Mickelson toujours populaire à Augusta

Phil Mickelson a bien mal commencé sa ronde... (AP, Chris Carlson)

Agrandir

Phil Mickelson a bien mal commencé sa ronde avec un bogey au premier trou. Sa carte de 79 l'a exclu des rondes de la fin de semaine.

AP, Chris Carlson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Réal Labbé, collaborateur spécial</p>
Réal Labbé

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Augusta) La nouvelle génération des professionnels du circuit de la PGA - les Jason Day, Jordan Spieth, Rory McIlroy, entre autres - s'attire l'admiration des amateurs de golf, mais le bon vieux Phil Mickelson, à 45 ans, demeure toujours l'un des joueurs les plus populaires.

Vendredi cependant, pour la deuxième ronde du Tournoi des maîtres, l'avantage de la foule est allé à Spieth, qui menait le peloton avec son pointage de 66, six coups sous la normale. Il était parti pour la gloire et la défense de son titre s'avérait une promenade dans le parc tellement il avait bien joué.

C'est pourquoi les amateurs s'étaient massés en très grand nombre pour le voir au premier tertre de départ. Et cette masse compacte s'est déplacée pour suivre les péripéties de son favori.

Quarante minutes plus tard, c'était au tour de Mickelson de s'élancer sur le tertre numéro 1. La foule était moindre, mais très enthousiaste.

Pas surprenant. Le golfeur gaucher distribue les sourires à tout un chacun tout le long du parcours. Que ce soit en remontant une allée sous les applaudissements des spectateurs, ou après avoir réussi un coup impossible dont lui seul a le secret, il soulève légèrement sa casquette en signe d'appréciation.

Un homme généreux

Généreux de son temps auprès des médias, il l'est tout autant avec les amateurs et il passe de longues minutes à signer des autographes. Sans compter qu'il n'hésite pas à fouiller dans ses poches pour donner des pourboires. Il est d'ailleurs reconnu sur le circuit comme l'un des plus généreux dans ce domaine.

L'histoire veut qu'une fois, il y a quelques années, il se soit arrêté sur la route menant à un terrain où se déroulait un tournoi pour acheter une limonade. Des jeunes enfants tenaient un kiosque le long de la route et Phil a décidé de les encourager en achetant un breuvage. Il a payé avec un billet de 100 $ et leur a dit de garder la monnaie. Leur journée était faite.

Parlant d'argent, le triple vainqueur du Tournoi des maîtres aime bien parier et les rondes d'entraînement sont un bon prétexte pour réunir quelques amis du circuit professionnel et y aller de quelques gageures. Pas question d'un pari de 10 $ pour la ronde, ce sont plusieurs centaines de dollars qui sont en jeu. De la «menue monnaie» quand tu gagnes près de 50 millions $ par année.

Dans un sondage auprès de quelques joueurs et de différentes personnalités des médias et du milieu artistique, on demandait combien d'argent ces personnes avaient en poche. Certaines disaient utiliser leur carte de crédit seulement, d'autres avaient une centaine de dollars, d'autres quelques centaines. Phil Mickelson, avant une ronde d'entraînement, a répondu qu'il devait avoir près de 3000 $. Quelques heures plus tard, il envoyait un texto pour s'excuser parce qu'il en avait plutôt 8000 $, ayant oublié de comptabiliser ce que contenait son sac de golf...

Le respect de ses pairs

Au sein du circuit PGA, Phil a, en général, le respect des autres joueurs. Il a eu quelques démêlées avec Vijay Singh et Tiger Woods, ou plutôt avec le cadet de ce dernier, Steve Williams. Même s'ils ne sont pas devenus de grands amis, Tiger et Phil se respectent beaucoup.

Un joueur anonyme, qui signe une chronique dans le magazine Golf Digest, racontait que la première fois qu'il avait joué dans le même groupe que Mickelson, «il m'avait salué et pendant toute la ronde il n'avait parlé que de lui. Ce que j'avais trouvé très désagréable. Quelques années plus tard, je me suis retrouvé à nouveau dans son groupe et je m'attendais à passer une journée ordinaire. J'étais sûr qu'il ne se souvenait pas de moi. Il ne me connaissait pas par mon nom, mais il se souvenait que nous avions déjà joué ensemble. À partir de ce moment, j'ai changé mon opinion à son sujet.»

Pour la troisième ronde, les yeux et l'attention des spectateurs seront centrés sur deux des vedettes de la nouvelle génération, Spieth et Rory McIlroy, l'un des trois joueurs à avoir retranché un coup à la normale vendredi. Si le temps le permet, les amateurs auront un beau spectacle à applaudir. Quant à Phil, son pointage total de 151 ne lui permet pas d'accéder aux rondes de la fin de semaine.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer