Le charme suranné du Masters

Le Japonais Hideki Matsuyama frappe son coup de... (AFP, Andrew Redington)

Agrandir

Le Japonais Hideki Matsuyama frappe son coup de départ au premier trou lors de la ronde initiale du Tournoi des maîtres 2017. Le Masters, c'est le respect de la tradition et des principes inculqués par les fondateurs en 1934. Plusieurs sont encore en vigueur, dont la pose de cordes le long de chaque trou, interdisant à quiconque, sauf les joueurs et les cadets, de se tenir à l'intérieur des cordages.

AFP, Andrew Redington

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Réal Labbé, collaborateur spécial</p>
Réal Labbé

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Augusta) Il y a plusieurs raisons qui font du Tournoi des maîtres un événement aussi spécial. En voici quelques-unes.

Le ton à la saison

Le Masters est un événement qui donne le ton à la saison de golf. Ça signifie le retour des snowbirds à la maison après avoir passé quelques mois sous les chauds rayons du soleil. Et dans les régions plus au nord, ça veut dire que la saison de golf est sur le point de commencer si l'hiver n'a pas été trop difficile. Le Tournoi des maîtres, c'est aussi le premier majeur du circuit professionnel. Il faut passer par Augusta pour aspirer à compléter un vrai «grand chelem».

Sur invitation

Il s'agit d'un tournoi sur invitation, autant pour les joueurs que pour les membres des médias. Les golfeurs doivent respecter certains critères pour être admissibles, mais la direction se réserve le droit d'en refuser. Chaque joueur admissible reçoit une invitation écrite. Comme journaliste, si tu étais accrédité une année, tu reçois une invitation pour faire une autre demande d'accréditation. Les champions amateurs de l'Europe, de l'Asie, de l'Amérique du Sud et de l'Amérique du Nord sont invités à participer à cette grand-messe du golf.

Tradition, innovation et décorum

Le Tournoi des maîtres, c'est le respect de la tradition et des principes inculqués par les fondateurs Bobby Jones et Clifford Roberts en 1934. Plusieurs sont encore en vigueur. Comme le fait de jouer quatre rondes de 18 trous, du jeudi au dimanche. Augusta National a dicté le ton à la planète golf à ce chapitre.

Autre principe: la pose de cordes le long de chaque trou, interdisant à quiconque, sauf les joueurs et les cadets, de se tenir à l'intérieur des cordages. Cette pratique en toujours en vigueur. C'est pourquoi vous ne verrez jamais, comme c'est le cas dans les autres tournois, plein de personnes - journalistes, photographes ou cameramans - suivre les joueurs. Les photographes, surtout, doivent se positionner parmi les spectateurs. Et les caméras de télévision sont bien dissimulées.

Le Masters est spécial à cause du décorum et de l'étiquette. Robert Tyrone Jones, le président à perpétuité du Augusta National, a écrit en 1967 que ces deux qualités étaient aussi essentielles que les règles régissant le sport lui-même. «C'est correct pour les spectateurs d'applaudir les bons coups en proportion de leurs difficultés, mais les démonstrations exagérées des joueurs ou des cadets ne sont pas appropriées, car ils peuvent déranger les autres compétiteurs.

«Ce qui est le plus malheureux pour ceux qui aiment ce sport, ce sont les applaudissements pour ridiculiser un mauvais coup ou une maladresse des joueurs. Ce n'est pas arrivé souvent ici et il faut les éliminer complètement si on veut que nos spectateurs continuent de mériter leur réputation de plus grands connaisseurs de golf au monde.»

C'est la raison pour laquelle vous n'entendez pas crier quelques imbéciles et que le Tournoi n'a pas besoin d'avoir de bénévoles tenant un panneau demandant le silence quand un joueur s'apprête à jouer. Tout se fait naturellement, dans le plus grand respect.

Stationnement gratuit... et sandwichs au pimento

Augusta se distingue par la présence de bénévoles qui sont d'une gentillesse agréable, avec toujours un bon mot pour accueillir les amateurs. Et pour plusieurs d'entre eux, c'est l'occasion de rencontrer des gens de toutes les nationalités. Voici en rafale d'autres particularités du Tournoi des maîtres :

Absence de toute publicité sur le terrain. Pas de bannières de compagnies, pas de camions de manufacturiers d'équipements dans les limites du terrain, pas de tentes d'hospitalité. Pas plus de publicité sur les emballages des aliments servis à la clientèle.

Stationnement gratuit pour des milliers d'automobiles. Le club Augusta National a acheté des terrains alentour du parcours pour satisfaire les spectateurs.

Prix modiques des breuvages et de la nourriture. L'item le plus dispendieux, dans les quelques lieux de restauration bien disséminés sur le terrain, est un verre de bière, d'une bonne quantité, à 5 $ pour un produit local ou de microbrasserie ou un sandwich à 1,50 $. Comme quoi tu n'as pas besoin d'égorger le monde qui vient t'encourager.

Le Tournoi des maîtres, c'est un journaliste comme Dan Jenkins qui en est à sa 67participation. Celui qui est collaborateur au magazine Golf Digest était un bon ami de Ben Hogan. Et en dépit de l'excellente cuisine servie dans la salle de presse, il continue à manger des sandwichs au pimento, le repas fétiche à Augusta, pour conserver, dit-il, l'esprit de tradition.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer