Les frères Harelimana, d'éternels coéquipiers à rivaux

Courtisé de toutes parts à l'issue de la... (Le Soleil, Alice Chiche)

Agrandir

Courtisé de toutes parts à l'issue de la saison dernière, qui l'a vue couronné joueur défensif par excellence du circuit collégial division 1, Kean Harelimana a arrêté son choix sur le Rouge et Or.

Le Soleil, Alice Chiche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au football, Kean Harelimana a toujours suivi les traces de son frère Brian, d'un an son ainé. Même position, même équipe secondaire et collégiale, même succès ouvrant les portes de toutes les universités au pays. Mais là où son frère avait choisi les Carabins, l'an dernier, le secondeur a plutôt décidé de faire son propre chemin chez l'ennemi juré, le Rouge et Or.

Courtisé de toutes parts à l'issue de la saison dernière, qui l'a vue couronné joueur défensif par excellence du circuit collégial division 1, Kean Harelimana a rapidement déterminé qu'il désirait quitter Montréal pour ses études universitaires. 

«Je tenais à quitter la maison pour avoir mon autonomie et juste grandir en temps que personne et joueur de football. Je pense que l'Université Laval m'offrait un parfait mix comme étudiant-athlète» a raconté le produit des Cheetahs de Vanier, dimanche, au troisième jour de son premier camp d'entrainement avec le Rouge et Or.

La décision n'a toutefois pas été si simple. L'entraineur des Thunderbirds de l'Université de la Colombie-Britannique, Blake Nill, a travaillé fort pour convaincre le jeune athlète de s'amener à l'autre bout du pays.

«J'ai longtemps pensé à UBC, mais les frais reliés au coût de la vie, là-bas, ce n'était pas rentable à la longue. Venir à Québec, ça me donnait un bon mix de ce que je recherchais.»

N'empêche, quand l'option d'aller à Vancouver a été écartée, les Carabins sont revenus à la charge. L'année précédente, les Bleus avaient convaincu Brian Harelimana de s'inscrire à l'Université de Montréal, et ils auraient bien aimé réunir le duo fraternel à nouveau au Cepsum. 

«J'ai beaucoup parlé avec mon frère, et j'ai eu plusieurs rencontres avec Danny Maciocia et [l'entraineur des secondeurs] Paul-Eddy Saint-Vilien. Ultimement, j'ai choisi le Rouge et Or et je regrette vraiment zéro mon choix.»

«Un grand rival»

D'éternels coéquipiers à nouveau rivaux, les deux frères ont-ils encerclé sur leur calendrier la date du 9 septembre, premier duel Rouge et Or-Carabins de la saison? «C'est sûr que les matchs contre mon frère vont avoir quelque chose de plus spécial, déjà que Montréal c'est un grand rival», admet Kean Harelimana. «Mais le football ce n'est pas le tennis. Ce n'est pas moi contre mon frère. On est la même position, donc si jamais on se croise, ça va peut-être être une ou deux fois par année sur les unités spéciales.»

D'ailleurs, la recrue de 6'2" et 225 livres a pu compter sur les conseils du frangin avant le début du camp du Rouge et Or. «Il m'a prévenu que ça allait aller vite. Qu'il y aurait de meilleures et de moins bonnes journées, mais qu'il faut essayer d'être le plus constant possible et s'améliorer chaque jour. Tout va bien aller si tu fais bien ce que tu as à faire.»

Joueur étoile dès sa première saison collégiale, au cégep Vanier, le secondeur extérieur sait qu'il devra patienter et faire ses preuves, à Laval. «On a un bon groupe de vétérans qui sont là cette année. Si j'apprends bien le cahier de jeu et je m'adapte au système, je crois que j'ai quand même de bonnes chances de me trouver un rôle sur certaines formations en défensive et sur les unités spéciales. J'aime vraiment ça les unités spéciales. Si on m'offre la chance, je vais y aller à 100 %.»

***

Brad Collinson de retour

Entraineur des porteurs de ballon et responsable du recrutement de longue date du Rouge et Or, Brad Collinson avait quitté ses fonctions à l'issue de la conquête de la Coupe Vanier, l'an dernier. Sa conjointe ayant décroché un bon emploi à Montréal, l'homme de football a déménagé avec sa petite famille de l'autre côté de la 20.

Sauf que le père de deux garçons, qui était de passage au camp du Rouge et Or, en fin de semaine, s'ennuie déjà du football. «Je suis vraiment content que Glen m'ait invité en fin de semaine, j'avais besoin de ça», a reconnu le Mont­réalais, dimanche. 

À distance, à temps partiel

Finaliste pour succéder à Chérif Nicolas comme entraineur-chef des Spartiates du Vieux-Montréal, à l'hiver, Collinson n'a finalement pas eu le poste. Avec un peu de temps libre cet automne, il a donc convenu avec Constantin qu'il demeurerait à l'emploi de l'équipe à distance, à temps partiel. 

«C'est comme j'ai fait au début quand j'ai commencé avec l'équipe en 2010. Allez regarder des matchs collégiaux à Montréal et parler aux joueurs après selon une liste établie. Le recrutement, ça fait partie de ce que j'ai toujours fait ici et c'est quelque chose que j'aime. Bâtir des relations avec des jeunes, leur donner l'information pour qu'ils fassent le meilleur choix pour eux et essayer de les pousser vers ici».

Tant et aussi longtemps que son ami ne se trouve pas de poste d'entraineur plus prenant dans la métropole, Glen Constantin semble décidé à le garder à ses côtés. «Il conserve un rôle avec moi. Il ne sera pas ici du lundi au vendredi, mais je le considère un entraineur. Il l'a déjà fait à ses débuts avec nous, quand il était comme un dépisteur», a expliqué le pilote du Rouge et Or.

***

Les Duprey aussi séparés

L'un des receveurs les plus productifs du circuit collégial l'automne dernier, Jordan Duprey vit une situation similaire à celle de son coéquipier Kean Harelimana. Son frère Kevin, un rapide receveur de petit gabarit, a joint les Carabins, l'an dernier. Les deux Duprey s'étaient auparavant toujours suivi dans leur cheminement, étant coéquipiers deux ans chez les Géants de de Saint-Jean. Non seulement cela, mais l'ex-quart-arrière vedette des Géants, Dimitri Morand, portera aussi le bleu de l'Université de Montréal, cet automne. Qu'à cela ne tienne, le jeune Duprey a fait ses valises pour Québec. Depuis le début du camp d'entrainement, on semble utiliser la recrue de cinq pieds dix pouces et 155 livres dans un rôle similaire à celui du héros des séries 2016, Jonathan Breton-Robert.

***

Entre les lignes...

Glen Constantin a encore averti ses ouailles que les contacts inutiles à l'entrainement ne seraient plus tolérés. Quelques coups d'épaules donnés à des receveurs lors d'exercices sans contact ont semblé particulièrement déplaire à l'entraineur-chef, dimanche. «Ce n'est pas vrai que l'on va perdre des joueurs à l'entrainement. Là, je les ai avertis de faire attention à ces affaires-là. Si je vois que tu es un danger public, je vais te sortir de l'exercice. Quand je te sors de l'exercice, tu n'as pas d'opportunité de te faire valoir. « Le demi défensif recrue Mathieu Savard a quitté le Rouge et Or. Après s'être entrainé à Laval cet été, le produit des Élans de Garneau a annoncé à ses entraineurs qu'il cessait le football. Samuel Maranda-Bizeau (douleurs au cou) et Antony Dufour (élongation du tendon de la cuisse) n'ont pas complété la pratique, dimanche. Blessé la veille, Gabriel Ouellet a également raté l'entrainement.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer