Pierre-Luc Dubois de plus en plus fébrile

Le hockey, c'est une histoire de famille chez... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le hockey, c'est une histoire de famille chez les Dubois. Pierre-Luc accompagnait son père, en mission de dépistage pour l'Océanic de Rimouski, à la Coupe Dodge, à Lévis. Éric Dubois a vécu son propre repêchage de la LNH, lui qui a été un choix de quatrième ronde des Nordiques de Québec.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Officiellement en vacances depuis mardi, le meilleur espoir nord-américain en vue du prochain repêchage de la LNH, Pierre-Luc Dubois, profitait de son congé prématuré - il n'a pas été retenu par Équipe Canada U18 - pour accompagner son père Éric, en mission de dépistage pour l'Océanic de Rimouski, à la Coupe Dodge, à Lévis, dimanche.

Même s'il n'a toujours pas digéré l'élimination des siens en sept matchs face aux Sea Dogs de Saint-Jean, l'attaquant des Screaming Eagles du Cap-Breton s'autorise finalement à penser au repêchage de la LNH, lui qui s'était fait un point d'honneur de demeurer concentré sur son équipe, tout le long de la dernière saison.

Trônant au sommet du dernier relevé de la Centrale de recrutement chez les espoirs nord-américains, liste sur laquelle il a fait un spectaculaire bond de six rangs depuis le bulletin de mi-saison, passant de la septième à la première position, l'attaquant de 6'2" et 200 livres admet que la fébrilité le gagne tranquillement.

«C'est le fun! Quand tu es jeune, tu rêves à ça, au repêchage. Tout va vraiment vite, en ce moment. J'ai juste hâte d'être là. Surtout que présentement, je suis chez nous assis sur le divan, alors je n'ai que ça à penser! La prochaine étape, c'est le combine. Après ça, ça va être le repêchage. Ça s'en vient!» a lancé le grand numéro 18 des Screaming Eagles, visiblement excité.

Le 2 mai, le Rimouskois de 17 ans prendra la direction de Châteauguay, où il reprendra l'entraînement au gymnase de Mark Lambert, préparateur physique du Lightning de Tampa Bay. Cela lui laissera près d'un mois pour se préparer au combine de la LNH, qui se tiendra à Buffalo, le 29 mai.

«Présentement, je suis à Rimouski. Je me repose un peu. Ça fait longtemps que je n'ai pas été chez nous, alors ça fait du bien. Ensuite, je vais aller m'entraîner au gym de Mark Lambert. [...] Au Cap-Breton, on s'entraîne avec son assistant, Sébastien [Lagrange], qui est consultant pour l'équipe. Et mon agent le connaît très bien. Je suis allé m'entraîner là l'année passée et j'adore ça», a indiqué l'auteur de 99 points, soit 42 buts et 57 passes, en 62 matchs, cette saison.

Une première depuis Crosby

Premier joueur de la LHJMQ à coiffer le palmarès nord-américain de la Centrale de recrutement de la LNH depuis Sidney Crosby en 2005, Dubois ne cache pas son impatience de connaître son sort le 24 juin, jour où s'effectueront les sélections de première ronde et - tout un hasard! - jour de son 18anniversaire.

«C'est sûr qu'on se fait des petits scénarios dans notre tête, mais la loterie, le 30 avril, ça va donner une meilleure idée de ce qui va arriver...» a rappelé le produit des Albatros du Collège Notre-Dame, qui a peu de chances d'être sélectionné par son équipe préférée, les Flyers de Philadelphie.

Un repêchage familial

Qu'à cela ne tienne! Dubois se dit prêt à aller «n'importe où» pour réaliser son rêve de jouer dans la LNH. Le jour du repêchage à Buffalo, c'est entouré de sa famille paternelle, en provenance de Montréal, et de sa famille maternelle, qui fera le voyage d'Atlanta, qu'il apprendra ce que le sort lui réserve.

«Toute ma famille va être là. Mon père va être là. Lui, il a vécu son repêchage. Là, il va vivre le mien. Ça va être une grosse semaine pour ma famille. Ça va vraiment être le fun!» a lancé Dubois, dont le paternel, un ancien défenseur, avait été un choix de 4e ronde (76e au total) des Nordiques de Québec, en 1989.

«On a perdu la série lors du sixième match»

Pierre-Luc Dubois a amassé 99 points, soit 42 buts... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé) - image 3.0

Agrandir

Pierre-Luc Dubois a amassé 99 points, soit 42 buts et 57 passes, en 62 matchs, cette saison.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Les Screaming Eagles menaient 3-2 face aux Sea Dogs lorsqu'ils se sont présentés devant leurs partisans, au Centre 200 de Sydney, pour la sixième rencontre, avec l'espoir d'enlever les honneurs de leur série quart de finale. Les hommes de Marc-André Dumont ont toutefois échappé ce match pivot et subi l'élimination en sept matchs.

«On a perdu la série lors du sixième match. On était chez nous, devant nos partisans. On jouait à guichets fermés. On avait une très bonne foule et on n'a pas été capables de remporter le match. Après ça, on est allés à Saint-Jean. Ça leur a donné du gaz devant leurs fans. On a bien commencé le match, mais on n'a pas été capables de bien jouer pendant 60 minutes», a estimé Pierre-Luc Dubois, s'empressant d'ajouter qu'un «septième match peut aller d'un bord comme de l'autre».

Pour la formation du Cap-Breton, qui s'était améliorée aux Fêtes en faisant notamment l'acquisition de Giovanni Fiore, Massimo Carozza et Michaël Joly, cette sortie précipitée constitue une grande déception.

«On a fait des échanges à Noël pour se renforcer pour les séries. Après Noël, on avait l'une des meilleures fiches dans la LHJMQ. On a perdu seulement deux ou trois matchs à la maison. On s'attendait vraiment à des grosses performances dans les séries. Je pense qu'on a bien joué. C'est juste qu'on n'a pas été capables d'obtenir les résultats qu'on souhaitait», a raconté Dubois, qui a bouclé ses séries avec une production de 12 points en 12 matchs, dont 7 buts.

Sur le plan personnel, le grand ailier gauche a rempli ses objectifs, lui qui visait de devenir un attaquant plus performant dans les deux sens de la patinoire.

«Je pense que j'ai eu une bonne saison. Je voulais amener ça dans les séries, être un joueur complet. Et je pense que c'est ce que j'ai fait. J'ai joué contre les grosses lignes de l'autre bord, contre des bons défenseurs. Je pense que ç'a bien été. Mais en bout de ligne, on n'a pas gagné. Et ça reste ce qu'il y a de plus important...» 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer