Josh McCown, une relique de 2002

Malgré sa carrière faite de hauts et de... (AP, Bill Kostroun)

Agrandir

Malgré sa carrière faite de hauts et de bas, Josh McCown, maintenant chez les Jets de New York, a toujours été respecté par ses coéquipiers, qui voient en lui un leader et un amoureux de son sport.

AP, Bill Kostroun

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Florham Park

La carrière de Josh McCown dans la NFL a commencé il y a 15 ans. Il était le quatrième des 16 quarts-arrières repêchés en 2002. Il est le dernier à chausser encore ses crampons. Et c'est comme ça depuis un bon moment.

À 38 ans, McCown est un exemple de persévérance. Il a été trimballé aux quatre coins de la NFL - les Jets sont sa 10équipe -, soit comme partant, soit comme adjoint ou juste comme outil au camp d'entraînement. Des centaines de joueurs sont arrivés et partis dans la ligue depuis son arrivée, mais il roule toujours sa bosse.

«C'est drôle, je me disais justement : "Man, il ne reste plus personne de notre promotion", a dit McCown. «Je dis toujours aux jeunes qu'il est impossible de prédire l'avenir. Tu arrives et tu es découragé, car tu n'as pas été repêché par l'équipe que tu voulais ou peut-être même que tu n'as pas été repêché. Tu ne sais jamais comment va s'écrire ton histoire.

«Ceux qui vivent longtemps le disent tout le temps, mais si tu vis assez longtemps, plus rien ne peut te surprendre. Dans cette ligue, si tu joues assez longtemps, plus rien ne peut te surprendre. Mais je suis content d'être encore ici.»

Choix de troisième ronde de l'Arizona, McCown a joué quatre saisons avec les Cardinals et il a été partant pendant 22 matchs avant de signer avec Detroit comme joueur autonome. Puis, il s'est promené à Oakland (2007), à Miami (2008) et en Caroline (2008-2009), avant de faire un arrêt en 2010 avec les Colonials de Hartford, une équipe de la United Football League. Il a aussi occupé un poste d'entraîneur au secondaire, à un moment où il croyait sa carrière professionnelle terminée.

Il a attiré le regard de San Francisco lors du camp d'entraînement de 2011, mais il a été retranché avant le début de la saison. Puis Chicago l'a ramassé, et les Bears ont aidé McCown à donner un second souffle à sa carrière. Il a probablement connu sa meilleure saison à vie en 2013, où il a lancé pour 1829 verges, avec 13 touchés et une seule interception, alors qu'il agissait à titre de substitut pour Jay Cutler.

McCown a signé avec Tampa Bay à titre d'agent libre en 2014, puis il a passé les deux dernières années à Cleveland. Il a enfin parafé une entente d'un an (6 millions $) avec les Jets.

«C'est un grand privilège de jouer dans cette ligue, point», a philosophé McCown. «D'être rendu à ce stade dans une carrière et d'être l'un des 32 gars qui sera partant, c'est spécial.»

Au-delà des chiffres

McCown a été le partant des Jets dès qu'il a rejoint l'équipe, même si New York a insisté pour qu'il y ait une compétition à trois hommes avec Christian Hackenberg et Bryce Petty. Hackenberg a eu beaucoup de difficultés pendant toute la présaison et Petty n'a pas fait grand-chose pour sortir du lot. Donc, McCown est l'homme de confiance.

Les victoires ont été difficiles à accumuler pour McCown, lui qui a obtenu 2 gains et subi 21 défaites comme partant au cours des trois dernières saisons. Dans toute sa carrière, il n'a obtenu que 18 victoires pour 43 revers.

Ses statistiques personnelles n'ont rien de spécial non plus, avec 79 touchés et 71 interceptions.

Mais il n'y a pas que les chiffres qui comptent quand on parle de McCown. Ses coéquipiers présents et passés apprécient son leadership et son amour du sport. Il est aussi incroyablement humble, un compétiteur sans ego dans un sport rempli de personnalités exubérantes. Il sait qu'il est au crépuscule de sa carrière, et il est en paix avec ce constat.

McCown a toujours vaincu les pronostics.  «J'ai toujours eu comme objectif de jouer pendant 15 ans. Vous savez, en général, je ne m'en fais pas trop avec ces choses-là. Mais ça, c'était important pour moi. Alors, oui, d'être ici avec une opportunité d'être partant, je ne pensais pas vivre ça encore, surtout avec la direction qu'a pris ma carrière.»

***

Ils ne sont plus que deux

Lorsque les joueurs actifs de la cuvée de 2002 se réunissent, une cabine téléphonique suffit amplement... Disons une grande cabine, puisque l'ailier défensif Julius Peppers (6'7", 304 livres), des Panthers de la Floride, est le seul autre joueur avec Josh McCown à jouer encore dans la NFL. «C'est un joueur incroyable et ça ne me surprend pas», a avoué le quart-arrière des Jets. «C'est cool de le voir jouer encore, c'est certain.»

McCown figurait parmi les 16 quarts repêchés en 2002. David Carr, qui a été repêché au tout premier rang, a joué pour la dernière fois il y a cinq ans. Il est désormais analyste à la télévision à la chaîne NFL Network. D'autres quarts de cette promotion ont agi à titre de partants dans la NFL - Joey Harrington, Patrick Ramsey, David Garrard -, alors que les autres étaient surtout des adjoints, comme Rohan Davey, Randy Fasani, Kurt Kittner, Craig Nall et J.T. O'Sullivan. Cinq n'ont jamais joué : Brandon Doman, Steve Bellisari, Seth Burford, Jeff Kelly et Wes Pate. Ronald Curry, un choix de septième ronde, a été converti en ailier espacé. Pendant ce temps, McCown, lui, a mené l'offensive des Jets lors de leur match d'ouverture à Buffalo (défaite de 21-12) et il se prépare à affronter les Raiders à Oakland, dimanche.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer