Tiger Woods part en lion, puis trébuche

Après quatre oiselets sur les huit premiers trous,... (AP, Lynne Sladky)

Agrandir

Après quatre oiselets sur les huit premiers trous, tout s'est gâté pour Tiger Woods sur le neuf de retour de la première ronde du Challenge Hero World qui est disputé aux Bahamas jusqu'à dimanche.

AP, Lynne Sladky

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Nassau

Non seulement Tiger Woods s'est-il remis au golf, jeudi, mais il est redevenu le dangereux Tiger. Pas pour longtemps toutefois...

De retour après 466 jours d'absence, de doutes et de douleurs, Woods, tout vêtu de noir, a très bien amorcé sa journée avec quatre oiselets sur les huit premiers trous, ce qui lui a valu d'occuper brièvement la première place du Challenge Hero World. Tout s'est gâté sur le neuf de retour. Trois coups dans les buissons, un coup dans l'eau et quelques colères plus tard, il a finalement remis une carte de 73 (+ 1) après deux catastrophiques doubles bogueys sur les trous 16 et 18.

L'ex-numéro un mondial, qui a glissé à la 898e place, occupe le 17e et avant-dernier rang du tournoi organisé au profit de sa fondation et qui n'oppose que 18 joueurs invités. Seul Justin Rose possède un pointage cumulatif plus élevé.

«J'ai commis des erreurs stupides. Des erreurs que je n'ai pas l'habitude de commettre», a avoué Woods. «Mais je n'ai pas joué depuis longtemps et malheureusement, j'ai fait ces erreurs. Il reste encore trois jours et je peux me reprendre.»

La curiosité était plus grande que les attentes pour Woods, qui participait à sa première compétition depuis le 23 août 2015, lorsqu'il avait terminé à égalité au 10e rang au Championnat Wyndham. Opéré au dos pour la troisième fois en octobre 2015, il revient de loin et a même un temps paru perdu pour le golf professionnel.

Il n'a par conséquent pas boudé son plaisir de retrouver les verts et ses rivaux. «Cela m'a fait du bien de ressentir à nouveau l'adrénaline de la compétition, j'ai attendu longtemps ce moment», a-t-il souri. «Il faut juste que je joue, j'ai besoin de retrouver mes habitudes.»

«Il frappe vraiment bien»

Son compatriote Patrick Reed, son partenaire lors de cette première ronde, a été le spectateur privilégié de ce retour très attendu. «Son élan est bien en place, il frappe vraiment bien, il est bien en contrôle, je ne me fais pas de soucis pour lui.»

Woods ressentait tellement de douleur l'année dernière qu'il se demandait même s'il avait disputé son dernier tournoi en carrière. «Quand j'ai frappé mon coup de départ au deuxième trou, j'avais déjà le rythme de ma ronde. C'est important pour moi, après toutes les pauses. De ne pas jouer pendant 15 mois et de retrouver la touche au deuxième trou, c'est très bien.»

Woods, qui compte à son palmarès 79 titres de la PGA, dont 14 en grand chelem, accuse neuf longueurs de retard sur son compatriote J.B. Holmes (64), meneur devant le Japonais Hideki Matsuyama (65) et l'Américain Dustin Johnson (66). «Ç'aurait pu devenir une très bonne ronde. J'ai connu un bon départ, mais je n'ai pas bien joué sur les normales 5 en milieu de ronde et j'ai perdu des coups. Somme toute, je me sens très bien.» Avec AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer