Courte défaite du Rouge et Or à Montréal

La défensive du Rouge et Or n'a pu... (La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

La défensive du Rouge et Or n'a pu contenir l'offensive montréalaise, et n'a pu empêcher la faufilade du quart-arrière Samuel Caron dans la zone payante en première demie.

La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Encore un match enlevant, jusqu'à la fin. Cette fois à l'avantage des Carabins. Le Rouge et Or a perdu 21-16, samedi après-midi, à l'Université de Montréal.

Neuvième affrontement consécutif entre les deux puissances du football universitaire québécois, et même canadien, où le départage se fait sur moins de sept points, une seule possession de ballon. Le dernier jeu, ou presque. C'est ainsi sans relâche depuis 2014 et ça s'annonce pareil pour leur prochain rendez-vous du 21 octobre, à Québec.

«Ce n'est pas une mauvaise performance, pas une grande performance non plus», a soupesé l'entraîneur-chef de l'Université Laval Glen Constantin, après le premier revers de sa troupe en un an et une semaine.

«Ça va nous donner de l'ouvrage pour progresser dans les prochaines semaines. On n'était pas satisfaits après nos victoires contre Sherbrooke et McGill, il y a des choses que tu ne peux pas te permettre contre les bonnes équipes et on l'a vu aujourd'hui», a souligné Constantin.

Deux éléments sautent aux yeux du patron : ses receveurs ont échappé quelques passes cruciales, au moins quatre, et ceux des Carabins ont bénéficié de trop d'espace. Résultat des courses? Le quart-arrière montréalais Samuel Caron a compilé 377 verges de gains aériens aux mains du quatuor de feu mené par Guillaume Paquet (144 verges, 1 touché). Au total, les vainqueurs ont cumulé 457 verges d'attaque nette contre 323.

Un touché qui a fait mal

Le touché de Paquet, toujours à son mieux contre l'UL, est survenu sur un deuxième essai et 20 verges à franchir, une passe de 41 verges de Caron en plein centre qui redonnait les devants aux Carabins au milieu du troisième quart. Ils n'ont plus tiré de l'arrière. Car aux commandes 13-9 à la demie, le Rouge et Or n'a inscrit que trois points en seconde moitié, l'attaque des visiteurs ne grappillant que de 34 maigres verges au troisième quart.

L'entraîneur-chef des Carabins a son idée sur ce point de bascule. «La série où ils ont compté des points [au deuxième quart], on a pris des punitions et on se trouvait en couverture d'homme à homme. Alors on a décidé de jouer plus des couvertures de zone, ça nous a aidés. On a commencé à déguiser d'autres façons de jouer ces couvertures-là et en faisant ça, leur quart-arrière a gardé le ballon quelques secondes de plus et on a été capables de lui compliquer plus la vie», a expliqué Danny Maciocia.

En plus de laisser 10 points sur le terrain au premier quart avec une échappée de Paquet à neuf verges des buts et un placement de 42 verges raté, les Carabins ont péché pour 186 verges de pénalités dans la rencontre, dont 120 en première demie. Deux de ces punitions, sur 15 et 10 verges, ont propulsé le Rouge et Or dans leur seule poussée pour un touché, jeu de passe de six verges à Vincent Alarie-Tardif, au deuxième quart.

Soulignons le travail phénoménal du botteur de dégagement des Bleus Félix Ménard-Brière avec ses 47,1 verges de moyenne, contre un respectable 40,6 pour Dominic Lévesque. Ce qui a souvent donné l'avantage du positionnement de terrain aux locaux.

C'est devant la 22salle comble de leur 15 ans d'histoire, 10contre le Rouge et Or, que les Carabins ont vu leur demi de coin Zacary Alexis subir une vilaine blessure au genou droit. Une quasi-interception dans la zone des buts, au quatrième quart.

Le Rouge et Or rentre au boulot lundi, même si son prochain match n'a lieu que le 24 septembre. «On ne veut pas laisser les gars sur une défaite trop longtemps pour suranalyser les choses, a conclu Constantin. On veut qu'ils décrochent cette semaine avec à l'esprit que ce n'est pas la fin du monde. C'est loin d'être la fin du monde.»

***

La défensive de Laval a plié

«Je me sens coupable dans notre défaite. Je suis déçu de notre performance. Il va falloir qu'on se lève.»

Sa blonde avait beau lui souffler quelques bisous, Edward Godin n'entendait pas trop à rire après la défaite. L'ailier défensif du Rouge et Or ne s'attendait pas à voir son unité accorder 21 points et

457 verges d'attaque, dont 377 par la passe, aux Carabins. En plus de ne réussir aucun sac contre quatre.

«J'aurais pensé que notre front défensif aurait été capable de les arrêter. Vingt-et-un points, c'est beaucoup trop!» rageait Godin, affirmant qu'autant la pression appliquée sur le quart-arrière adverse par la ligne défensive, dont il est, que les couvertures de passe de la ligne tertiaire manquaient de mordant.

Les partisans des Carabins ont redoublé de créativité... (La Presse, Bernard Brault) - image 3.0

Agrandir

Les partisans des Carabins ont redoublé de créativité pour nourrir la rivalité entre Québec et Montréal. Ce partisan s'est aventuré sur le chemin politique, en comparant Régis Labeaume et Régis Cibasu. Ce dernier a obtenu 4 attrapés pour 60 verges de gains dans la rencontre.

La Presse, Bernard Brault

Son coéquipier demi de coin Marc-Olivier Simard ne pouvait qu'approuver cette analyse. Les receveurs des Carabins ont réalisé plusieurs gros jeux dans le corridor central du terrain, dont le touché de 41 verges de Guillaume Paquet sur un deuxième essai et 20.

«On savait qu'ils exploiteraient le centre, notre système défensif était adapté pour ça, mais nos couvertures n'ont pas été assez serrées. L'autre côté aussi a de bons athlètes et ça va arriver qu'on n'ait pas toujours le dessus. Mais aujourd'hui, ils ont été meilleurs que nous. Leur exécution a été parfaite à certains moments», a commenté Simard, qui se grattait un peu la tête.

Notons que le demi défensif Adam Auclair a été le plus productif du camp perdant aux plaqués avec neuf.

Richard solide

À l'attaque, Hugo Richard a compilé d'excellentes statistiques : 28 passes réussies en 40 pour un taux de complétion de 70 %, 318 verges de gains aériens, une passe de touché et une interception. Au sol, le Rouge et Or n'a toutefois engrangé que 50 verges au total, dont 19 par Richard et 24 du porteur Vincent Alarie-Tardif sur huit courses.

«C'était peut-être mon meilleur match ici, mais il faut toujours se surpasser. Et j'ai pris deux mauvaises décisions, dont l'interception dans notre zone», a par la suite analysé le pivot de quatrième année, lui qui voyait l'un de ses tirs capté par l'adversaire pour la première en trois matchs cette saison.

Quant au passage à vide de la deuxième demie, surtout au troisième quart, Richard estime que son unité a «manqué d'agressivité ou d'intensité». «C'est difficile de prendre le rythme quand on part en dedans de notre ligne de 20, mais c'est quelque chose comme attaque qu'il faut être capable de faire. Les Carabins nous bazardent des looks pas mal plus différents que les autres équipes. Ils ont des joueurs expérimentés et ils peuvent se permettre d'essayer des choses un peu plus funky

Richard n'a pas non plus nié que le vétéran centre Louis-Gabriel Beaudet lui avait refilé quelques ballons sous les genoux, en cours de route. «Si ça arrive, il faut juste que je lui dise. Lou est occupé à gérer d'autres affaires et il peut oublier un peu sa remise», fait valoir le quart-arrière.

Le numéro 4 affiche un taux de réussite frôlant 74 % sur ses passes (85 en 115) jusqu'ici et déjà plus de 1000 verges (1003) de gains aériens au compteur après trois rencontres. Les Carabins ont toutefois neutralisé son jeu au sol, lui qui s'épanouissait davantage par la course cette année avec des prestations de 49 et 46 verges contre Sherbrooke et McGill.

***

«Les épiceries étaient vides!»

Profitant d'une semaine de congé imprévue en raison... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet) - image 5.0

Agrandir

Profitant d'une semaine de congé imprévue en raison de l'annulation pour cause d'ouragan du match entre les Buccaneers de Tampa Bay et les Dolphins à Miami, Antony Auclair était à Montréal, samedi, pour encourager ses anciens coéquipiers du Rouge et Or, dont son frère Adam.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Parmi les 5100 spectateurs venus voir le match au stade de l'Université de Montréal, on comptait un joueur de la NFL. Antony Auclair, l'ailier rapproché recrue des Buccaneers de Tampa Bay, profitait d'un rare congé pour venir encourager ses anciens coéquipiers du Rouge et Or, dont son frère Adam.

Avec l'ouragan Irma qui s'amenait en Floride, le match des Bucs à Miami, dimanche, a été annulé. Puis l'équipe de Tampa a fermé ses bureaux jusqu'en début de semaine prochaine, conseillant à ses joueurs de quitter la région s'ils le pouvaient.

«Ils ne nous ont pas forcés à partir. Mais ils nous ont dit d'aller où on serait en sécurité et de prendre soin de notre famille. Et c'est sans doute la seule fois que je pourrai revenir durant la saison», a expliqué Auclair après la rencontre, en bordure du terrain, entre une poignée de main et des félicitations.

Arrivé jeudi, le grand Beauceron ne sait pas quand il pourra retourner à Tampa. Son appartement à peine loué, il espère maintenant «qu'il ne sera pas inondé». La ville cédait-elle à la panique? «Les épiceries étaient vides!» témoigne-t-il. «Et tout le monde partait vers les aéroports ou en voiture», poursuit celui qui a eu de la difficulté à se dénicher un billet d'avion pour quitter la Floride.

Officiellement retenu dans l'équipe le 2 septembre, après cinq semaines de camp et quatre matchs préparatoires, Auclair a quand même eu le temps de prendre part à deux vraies séances d'entraînement avec les Bucs, dans la dernière semaine. Une ambiance beaucoup plus agréable que durant la présaison, admet-il, alors qu'il a obtenu beaucoup de répétitions en donnant la réplique à la première unité défensive.

Rappelons qu'Auclair, de Notre-Dame-des-Pins, 24 ans, est le premier joueur dans l'histoire du Rouge et Or à faire l'alignement officiel de 53 joueurs d'un club de la NFL et un des rares Québécois.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer