Spieth s'accroche, mais McIlroy s'approche

Jordan Spieth lit le vert au 17e trou.... (AFP, Andrew Redington)

Agrandir

Jordan Spieth lit le vert au 17e trou. Avec un cumulatif de 140, l'Américain n'a plus qu'un coup d'avance sur Rory McIlroy.

AFP, Andrew Redington

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Doug Ferguson
La Presse Canadienne
Augusta

Une lutte entre deux des meilleurs golfeurs professionnels au monde se dessine pour la journée de samedi au Tournoi des maîtres.

Si Jordan Spieth (2e mondial) a maintenu son emprise sur le premier rang, il a connu ses premiers ratés et ramené une carte de 74, deux coups au-dessus de la normale. Son dossier cumulatif de 140 (- 4) ne lui confère plus qu'un seul coup d'avance sur Rory McIlroy (3e mondial).

Le champion en titre avait pourtant amorcé sa journée sur les chapeaux de roues, inscrivant des oiselets aux premier et troisième trous pour porter sa fiche globale à - 8. Spieth a cependant commis un double boguey au 5e, à la suite de quatre coups roulés, et des bogueys consécutifs sur les 9e et 10e verts pour glisser à- 5. Il est revenu à - 6 à la suite d'un oiselet au 15e, une normale 5, avant de perdre aussitôt un coup au 16e et un autre au 17e. Il a mis fin à sa journée en calant un important roulé de 14 pieds pour la normale.

Même si Spieth a égalé le record du tournoi de 1962 d'Arnold Palmer en occupant le sommet du classement à l'issue de six rondes d'affilée, le Texan de 22 ans ne semblait pas avoir envie de célébrer.

«Je suis toujours en tête. Il n'y a rien de mieux que d'être le meneur. Mais à chaud, en ce moment, je suis un peu déçu. C'est ce qui va arriver lorsque vous inscrivez un score de + 2 lors des trois derniers trous», celui qui avait inscrit la normale ou mieux lors de ses neuf rondes précédentes au Tournoi des maîtres.

Conditions difficiles

Quant à McIlroy, à qui il manque le Tournoi des maîtres pour boucler le grand chelem en carrière, il a signé une carte de 71 grâce à cinq oiselets. Il a connu ses meilleurs moments à mi-chemin du neuf de retour, retranchant un coup à la normale aux 13e, 15e et 16e trous.

«Je sais que je me trouve en bonne posture avant les rondes de la fin de semaine», a déclaré le Nord-Irlandais de 26 ans. «Et j'en suis heureux.»

Le deuxième parcours s'est joué dans des conditions climatiques difficiles, à un point tel qu'aucun golfeur n'a inscrit un score inférieur à 70. Il s'agit d'une première depuis la troisième ronde en 2007. Les vents devraient être encore plus forts samedi.

Le Néo-Zélandais Danny Lee (74) et l'Américain Scott Piercy (72) se partagent le troisième rang avec des scores cumulatifs de 142, deux sous la normale.

Seulement trois autres golfeurs, le Japonais Hideki Matsuyama (72), l'Américain Brandt Snedeker (72) et le Danois Soren Kjeldsen (74) présentent des scores cumulatifs inférieurs à la normale. Sept autres sont à égalité avec la normale, dont Dustin Johnson (71), Sergio Garcia (75) et Bryson Deschambeau, un amateur.

Dechambeau semblait vouloir se tailler une place au sein du peloton de tête et même ramener une carte inférieure à 70. Mais un triple boguey sur le 18e vert est venu gâcher ce qui avait été une solide ronde de golf jusque-là.

Le Californien de 22 ans, vainqueur des championnats amateurs des États-Unis et de la NCAA l'an dernier, a finalement dû se contenter d'une ronde de 72, une deuxième consécutive. Il aura toutefois l'occasion de vivre la frénésie d'une fin de semaine à Augusta.

Et malgré une ronde de 73, l'Australien Jason Day, numéro un mondial, demeure dans la course avec un score cumulatif de + 1. Il fait partie d'un groupe de huit golfeurs qui accusent cinq coups de retard.

«C'est comme si nous jouions à l'Omnium des États-Unis où nous devons nous battre pour survivre. Et je fais de mon mieux en ce moment, pour survivre», a déclaré Day.

Les adieux de Watson

Plusieurs grands noms du golf et de l'histoire du tournoi n'ont pas réussi à survivre. C'est le cas du Canadien Mike Weir (+ 10), des Américains Phil Mickelson (+ 7), Zach Johnson (+ 8) et Ricky Fowler + 9), du Sud-Africain Ernie Els (+ 9) et du vénérable Tom Watson. Après un respectable score de 74 jeudi, le double vainqueur à Augusta a été incapable de maîtriser le parcours et les vents, en route vers une carte de 78.

«Je suis content de ne plus avoir à compléter 18 trous», a déclaré Watson, qui a reçu une chaleureuse ovation des spectateurs assemblés autour du 18e vert.

Mickelson et Johnson ont fait pire que Watson, terminant avec des scores respectifs de 79 et 80. Le seuil de qualification en vue des rondes de samedi et de dimanche s'est établi à + 6.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer