-Comeau parle au troisième rang.

Remparts: la prudence de mise

21e et 81e choix

Saison 2015-2016

Auguste Impose, attaquant, Suisse, 32 points

Dmytro Timashov, attaquant, Suède, 85 points (Québec-Shawinigan)

Saison 2016-2017

Aucun joueur sous contrat

Philippe Boucher et son bras droit Christian Vermette ont planché toute la journée de lundi pour établir un plan d'attaque clair et complet. Après avoir tout juste libéré Auguste Impose et échangé Dmytro Timashov à Shawinigan en cours de campagne, les Remparts ont le champ libre pour enrôler deux nouveaux patineurs européens.

Directeur général et entraîneur-chef, Boucher a encore sur le coeur le refus de Vladislav Kamenev de venir s'aligner à Québec, en 2014, malgré l'assurance contraire de son agent. Un deuxième choix au total envolé en fumée!

Le grand manitou des Remparts voudra peut-être faire preuve de plus de prudence ou du moins de se munir de bretelles et d'une ceinture pour éviter un tel trou dans son alignement cet automne, surtout à l'aube d'une saison qui déjà s'annonce difficile.

À noter que malgré ses origines russes, le gardien Evgeny Kiselev est considéré comme un Nord-Américain. Sa famille s'est établie en Ontario et il y a joué dans le junior B avant d'intégrer les rangs du junior majeur.

Océanic: un attaquant avant tout

33e et 93e choix

Saison 2015-2016

Matous Belohorsky, attaquant, République tchèque, 9 points

Nicolas Werbik, attaquant, République tchèque, 22 points

Saison 2016-2017

Artem Maltsev, défenseur, Russie (acquis de Chicoutimi)

«Tout ça est canné depuis un bon bout de temps. Mais on a un plan B, un plan C... jusqu'à la fin de l'alphabet! Parce que dans ce genre d'exercice, on n'est pas à l'abri d'une surprise», affirme Serge Beausoleil, directeur général et entraîneur-chef de l'Océanic. Après avoir libéré ses deux Tchèques, Beausoleil est allé chercher un gros défenseur russe de 6'3'' chez les Saguenéens en retour d'un choix de 10e ronde au repêchage régulier de 2017.

«C'est certain qu'on va jeter notre dévolu sur un attaquant», confirme-t-il, sans en dire davantage. Avec la 33e sélection, chose certaine, l'Océanic souhaite avoir la main aussi heureuse qu'avec son 37e choix de 2005. L'ailier tchèque Michael Frolik avait compilé 138 points en deux saisons et s'est depuis établi dans la LNH, en plus de remporter la Coupe Stanley en 2013 avec Chicago.

L'Océanic exploite beaucoup la filière tchèque depuis 10 ans puisque 8 de leurs 12 derniers choix européens étant originaires du pays de Jaromir Jagr.

Drakkar: l'oeil sur un joueur d'impact

3e et 63e choix

Saison 2015-2016

Igor Kabanov, attaquant, Russie, 1 point

Maximilian Glaessl, défenseur, Allemagne, 6 points avec Baie-Comeau (acquis au ballottage de Moncton en décembre)

Vaclav Karabecek, attaquant, République tchèque, 16 points avec Baie-Comeau (échangé à Moncton en décembre)

Saison 2016-2017

Aucun joueur sous contrat

Avec le troisième choix européen cette année, le Drakkar de Baie-Comeau est à peu près certain de mettre la main sur un joueur d'impact, qui s'avérera être un attaquant. «Dans le repêchage des joueurs européens, il y a toujours une part d'inconnu», rappelle le directeur général Steve Ahern. On pense toutefois pouvoir sélectionner le joueur qu'on désire, mais on a un plan B en cas de besoin, car on ne peut pas se permettre de prendre un joueur qui ne viendra pas ici.»

Avec son droit de parole au deuxième tour, le dg entend sélectionner un défenseur. Il sort parfois des perles de cette deuxième ronde du repêchage euro. Les partisans du Drakkar se souviennent sûrement de Valentin Zykov, 76e choix au repêchage de 2012.  Steeve Paradis (collaboration spéciale)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer