Match suspendu: un joueur de l'Océanic s'écroule après une mise en échec

Samuel Beck...

Agrandir

Samuel Beck

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) Dans la vie, il y a des choses plus importantes que le hockey. Les spectateurs réunis au Centre Henry-Leonard de Baie-Comeau samedi en ont eu un rappel inquiétant, alors qu'un joueur de l'Océanic de Rimouski, Samuel Beck, s'est écroulé sur le banc des siens après avoir subi une mise en échec.

Beck a été frappé par Simon Desbiens du Drakkar qui, incidemment, disputait son premier match de la saison. Le contact ne semblait pas si grave, mais, à son retour au banc de l'Océanic, l'ailier droit recrue a perdu connaissance. Le thérapeute sportif de l'équipe, Maxime Provencher, est intervenu, et il a été assisté rapidement de l'équipe médicale en place pour le match, comme l'exige le protocole de la LHJMQ.

Au début de l'intervention de l'équipe d'urgence, Beck était conscient et était assis sur le banc. On lui a par la suite donné de l'oxygène avant de l'étendre sur une civière. Durant ce temps, les deux formations ont été invitées à regagner leur vestiaire. Les ambulanciers l'ont ensuite conduit à l'hôpital.

Le directeur de la sécurité des joueurs dans le circuit, Raymond Bolduc, était justement à Baie-Comeau pour les deux rencontres de la fin de semaine. Après consultation avec les deux entraîneurs-chefs, Serge Beausoleil pour l'Océanic et Marco Pietroniro pour le Drakkar, et de longues minutes après le départ de Beck, il a été convenu que la rencontre serait reportée à une date ultérieure, «par mesure de sécurité pour les joueurs».

Aucun but au compteur

Il n'y avait que sept minutes et 21secondes d'écoulées dans ce duel lorsqu'est survenu cet inquiétant moment. Le pointage était toujours de 0-0 et Rimouski bénéficiait d'une supériorité numérique.

Selon M. Bolduc, les joueurs de l'Océanic étaient passablement ébranlés par la blessure subie par leur jeune coéquipier de 17 ans et, en conséquence, la direction du Drakkar a accepté que le match soit reporté.

«Pour l'instant, on n'a aucune nouvelle, aucun diagnostic. Tout ce que je sais, c'est que Samuel était conscient quand il est parti», a déclaré un Serge Beausoleil évidemment préoccupé quelques minutes après le report de la rencontre. «Dans les circonstances, tous ont convenu que ce n'était pas approprié de reprendre le match.»

Le pilote de l'Océanic, qui s'apprêtait à recevoir son homologue du Drakkar venu aux nouvelles, a tenu à souligner l'intervention rapide de l'équipe médicale du Drakkar, «qui a été extraordinaire». Beausoleil a ensuite conclu que, pour l'instant, Samuel Beck se trouvait dans les meilleures mains possible dans les circonstances, celles des médecins.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer