Repêchage: le Drakkar très courtisé

Le dg Steve Ahern (à gauche) a assuré... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le dg Steve Ahern (à gauche) a assuré l'intérim derrière le banc du Drakkar pendant une bonne partie de la saison dernière.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>

(Baie-Comeau) Détenteur de 4 choix dans les 20 premiers au repêchage de la LHJMQ ce samedi, le Drakkar de Baie-Comeau fait l'objet de toutes sortes de tentatives de séduction de plusieurs autres équipes. En conséquence, il serait plutôt surprenant que Steve Ahern conserve tous ces choix sans bouger.

«Présentement, on a beaucoup de demandes pour notre choix numéro 2, dont deux équipes très intéressées», a confié mercredi matin le dg du Drakkar, qui détient également les choix 14, 15 et 20. «On va bien étudier toutes les offres, à savoir si on fait une transaction ou non, mais c'est sûr qu'on va être exigeants parce que si on fait une transaction, c'est pour assurer l'avenir de l'équipe à moyen et long terme», a ajouté Ahern, qui attendait le vol qui le mènerait de Montréal à Charlottetown.

Quant aux choix 14 et 15, le Drakkar pourrait transiger un des deux pour s'avancer dans le rang de repêchage, car le dg est ambitieux. «Le choix numéro 20 peut aussi être une monnaie d'échange. C'est très bien d'avoir quatre choix dans les 20 premiers, mais ce serait encore mieux d'en avoir trois dans les huit premiers. Quand t'as la chance de sélectionner les meilleurs, tu peux améliorer ton club assez vite», de faire valoir Ahern.

Le patron hockey du Drakkar rappelle toutefois que s'il n'y a pas d'échange, il ne sera pas mal pris d'aller à la tribune pour le deuxième choix. Que ce soit Benoît-Olivier Groulx ou Jared McIsaac, il se dit assuré de prononcer le nom d'un futur joueur d'impact. Ahern refuse de spéculer sur la sélection des Mooseheads d'Halifax, détenteurs du premier choix, mais soutient que «si Groulx est choisi premier, on va prendre le meilleur joueur disponible, qu'il vienne des Maritimes ou d'ailleurs».

Beaucoup de temps pour discuter

Après le choix numéro 20 du Drakkar, l'équipe de dépisteurs aura beaucoup de temps pour discuter du prochain choix, le premier de la sixième ronde, 71 rangs plus loin. «On avait manoeuvré pour avoir cinq choix dans les cinq premières rondes, mais un élément hors de notre contrôle nous a fait perdre notre choix de cinquième ronde», a souligné Ahern, rappelant par là que la Ligue a dépouillé le Drakkar de ce choix afin de servir de compensation au Phoenix de Sherbrooke dans l'échange impliquant Alexis Vanier, blessé au moment de la transaction.

Pour ce qui est des joueurs qui ont déjà porté les couleurs du Drakkar, Ahern confie que la demande est rare, sur la Côte-Nord comme ailleurs. «À ce stade-ci, tout le monde est content de ses joueurs et c'est tranquille sur ce plan.»

En terminant, le directeur général a tenu à souligner que ce 20repêchage de l'histoire du Drakkar servira aussi de moment de recueillement aux membres de la direction, car l'un des dépisteurs de l'équipe, Denys Faucher, est présentement hospitalisé, victime d'un AVC.

Le dg et entraîneur-chef de l'Océanic Serge Beausoleil ... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Le dg et entraîneur-chef de l'Océanic Serge Beausoleil 

Photothèque Le Soleil

Beausoleil et l'Océanic à l'affût

Contrairement à son voisin de l'autre côté du fleuve, l'Océanic sera sûrement moins visible lors de la première ronde du repêchage. Si le Drakkar de Baie-Comeau a quatre choix parmi les 20 premiers, les Rimouskois n'ont pas de choix de premier tour.

L'Océanic a dû céder son premier choix à Drummondville en guise de compensation dans l'échange d'Anthony DeLuca, qui n'a pas joué dans la LHJMQ l'an dernier. Rimouski a déposé une plainte auprès de la Ligue, mais elle a été rejetée début mai. Le dg et entraîneur-chef Serge Beausoleil est toutefois à l'affût pour éventuellement récolter un droit de parole en première ronde. «Au moment où on se parle, toutes les options sont sur la table, même si les prix sont un peu élevés. Mais c'est toujours possible de s'avancer si une opportunité se présente pour un joueur qu'on aime.»

Beausoleil ne cache pas qu'il est intéressé par des choix au repêchage. Il possède présentement le choix de deuxième ronde (31e) de Cap-Breton (acquis dans l'échange de Michaël Joly), un choix de quatrième, deux de cinquième et deux de sixième tour, en plus d'un choix par ronde pour les rondes 8 à 14.  «Avec 19 ou 20 gars susceptibles de revenir avec l'équipe, c'est clair qu'on veut repêcher. De plus, les discussions à propos des joueurs sont assez sommaires. Il y a plusieurs joueurs disponibles et les choix valent leur pesant d'or, alors tout le monde reste un peu sur ses positions actuellement.»

La transaction pour Joly sera encore plus payante l'an prochain, alors que l'Océanic recevra le premier et le second choix des Screaming Eagles. Les experts s'entendent pour dire que la cuvée 2017 devrait déborder de talent. «On est l'une des équipes qui ont présentement le plus de choix en 2017», a noté Beausoleil en rêvant déjà un peu à l'an prochain.

Steeve Paradis (collaboration spéciale)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer