Le Blizzard, un tremplin pour Laperrière

Martin Laperrière, le nouvel entraîneur-chef du Blizzard du... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Martin Laperrière, le nouvel entraîneur-chef du Blizzard du Séminaire Saint-François, est entouré du dg Claude Lefebvre, à gauche, et du président et gouverneur de l'équipe, Serge Duchesne.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Si Martin Laperrière a accepté de se joindre au Blizzard du Séminaire Saint-François à titre d'entraîneur-chef, c'est parce qu'il y voit un tremplin vers un poste similaire dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. D'ici là, l'ancien entraîneur adjoint des Remparts de Québec utilisera ses nouvelles fonctions comme un banc d'essai pour continuer de parfaire ses connaissances.

Remercié par les Remparts il y a deux mois, Martin Laperrière ne sera pas demeuré sur le carreau longtemps, lui qui a depuis reçu quelques offres pour des postes d'entraîneur adjoint dans la LHJMQ. Après avoir consulté son entourage, dont son ancien patron Patrick Roy, l'homme de hockey a toutefois choisi d'accepter l'offre de contrat de deux ans, assorti d'une année d'option, du Blizzard.

«L'une des raisons pour laquelle j'ai accepté le poste, outre le prestige de l'organisation et l'encadrement qui est déjà fourni aux joueurs, je veux m'en servir comme tremplin. Je suis un entraîneur de carrière. J'ai été très heureux dans le rôle que j'occupais au cours des dernières années, mais je ne me voyais pas nécessairement juste comme un adjoint, parce que j'avais beaucoup de tâches», a admis Laperrière, qui a occupé le poste d'entraîneur-chef du Drakkar de Baie-Comeau de 2003 à 2005, avant de devenir entraîneur adjoint des Remparts, de 2005 à 2016.

Nommé 14e entraîneur-chef de l'histoire du Blizzard vendredi, Martin Laperrière a été préféré à 25 candidats, dont seulement quatre avaient été convoqués en entrevue. Il sera appuyé dans son travail des deux adjoints qui étaient déjà en place sous Bryan Lizotte, soit Frédéric Parent et Alexandre Guérard. Du processus d'embauche, le nouveau pilote de la formation midget AAA a particulièrement apprécié ses discussions avec plusieurs directeurs généraux de la LHJMQ.

Un «fit parfait»

«J'ai essayé d'aller chercher le plus de conseils possible, sur ce qui était le meilleur pour moi, pour mon cheminement. L'opportunité de tomber entraîneur-chef tout de suite, c'est quelque chose qui tombait à point dans ma carrière, alors je suis très heureux de la tournure des événements», a raconté Laperrière.

Outre son rôle d'entraîneur-chef du Blizzard, ce dernier occupera également la fonction d'enseignant en concentration hockey au Séminaire Saint-François. Un «fit parfait» pour celui qui était responsable du volet études chez les Remparts.

«Je vais aider au niveau de la structure du sport-études pour s'assurer de développer, pas nécessairement des systèmes, mais les mêmes qualités chez tous nos joueurs», a-t-il expliqué.

Père de jeunes enfants, Laperrière voyait en outre dans l'offre du Blizzard une façon de demeurer dans une ville qu'il apprécie et de ne pas déraciner la petite famille. «C'est bon pour les enfants surtout, qui sont bien implantés à l'école, de se sauver d'un déménagement. Québec, c'est une ville que j'adore.»

Un conseiller en Patrick Roy

Parmi les personnes qu'il a consultées avant de prendre sa décision, Martin Laperrière s'est tourné vers son ancien patron et mentor, Patrick Roy, vice-président opérations hockey et entraîneur-chef de l'Avalanche du Colorado.

«Je lui ai parlé très souvent depuis [le congédiement des Remparts]. On a regardé des options ensemble. Pour l'instant, avec son staff, tous les postes étaient remplis avec des contrats qui se continuaient. [...] C'est un gars qui m'a bien conseillé dans la décision que je devais prendre pour mon cheminement. De pouvoir compter sur son appui, je ne pouvais pas demander mieux», a fait savoir Laperrière.

Avec le Blizzard, le nouveau pilote retrouve le directeur général de la formation Claude Lefebvre, avec qui il a formé la paire d'adjoints de Roy pendant cinq ans, chez les Remparts.

«J'avais la chance de connaître Martin. Je connais son côté passionné du hockey. C'était clair. C'est un travailleur acharné aussi. Je l'ai vu aller pendant cinq saisons. Je sais que c'est un travaillant. C'est un éducateur aussi, un enseignant. Il s'occupait des études avec les Remparts. Pour moi, après ça, ç'a été un no brainer. À partir de là, et voyant son intérêt pour l'organisation et l'équipe, c'était mon homme», a indiqué Lefebvre.

Peu de contacts avec Boucher depuis deux mois

Même si la poussière a eu le temps de retomber depuis le congédiement de Martin Laperrière par les Remparts de Québec il y a deux mois, l'ancien adjoint de Philippe Boucher ne comprend toujours pas les raisons qui ont mené à son renvoi, un mois à peine après s'être vu octroyé une prolongation de contrat.

«Ç'a été très difficile, je dois admettre. Je ne m'y attendais pas. Même aujourd'hui, je ne comprends pas comment on en est arrivés là. Mais ça fait quand même partie du hockey. Je ne suis pas le premier et pas le dernier à qui quelque chose comme ça peut arriver. Oui, je l'ai pris dur. J'ai eu du bon support du monde qui m'entourait. D'un autre côté, quand une porte se ferme, il faut vraiment regarder de l'avant et c'est ce que j'ai fait», a indiqué Laperrière, qui voyait alors une association de 11 ans prendre fin.

Depuis la rupture, le nouvel entraîneur-chef du Blizzard du Séminaire Saint-François dit n'avoir eu aucune conversation avec son ancien patron, Philippe Boucher, à ce sujet.

«J'ai eu beaucoup de messages de félicitations pour le rôle que je viens d'accepter, dont un de lui. J'ai lu tous mes messages. J'ai apprécié le support, mais je n'ai pas eu d'autre contact...» a-t-il laissé entendre.

Lorsqu'il fait le bilan de ses années chez les Remparts, Laperrière préfère retenir les épisodes les plus positifs de cette association.

«On a eu un championnat ensemble. On a eu des joueurs exceptionnels, que ce soit les Vlasic, Tam, Sersen. À travers les années, tu te fais des relations. J'ai eu beaucoup de joueurs qui m'ont écrit quand [le congédiement] est arrivé. Des joueurs de l'édition actuelle et des joueurs passés. Je suis content parce que je me suis fait de bons amis, des gars comme Steve Bélanger, Stéphane Savard, Nicole Bouchard. Tous des gens qui le font pour les bonnes raisons et qui ont du plaisir à travailler à tous les jours», a conclu Laperrière, qui a profité de sa tribune pour remercier l'organisation et les fans des Remparts de leur confiance.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer