Classique hivernale: les experts de la glace

Patrick Couture était bien content d'avoir réussi à... (Photo Le Nouvelliste, Sylvain Mayer)

Agrandir

Patrick Couture était bien content d'avoir réussi à faire une glace de qualité pour la première Classique hivernale de la LHJMQ.

Photo Le Nouvelliste, Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Fort occupé pendant plusieurs jours à préparer le théâtre de la première Classique hivernale de la LHJMQ, l'équipe de Glaces CT passera la prochaine semaine à démonter la patinoire réfrigérée avec l'impression d'avoir livré la marchandise.

«On est bien content, c'est une belle carte de visite pour notre entreprise», a convenu Patrick Couture, l'un des deux partenaires dans la compagnie qu'il développe avec Yannick Tremblay.

Les deux anciens coéquipiers des Harfangs de Beauport besognent dans le domaine depuis maintenant cinq ans. Pendant que Couture prenait des photos en souvenir lors des tirs de barrage, samedi soir à Saint-Tite, des employés de Glaces CT surveillaient attentivement l'état du parcours pour le Red Bull Crashed Ice qui se tenait en même temps à St. Paul, au Minnesota.

«La présentation de la Classique hivernale a fait la démonstration qu'on était capable de faire une glace de qualité dans des conditions extrêmes. Mais je ne le cacherai pas, j'étais bien content quand Dame Nature nous a donné plus de chaleur à l'approche des deux matchs, en fin de semaine, parce qu'à - 27, il n'y a rien à faire, la glace devient trop dure», a confié l'ex-gardien de but de Québec qui a fait partie de la première cuvée des Remparts à leur renaissance, en 1997.

comme dans l'ancien temps

Pendant le match, il n'y avait rien à faire pour améliorer les défauts de la glace, outre de profiter des temps d'arrêt déjà prévus - même à l'intérieur - pour gratter la neige comme il se fait à l'extérieur depuis de nombreuses générations. Cela ne faisait qu'ajouter au cachet particulier de l'événement ayant attiré plus de 13 000 spectateurs dans les Grandes Estrades du festival western de Saint-Tite, dont 7323 pour le match remporté 3-2 en tirs de barrage par les Remparts contre les Cataractes de Shawinigan, samedi.

«Pour le hockey, ce qu'on vient de faire peut nous aider. Un parcours de Crashed Ice, c'est impressionnant, mais c'est différent que de monter une patinoire qui doit répondre aux standards élevés d'une ligue comme la LHJMQ. En plus, ça nous a permis de revenir aux sources de notre sport», a ajouté celui qui surveillait attentivement les cadrans reliés au système de refroidissement. Le froid intense des prochains jours pourrait compliquer un peu la tâche pour le démontage.

Basée à Saint-Augustin, les Glaces CT n'en était pas à sa première Classique hivernale. En 2012, l'entreprise avait participé au match extérieur de Lévis entre les Commandeurs et le SSF (midget AAA). Ces temps-ci, leur carnet de travail est bien rempli avec l'anneau des Plaines, la Fête des neiges du parc Jean-Drapeau, le Stade olympique et le Crashed Ice du Minnesota.

«À chaque année, on ajoute du matériel. Tout ce que l'on voit ici nous appartient. Les bandes, les baies vitrées, le filage, la tuyauterie, etc.», a conclu Patrick Couture en espérant que la LHJMQ répète l'expérience dans un avenir rapproché.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer