Courteau à la recherche de solutions

Le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, a... (Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, a abordé plusieurs sujets lors de son point de presse de vendredi.

Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHARLOTTETOWN) Charlottetown / Baisse des assistances dans la LHJMQ, joueurs récalcitrants, modification des divisions, ligue canadienne unique... Le commissaire Gilles Courteau a abordé plusieurs sujets lors de son «adresse à la nation» lors des assises de la Ligue, vendredi à Charlottetown.

  • La chasse aux revenus
La baisse des assistances a continué de monopoliser les discussions aux assises annuelles de la LHJMQ. Embauché pour faire l'analyse des 18 marchés de la Ligue, le consultant en marketing Ray Lalonde a fait part de ses conclusions aux représentants des équipes dans une présentation de deux heures, en matinée.

Très discret sur la teneur des discussions, Courteau a indiqué que le mandat de l'ancien vice-président du Canadien de Montréal avait comme objectif d'augmenter les assistances et de trouver de nouvelles sources de revenus et de nouvelles idées pour les générer. D'ici quatre à six semaines, Lalonde remettra également un bilan individuel à toutes les formations.

La réunion des gouverneurs en août sera l'occasion de faire un retour et d'établir des pistes de solution, dont certaines pourraient être mises en place dès l'an prochain. «Tout le monde va prendre le temps de digérer tout ça, d'analyser plus en profondeur la présentation de plus de deux heures et de se faire une tête», a laissé savoir  Courteau, conscient des disparités entre les différents marchés de son circuit.

«Le point commun, c'est que tout le monde peut améliorer sa situation et ses sources de revenus et ses ventes de billets pour être en mesure d'opérer convenablement dans la LHJMQ.»

  • Les récalcitrants
Après Shane Bowers avec les Screaming Eagles du Cap-Breton en 2015, c'est maintenant au tour de l'espoir Jared McIsaac d'annoncer, en amont du repêchage, qu'il ne se présentera pas au Drakkar s'il est repêché par Baie-Comeau. Courteau déplore cette nouvelle tendance chez les joueurs bien cotés de son circuit de choisir leur destination. Il constate toutefois que la réglementation mise en place pour compenser les équipes lésées fonctionne.

«Cette réglementation-là a été très bénéfique pour les clubs qui l'ont utilisée. C'est certain que ce n'est pas quelque chose qu'on aime quand un joueur refuse de se présenter. Au moment où l'on se parle, c'est hypothétique. La séance de repêchage est samedi. Dans des situations comme celles-là, nos 18 clubs ont quand même fait la preuve de l'encadrement qu'ils peuvent donner aux joueurs. Le joueur a plusieurs options aujourd'hui, ce qu'il n'avait pas il y a une dizaine d'années.»

  • Divisions modifiées?
En principe, Courteau n'est pas opposé à une redéfinition des divisions de la LHJMQ visant à encourager les rivalités naturelles. Il n'envisage toutefois pas pareil changement au cours de la prochaine année. «Pour cette année, c'est le statu quo. On a fait le calendrier, tout est établi. Mais l'année prochaine, on est toujours ouverts à regarder les différentes options. Parce que modifier les divisions, ça va avoir des conséquences. Il faut prendre le temps de regarder tout ça.»

Réduire le nombre d'équipes de la ligue à 16, afin de favoriser le redécoupage des divisions, n'est toutefois pas considéré. «Le voeu du Bureau des gouverneurs et des propriétaires, c'est de maintenir une ligue à 18 équipes, et de maintenir nos équipes à l'endroit où elles sont présentement. Et pas d'expansion.»

  • Une superligue
Ayant alimenté les discussions au cours de la dernière année, l'unification des trois ligues régionales de la LCH à l'intérieur d'une même superligue ne serait pas une priorité pour les dirigeants du circuit canadien. «Je ne pense pas qu'on soit rendus à l'étape de pouvoir prévoir une ligue unique. On est peut-être rendus à l'étape de renforcer le volet de la Ligue canadienne de hockey, le branding, les événements qu'on fait au niveau de la LCH. Il faut qu'on puisse encore améliorer cet aspect-là, améliorer notre structure administrative de la LCH, la réglementation qui découle de ça. Mais je pense qu'on va continuer d'opérer au niveau de trois ligues régionales comme on le fait encore pour les quelques années à venir.»  Avec Dave Ainsley, Le Quotidien

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer