Jesse Florkowski, un golfeur au bras de fer

Né avec un seul bras, Jesse Florkowski passe... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Né avec un seul bras, Jesse Florkowski passe la semaine à Québec pour le Championnat canadien collégial de golf, présenté au club Lorette.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Jesse Florkowski est un excellent golfeur. Son meilleur pointage à vie est de 68 et il joue souvent la normale. Déjà impressionnant, ça l'est encore plus avec un seul bras.

L'athlète de 24 ans de Medecine Hat, en Alberta, passe la semaine à Québec pour le Championnat canadien collégial de golf, présenté au club Lorette. Florkowski pourrait aussi être à Mesquite, au Nevada, pour le Championnat du monde de frappe de longue distance pour handicapés. Le jeune homme de cinq pieds, neuf pouces et 170 livres détient le record du monde pour un golfeur à un bras, une claque de 333 verges.

«Pas question que je rate ce tournoi-ci. Je me suis battu avec les gars pour nous qualifier, je n'allais pas les laisser tomber», a-t-il expliqué au Soleil, lundi matin, avant d'aller s'entraîner avec ses coéquipiers.

Les Rattlers du Collège Medecine Hat se sont classés troisièmes dans la Ligue de l'Alberta. Florkowski a gagné la finale régionale de la section nord avec des rondes de 72 et 75, puis a été le meilleur parmi huit Rattlers en grande finale albertaine, à 74 et 79.

Il est né comme ça. Sans bras droit, court moignon à l'épaule. Sa mère avait 14 ans, alors ses grands-parents maternels l'ont élevé. Eux-mêmes golfeurs, ils lui ont mis un bâton dans la main dès l'âge de trois ans. Il a commencé les quilles à six ans et revendique aujourd'hui neuf parties parfaites et plusieurs participations au championnat canadien.

Il a même joué au baseball. Lanceur et premier-but. Il était bon, confirme son entraîneur de golf depuis son entrée au secondaire, Trevor Moore, qui dirige maintenant les Rattlers. Le jeune a dû faire un choix entre baseball et golf, vers l'âge de 14 ans. Il garde quelque part une carte de Jim Abbott, ce lanceur né sans main droite qui a oeuvré dans les ligues majeures de 1989 à 1999.

Prothèse au placard

Il a déjà porté une prothèse pour ses activités de tous les jours. «Mais comme je n'ai pas de coude, la prothèse ne bouge pas et n'est pas très utile. Elle s'est vite retrouvée au fond du placard et y est restée», sourit-il.

«Au début, tout le monde est étonné de le voir frapper, reconnaît Moore. Mais c'est vite sa personnalité qui étonne le plus, son bon caractère. Jesse est devenu un des partenaires de jeu favori des autres golfeurs dans notre circuit. Oui, il est différent. Mais pas à cause de son bras, à cause de sa personnalité unique.»

Perçage jaune au sourcil gauche, lunettes stylées, barbe bien taillée, celui que l'on surnomme J-Flo dit ne s'être jamais senti différent. «Je joue pour gagner, comme les autres. Et mes adversaires réalisent rapidement que je suis là pour jouer.»

Il espère inspirer les handicapés, les golfeurs, tout le monde. «Je me dis qu'il faut faire le plus avec ce que tu as au lieu de te plaindre de ce que tu n'as pas», résume-t-il, comme une évidence.

Moore l'a vu évoluer, grandir, mûrir. Pas toujours facile d'être le point focal d'attention à cause d'une différence. «Il a pris de la maturité. Il réalise que l'attraction, ce n'est pas lui ou son bras, mais plutôt ce qu'il a à dire et le message qu'il porte aux autres. Quand Jesse parle, les gens écoutent», atteste le coach.

Florkowski souhaite faire carrière dans le golf, comme professionnel d'un club. Mais pour l'instant, il se concentre sur les trois rondes de 18 trous à livrer sur les allées de Loretteville, mercredi, jeudi et vendredi. Mardi: cérémonie d'ouverture, premier entraînement sur le parcours et remise des récompenses annuelles en soirée.

Et de sept pour Saint Lawrence?

Seul cégep anglophone de Québec, le Collège Saint Lawrence est l'hôte du Championnat canadien collégial de golf pour une deuxième année consécutive. Après le Royal Québec, l'an dernier, au tour du Lorette d'accueillir le tournoi jusqu'à vendredi. Vingt-quatre institutions collégiales à travers le Canada ont délégué au moins un représentant à cette compétition. Seize concourront en équipe, 14 chez les gars et 7 chez les filles. Saint Lawrence remporte la portion individuelle féminine depuis six ans. Après Anne-Catherine Tanguay (2008 et 2009), Josée Doyon (2010 et 2011) et Valérie Tanguay (2012 et 2013), la transfuge du collège montréalais John Abbott, Nicole Tieman, et les recrues Noémie Ouellette et Océanne Jacques tenteront de perpétuer la tradition. Le terrain de 6604 verges est une normale 72. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer