Les yeux rivés sur Kaepernick

Athlète d'exception qui a cette habileté à relever... (Photo AFP)

Agrandir

Athlète d'exception qui a cette habileté à relever avec brio les défis qui se présentent sur sa route, le quart-arrière des 49ers, Colin Kaepernick, n'a pas raté sa chance de briller à ses débuts en séries, samedi dernier, pour donner la victoire aux siens 45-31 sur les Packers.

Photo AFP

Partager

(Québec) Huit départs ont suffi à Colin Kaepernick pour devenir une véritable attraction dans la NFL. Après avoir vu les recrues Robert Griffin III (Washington), Andrew Luck (Indianapolis) et Russell Wilson (Seattle) retenir l'attention en raison de leur brio pendant le calendrier régulier, c'est maintenant le tour d'un quart de deuxième année de se trouver sous les feux de la rampe.

À ses débuts dans les séries samedi dernier, Kaepernick a mené les 49ers de San Francisco à une époustouflante victoire de 45-31 sur Green Bay. Un autre défi relevé de façon spectaculaire par le diplômé de l'Université du Nevada. Il a prouvé hors de tout doute que l'entraîneur Jim Harbaugh avait bien raison de lui confier l'attaque en deuxième moitié de saison et à continuer de lui faire confiance - au détriment du vétéran Alex Smith - quand ce dernier était prêt à revenir au jeu après avoir subi une commotion cérébrale en novembre.

Avec 13 passes de touché contre cinq interceptions, Smith n'avait pas grand-chose à se reprocher quand il est tombé au combat contre St. Louis, le 11 novembre. Mais Harbaugh n'avait pas oublié que le premier choix au repêchage de 2005 avait complété une seule et courte passe à un ailier espacé des 49ers lors de leur défaite de 20-17 en prolongation contre les Giants de New York dans la finale de la NFC, 10 mois plus tôt, et il tenait à tout prix à voir ce que l'explosif Kaepernick pouvait apporter de plus à sa troupe sur le plan offensif.

Afin d'en apprendre davantage sur ce quart qui ne faisait pas l'unanimité auprès des recruteurs, l'entraîneur des 49ers s'était lui-même livré à une compétition «amicale» avec l'espoir du Wolf Pack, quelques semaines avant le repêchage de 2011. Quatre mois plus tôt, l'athlète de 6'4'' et de 230 livres était devenu le premier quart-arrière de la NCAA à terminer sa carrière dans les rangs amateurs en gagnant plus de 10000 verges par la voie des airs et plus de 4000 au sol.

Harbaugh refuse encore de dire aujourd'hui qui a eu l'avantage sur l'autre dans les exercices au menu cette journée-là, mais il faut croire que l'élève, un surdoué, a dépassé le maître, puisque SF a sacrifié trois choix au repêchage au profit de Denver pour s'assurer de mettre le grapin sur Kaepernick en deuxième ronde (36e rang). Cinq quarts (Cam Newton, Jake Locker, Blaine Gabbert, Christian Ponder et Andy Dalton) ont été repêchés avant Kaepernick, mais le no 7 sera le seul en uniforme demain.

Enfant adopté

Adopté par un couple du Wisconsin alors qu'il avait à peine cinq semaines, Kaepernick a grandi dans l'univers des Packers de Green Bay, même si ses parents adoptifs ont déménagé à Turlock (Californie), alors qu'il avait quatre ans. En quatrième année, il écrivait une note à l'école où on pouvait lire qu'il serait un jour le quart-arrière des Packers ou des 49ers, même si ces deux équipes n'étaient pas très bonnes à ce moment-là.

Peu importe le sport qu'il pratiquait (football, baseball et basketball), il portait très souvent le 4, le même numéro que son idole, Brett Favre. Après avoir excellé dans les trois sports à l'école secondaire - ce qui lui avait valu le surnom de Bo (Jackson) -, Kapernick a tourné le dos au baseball, même si un dépisteur lui avait confié en 2006 qu'il serait choisi au cours des huit premières rondes avec sa balle rapide qui franchissait aisément les 90 milles à l'heure.

Deux ans plus tard, les Cubs de Chicago l'ont repêché en 43e ronde, même si Kaepernick avait indiqué publiquement qu'il voulait gagner sa vie en jouant au football. C'est pourquoi il était si déçu quand il a réalisé qu'une seule université, Nevada, lui a offert une bourse d'études pour jouer dans la NCAA. L'entraîneur du Wolf Pack, Chris Ault, n'était pas convaincu qu'il venait d'attirer un très bon quart dans ses rangs, mais il savait qu'il venait de faire l'acquisition d'un excellent athlète qui pourrait se mettre en évidence à une autre position si le besoin se faisait sentir.

Mais Kaepernick avait d'autres plans en tête. Une semaine après avoir signalé à Ault qu'il ne comprenait pas pourquoi il devait jouer les seconds violons à sa première année, il était lancé dans le feu de l'action en raison d'une blessure au pied subie par le quart Nick Graziano. Malgré quatre touchés et des gains supérieurs à 400 verges, le Wolf Pack s'inclinait 49-41 devant Fresno State.

La semaine suivante, à son premier départ dans la NCAA, Kaepernick faisait écarquiller les yeux des amateurs de football universitaire en gagnant verges par la passe et 177 au sol, dans une défaite de 69-67 en quatrième prolongation aux mains des Broncos de Boise State, favoris pour l'emporter par 25 points. Une légende était née!

****

Des tatouages qui font jaser

> Les nombreux tatouages qui recouvrent les bras et le dos de Colin Kaepernic ne font pas l'unanimité. Le chroniqueur David Whitley (Sporting News) a fait beaucoup jaser quand il a écrit que le quart des 49ers de San Francisco devait être très populaire dans les prisons de la Californie, où 98,7% des brigands arborent fièrement différents tatouages. Ce qui ne devrait pas être le cas d'une figure aussi connue qu'un quart de la NFL, selon Whitley, en citant en exemple le président d'une grande entreprise qui est toujours vêtu d'un veston et d'une cravate lorsqu'il rencontre les employés. Teresa Kaepernick a répliqué en insistant sur le fait qu'on pouvait lire quelques passages de la Bible ainsi que les mots respect et faith (foi) et en lettres majuscules sur le corps de son fils adoptif.

Place au Harbaugh Bowl!

> Comme les Ravens n'alignent plus l'ailier espacé Lee Evans et le botteur Billy Cundiff, les deux joueurs qui ont commis des erreurs impardonnables dans les derniers instants de la finale de la Conférence américaine remportée 23-20 par les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, l'an dernier, il est permis de rêver en fin de semaine à une victoire des protégés de John Harbaugh (photo) qui jouent du football inspiré depuis l'annonce de la retraite de leur leader Ray Lewis. Dans la NFC, la présence de Colin Kaepernick permettra aux 49ers de San Francisco d'avoir le dernier mot sur Atlanta, qui tentera encore une fois de ralentir les efforts d'un quart très mobile.

En bref...

> Les tatouages dessinés sur le dos de Colin Kaepernick me rappellent ceux de Michael Scofield dans l'excellente série télévisée Prison Break... Kaepernick a obtenu un remarquable résultat (37) quand il a passé le test Wonderlic pour mesurer l'intelligence des joueurs sélectionnés au repêchage de la NFL. Une note supérieure à celles des quarts Russell Wilson (28) et Robert Griffin III (24)... Sammy, une tortue de plus de 100 livres, vit dans la cour arrière de la maison habitée par Kaepernick en banlieue de San Francisco.

MES CHOIX

FINALES DE CONFÉRENCE

Samedi: SAN FRANCISCO à Atlanta et BALTIMORE en Nouvelle-Angleterre

Séries de divisions: 2/4 (50%)

Total séries: 6/8 (75%)

Saison régulière: 165/256 (64,5%)

Total: 171/264 (64,8%)

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • François Ratté | Place au Harbaugh Bowl!

    François Ratté

    Place au Harbaugh Bowl!

    On assistera à une première le 3 février à La Nouvelle-Orléans alors que le XLVIIe Super Bowl opposera deux équipes dirigées par deux frères ... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer