Les Remparts à la recherche de buts

Selon Massimo Carozza (au centre), Nikolas Brouillard manque... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Selon Massimo Carozza (au centre), Nikolas Brouillard manque beaucoup à l'équipe tant sur le jeu de puissance qu'à  forces égales.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec)

Plutôt efficaces en défensive face à l'Océanic jeudi, les Remparts ont été coulés par leur manque de finition à l'attaque, que ce soit à forces égales ou en avantage numérique. Pour remédier à la situation, Philippe Boucher a dirigé un long atelier de tirs au but, au Pavillon de la jeunesse, vendredi. Ses joueurs parviendront-ils maintenant à passer de la théorie à la pratique?

Ayant limité les visiteurs du Centre Vidéotron à huit lancers lors des deux premières périodes jeudi, les Remparts étaient placés en bonne position pour remporter le match, dirigeant 30 lancers vers Louis-Philip Guindon. Ils ont toutefois été incapables de concrétiser leurs nombreuses chances de marquer, particulièrement au cours de quatre de leurs cinq avantages numériques. 

«Quand tu domines une première période comme on a dominé la première période jeudi, ça ne devrait pas être 1-0. Ça devrait être 2-0. Ça fait une couple de games, où ç'a été la même affaire. On aurait pu faire mal à l'autre club si on avait eu ce but-là en plus», croit Boucher.

Sur l'attaque à cinq, le grand manitou des Remparts juge qu'il n'y a pas suffisamment de rondelles qui se rendent jusqu'aux gardiens. Une situation qui s'explique en grande partie par la perte du quart-arrière Nikolas Brouillard, dont l'absence se fait ressentir.

«Il faut envoyer des rondelles au filet. On l'a vu sur le but de Beaton [en avantage numérique], jeudi. C'est une question de capitaliser sur nos chances. [...] Ce qui nous fait mal à cinq contre cinq, c'est quasiment la même chose. Les patrons sont bons, les sorties de zone sont correctes. Certains joueurs se compliquent la vie un petit peu. Ce qu'il faut, c'est laisser la rondelle faire le travail», a poursuivi le pilote, qui aimerait bien trouver des solutions à son avantage numérique avant de prendre la route de l'Abitibi, mardi.

Il devra toutefois le faire sans compter sur Brouillard qui, même s'il devait accompagner l'équipe, ne pourrait pas revenir au jeu avant le retour à Québec. «Il nous manque, c'est sûr!» a lancé le centre Massimo Carozza. «C'est le quart-arrière de l'équipe, tout le monde sait ça. C'est le meilleur défenseur de la ligue. Alors quand il va revenir, ça va aider beaucoup l'avantage numérique. Même sur le cinq contre cinq, il est bon avec la rondelle, alors il va rendre les autres meilleurs.»

Combinaison efficace

Aux yeux de Boucher, c'est la combinaison efficace d'un joueur placé devant le filet adverse pour récupérer des rebonds et d'un coéquipier à la recherche d'ouvertures pour tirer, qui assure le succès d'une unité d'attaque à cinq. 

«On a trouvé des gars pour aller en avant du filet. Maintenant, ce que ça nous prend, c'est un gars qui se tient prêt, et lorsqu'il y a une ligne de tir, qui ne se pose pas de question, puis dirige la rondelle au filet. C'est ce que Brouillard faisait vraiment bien, l'année passée. C'est ce que Graves n'était pas gêné de faire non plus. C'est ce qu'on veut. Quand tu fais ça, ça ouvre les lignes de passe.»

En attendant, un atelier de tirs au but demeure du temps bien investi, croit Carozza. «Je pense que c'est bon pour la confiance. Tu pratiques ton tir où tu veux la mettre dans le filet. Au cours du match, je pense que ça peut marcher. Et les trucs pour les tirs sur réception, ça peut aider dans des situations de match.»

En vitesse...

Philippe Boucher a demandé des explications au directeur de l'arbitrage de la LHJMQ, Richard Trottier, pour la décision d'accorder le but de l'Océanic (Dylan Montcalm) marqué avec un patin, jeudi. «Le règlement dit qu'une rondelle qui entre dans le but, après avoir dévié [...] sur le patin d'un joueur en voie d'arrêter, sera déclarée valide. Moi, je pense qu'il a arrêté, alors que la règle dit "en voie d'arrêter". Ça prête à interprétation»... Lorsqu'il a appris que les Wildcats s'amèneraient à Québec dimanche avec leur attaquant vedette Conor Garland, remis d'une commotion cérébrale, Boucher n'a pas tari d'éloges envers l'espoir des Coyotes. «Il vaut le déplacement. Je pense que les gens peuvent venir le voir jouer]. C'est tout un joueur de hockey!»... Les défenseurs Antoine Crête-Belzile (BLB), de Québec, Jérémy Groleau (CHI), de Lévis, et Yan Aucoin, du Drakkar, ainsi que les attaquants Louis-Philip Côté (ROU), de Laurier-Station, et Alex-Olivier Voyer, de l'Océanic, ont été choisis pour représenter le Canada lors du Défi mondial des moins de 17 ans, qui se déroulera début novembre, en Colombie-Britannique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer