Jimmy Walker, inattendu meneur au Championnat PGA

Jimmy Walker au départ du neuvième trou, sur... (AFP, Streeter Lecka)

Agrandir

Jimmy Walker au départ du neuvième trou, sur le parcours de Baltusrol, au New Jersey. Walker a remis une carte de 65 au terme de la première ronde du Championnat PGA.

AFP, Streeter Lecka

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Springfield

Jimmy Walker est l'inattendu meneur après la première ronde du Championnat PGA, quatrième et dernière épreuve du grand chelem de l'année.

Walker, 49e joueur mondial, imitera-t-il Danny Willett, Dustin Johnson et Henrik Stenson? Il tente de devenir le quatrième golfeur à signer une première victoire en tournoi majeur cette saison. S'il y parvient, il s'agira seulement de la cinquième saison depuis 1934 que les quatre tournois majeurs sont remportés par des golfeurs qui n'en avaient jamais gagné auparavant. 

Walker a remis une carte de 65, soit cinq coups sous la normale du parcours de Baltusrol (New Jersey), avec six oiselets et un boguey. «C'est une bonne journée, cela fait du bien, je mentirais si je disais que les derniers mois n'ont pas été difficiles.Tu donnes le meilleur de toi-même et cela ne paie pas», a admis le Texan, dont le meilleur résultat en grand chelem est sa septième place dans le Championnat PGA 2014.

Année difficile

L'année de Walker a été si difficile qu'il a terminé à moins de cinq coups d'un gagnant seulement une fois dans toute l'année. Il est d'ailleurs sur le point de quitter le top 50 mondial. «C'est frustrant. J'aurais aimé connaître une meilleure année, mais il y a toujours du temps pour bien jouer à la fin de l'année.»

L'Américain, vainqueur de huit tournois de la PGA, n'a pas franchi les deux premières rondes de trois des quatre derniers tournois du grand chelem. Il devance d'un coup le Britannique Ross Fisher, l'Allemand Martin Kaymer et l'Argentin Emiliano Grillo (66).

Henrik Stenson, vainqueur début juillet de l'Omnium britannique, partage la cinquième place avec trois autres golfeurs. Il tente de devenir le seul autre joueur à gagner deux tournois majeurs consécutifs à l'âge de 40 ans. Ben Hogan avait réussi l'exploit en 1953. «C'est une très belle saison pour moi», a reconnu le Suédois. 

Il faut descendre à la neuvième place pour trouver trace du premier favori, l'Australien Jason Day (68). «J'ai gaspillé beaucoup d'occasions, je n'ai pas bien putté, mais je suis quand même bien placé pour la suite.»

Son grand rival, l'Américain Jordan Spieth, est déjà relégué à cinq coups de la tête avec sa carte de 70, synonyme d'une 36e place. Le numéro trois mondial a toutefois encore des raisons d'espérer, à la différence de Rory McIlroy et de Dustin Johnson. Le premier traîne à la 121e place avec une carte de 74, tandis que l'Américain, no 2 mondial depuis sa victoire à l'Omnium des États-Unis, a compromis encore plus ses chances avec sa carte de 77 (deux doubles-bogueys, quatre bogueys et un seul oiselet).  Avec AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer