Omnium du Québec: première ronde à l'eau

Jeudi, au Golf de La Faune, les bâtons... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Jeudi, au Golf de La Faune, les bâtons ont fait place aux parapluies à l'Omnium du Québec.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La pluie a forcé la suspension de la première ronde de l'Omnium du Québec, jeudi, au Golf de La Faune. Après une longue discussion avec le responsable du terrain, le président du Circuit Canada Pro Tour (CCPT) Jean Trudeau a retourné tout le monde à l'hôtel pour la journée.

Les 60 joueurs ayant déjà entrepris la première ronde avant que le ciel ne leur tombe sur la tête ont reçu la consigne d'être à leur balle dès 6h, vendredi, afin de poursuivre le jeu. Certains devraient jouer deux rondes vendredi. Ceux qui ne pourront pas le faire complèteront leur seconde partie samedi matin.

«L'important, dans un tournoi de quatre rondes, est de disputer les deux premières pour procéder à la coupure. Il faut respecter cette formule, mais après, on peut faire ce qu'on veut et on va gérer la situation selon les conditions climatiques», précisait Trudeau.

Ce dernier confiait avoir rarement vu une telle averse depuis qu'il organise des tournois comme celui de l'Omnium du Québec Promutuel Assurance présenté par Bâton Rouge. Il a arrêté le jeu à 9h en raison de la pluie qui n'a jamais cessé jusqu'à la suspension officielle survenue à midi. Pendant la pause, les joueurs patientaient dans une salle de l'hôtel Four Points ou à leur chambre.

«Ce qui peut nous arrêter, ce sont des verts inondés et des éclairs. On aurait pu attendre jusqu'à 17h pour jouer le plus de trous possible, on n'a rien d'autre à faire. Je suis un gars patient, ça ne m'aurait pas dérangé», disait le double champion en titre, Dave Lévesque, au moment de l'annonce.

Mais il n'y avait pas d'éclaircie à l'horizon et le terrain ne parvenait pas à drainer les fortes quantités d'eau qui tombaient, notamment dans les fosses de sable. Et même si la pluie avait cessé, il aurait fallu quelques heures avant de reprendre l'action.

«À part l'heure de départ, ça ne change pas grand-chose à notre préparation. L'important sera de bien se reposer, car la prochaine journée pourrait être longue. Au moins, je suis encore à la normale», notait celui qui venait d'atteindre le vert de son premier trou (il partait au 10e) au moment de la suspension. Comme les autres, il reprendra là où il était rendu.

«Le fait de disputer 36 trous dans la même journée peut être une arme à double tranchant. Si ça va bien, ça peut bien aller pendant deux rondes. Mais si ça va mal, on n'a pas le temps de réajuster le tir entre les deux rondes», expliquait Lévesque.

Formule modifiée

Les prévisions météorologiques ne sont guère encourageantes pour la fin de semaine, mais Jean Trudeau ne désespère pas. Il y aura un champion, dimanche, peu importe.

«Le pire scénario serait de couronner le vainqueur après 36 trous, mais plusieurs options s'offrent à nous. Ce qui est sûr, c'est qu'on terminera le tournoi dimanche, car lundi, on est parti.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer