Le Rouge et Or de retour au boulot

L'entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin, a... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin, a demandé à ses joueurs de ne pas s'asseoir sur leurs lauriers après la conquête de la Coupe Vanier la saison dernière.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Plus de huit mois après la conquête de la Coupe Vanier, ce sont des joueurs du Rouge et Or «plus détendus», aux dires de Glen Contantin, qui ont renfilé les épaulettes sur le terrain du Stade Telus, vendredi matin, à l'aube de la 23e saison de l'histoire de l'équipe.

C'était jour d'ouverture du camp d'entraînement 2017, vendredi, au PEPS. Et les quelque 82 joueurs du Rouge et Or semblaient heureux de recommencer à distribuer les coups d'épaules. Constantin a même dû rappeler à ses ouailles d'y aller un peu moins fort sur les plaqués durant les confrontations entre l'offensive et la défensive. Il faut dire que le long des lignes de côtés, les deux unités semblaient y prendre un malin plaisir, échangeant des cris de joie au rythme des gros jeux réussis par leurs coéquipiers.

Victoire ou défaite à la fin de la saison précédente, le discours de Constantin est toujours semblable, en début de camp d'entraînement. «J'ai dit aux joueurs que je ne voulais pas qu'on regarde dans le rétroviseur. Ce que tu as fait l'an dernier, ça ne te donne absolument rien cette année à part de l'expérience. Personne ne te doit rien, au contraire, tu as une cible sur le dos.»

N'empêche, il y a un an, on sentait l'impatience de certains vétérans de l'équipe de remporter des titres québécois et canadiens, après deux ans de disette. Non seulement cela, mais le Rouge et Or avait à remplacer 15 partants de l'année précédente, dont huit partis chez les professionnels. 

Puis est arrivée une victoire à l'arraché face aux Carabins, en Coupe Dunsmore, grâce à un invraisemblable jeu truqué, et une incroyable remontée contre les Dinos de Calgary, en Coupe Vanier. L'Université Laval était à nouveau championne.

Climat «plus détendu»

Ayant toujours balayé l'idée que son équipe ait pu souffrir d'un complexe ces dernières années, Glen Constantin n'était pas prêt à décrire ses joueurs comme «décomplexés», à l'ouverture du camp, vendredi matin. «Je ne pense pas qu'il y avait nécessairement une grosse pression sur les joueurs l'an dernier, mais c'est certain que le climat est un peu plus détendu cette année», a néanmoins concédé l'entraîneur-chef. 

«C'est une équipe qui est maintenant plus expérimentée. Ils ont vécu les deux côtés, la victoire et la défaite. Pour nous, l'an dernier, avec le départ de 15 joueurs qui avaient eu des rôles importants, on essayait de ne pas dire que l'on était en reconstruction, mais c'est le plus proche que l'on a été de l'être.

«Au camp d'entrainement, on attendait de voir quels joueurs allaient élever leur jeu d'un cran et prendre les différents rôles. Cette année, l'image et plus claire.»

Quelques trous dans l'alignement

Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y aura pas de batailles pour des postes durant le camp d'entrainement. Chez les receveurs, dans la tertiaire et sur la ligne défensive, les nombreux départs ont laissé quelques trous. Sans compter qu'à Laval, personne n'a de poste de partant garanti, se plaît à rappeler Constantin. 

Parmi les recrues qui pourrait réussir à se frayer un chemin dans l'alignement partant, notons l'imposant plaqueur Samuel Maranda-Bizeau, sorti du CNDF, et le demi de coin Zack Fitzgerald, produit des Cheetahs de Vanier.

Il n'y a par ailleurs pas que des joueurs qui ont quitté le Rouge et Or depuis la fin de la dernière saison. Entraîneur des porteurs de ballon et responsable du recrutement chez le Rouge et Or, Brad Collinson a quitté le programme à la suite de la conquête de la Coupe Vanier pour déménager à Montréal avec sa famille.

Puis, cet été, celui qui lui avait succédé à l'interne pour s'occuper des porteurs de ballon, Christopher Auger, a tiré sa révérence pour des raisons de santé après huit saisons avec l'équipe. Résultat, c'est le coordonnateur offensif Justin Éthier qui s'occupera lui-même des hommes du champ arrière cet automne.

***

Le cadet Auclair, déjà un pilier de la défensive

Arrivé comme demi défensif chez le Rouge et... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Arrivé comme demi défensif chez le Rouge et Or, Adam Auclair évoluera désormais au poste de secondeur hybride.

Le Soleil, Yan Doublet

Son aîné Antony a beau frapper à la porte de la NFL, chez les Buccanneers de Tampa Bay, Adam Auclair est beaucoup plus que le frère de l'autre, chez le Rouge et Or. À l'aube de sa deuxième saison universitaire, le demi défensif est déjà un pilier de la défensive lavalloise. 

Débarqué chez le Rouge et Or, l'an dernier, après une carrière collégiale auréolée, Adam Auclair n'a pas déçu. Nommé recrue de l'année du football universitaire québécois, le Beauceron a également signé deux jeux emblématiques du parcours du Rouge et Or vers la conquête de la Coupe Vanier : un violent sac du quart-arrière des Carabins Samuel Caron, en Coupe Dunsmore, et une interception qui a changé le cours du match de la Coupe Vanier. 

Ce qui n'a pas empêché le coordonnateur défensif du Rouge et Or, Marc Fortier, de muter son jeune prodige de la position de demi-défensif à celle de secondeur hybride, au camp de printemps de l'équipe. 

«C'est sûr que c'est un petit ajustement. Au camp de printemps en Floride, ça a été une progression tout le long de la semaine, mais je n'avais jamais joué secondeur hybride de ma vie avant ça», a expliqué le principal intéressé, vendredi. Large d'épaules, l'athlète de 6'2" et 196 livres aura davantage d'occasions de frapper l'adversaire à sa nouvelle position. 

«Pour te dire, je suis arrivé au collégial comme demi de coin. C'est seulement à ma dernière année que j'ai changé pour demi-défensif, et maintenant je me retrouve secondeur hybride. Mais j'ai toujours aimé ça être dans le trafic. Plus tu es proche du ballon, plus c'est plaisant. C'est une position où tu fais un peu de tout.»

De bons conseils

Adam Auclair peut d'ailleurs profiter des conseils de son frère Antony. Ce dernier a beau évoluer en offensive, il est appelé, comme ailier rapproché, à bloquer des secondeurs. «Il est capable de me donner des conseils sur comment il bloque, ce genre d'affaires là, et ça m'aide à me préparer à déjouer les bloqueurs.»

Malgré leur emploi du temps chargé respectif, les deux frères se parlent régulièrement. Adam se réjouit pour Antony, et espère évidemment le voir percer l'alignement à Tampa Bay. Si c'est le cas, le clan Auclair devra possiblement se séparer durant quelques fins de semaine de l'automne afin d'encourager en personne les Buccaneers et le Rouge et Or.

«Il va toujours y en avoir un ou deux qui vont être là pour me voir. Pour notre match présaison, ma mère va être à Jacksonville pour voir Antony, mais mon père va être au PEPS», a assuré Adam Auclair, qui compte également ses trois soeurs comme fidèles partisanes.

***

Le grand frère dans une télé-réalité

Glen Constantin a récemment profité d'une semaine de vacances en Floride pour aller passer trois jours à Tampa Bay et épier son ancien protégé Anthony Auclair au camp des Bucs. «Je lui ai donné mes petits conseils, mais il fait ses affaires. Il allait super bien quand j'étais là, mais un camp NFL, c'est un marathon.»

Les Buccaneers sont les vedettes de Hard Knocks, la téléréalité de HBO suivant le camp d'entraînement d'une équipe de la NFL chaque année. Or, une vidéo promotionnelle de la série montre Antony Auclair entonnant l'hymne national canadien en français devant ses coéquipiers.  Constantin avoue avoir remarqué lors de son passage qu'Auclair était suivi par les caméras de Hard Knocks. Il se pourrait bien qu'il soit un des quelques joueurs autour desquels l'émission gravite. «Ce serait une première avoir un joueur canadien sur Hard Knocks. Ça ne peut pas nuire à notre programme, je me suis assuré de lui donner une couple de t-shirts avant de partir.»

***

Appolon manque toujours à l'appel

Ex-demi défensif vedette des Nomades de Montmorency, Woodly Appolon espérait poursuivre sa carrière dans une université américaine. Faute d'opportunité, le Montréalais s'est plutôt rabattu sur le Rouge et Or, confirmant sa venue à Glen Constantin en mai. Sauf que l'athlétique joueur recrue était introuvable, vendredi, à l'ouverture du camp. «J'aimerais ça te dire où il est, mais je n'ai pas eu de contact avec lui depuis longtemps», a avoué le pilote du Rouge et Or. En plus de s'être engagé à jouer à Laval, Appolon, un bon étudiant, est détenteur d'une bourse de la faculté d'administration et d'une autre de leadership et développement durable, pointe l'entraineur. «Il s'était même engagé auprès d'un de nos anciens joueurs pour un logement. Il devait arriver à Québec le premier août, il n'est pas venu. Je l'appelle, il ne rappelle pas. C'est vraiment plate», s'est désolé Glen Constantin.

L'apparente volteface de Appolon s'ajoute au départ prématuré de plusieurs joueurs du Rouge et Or. Après les plaqueurs Marc-Antoine Ouellet et Clément Lébreux, cet hiver, le bloqueur Philippe Cantin et le porteur de ballon Sébastien Serré ont quitté l'équipe à l'été. Le plaqueur Ugo Cavalancia, aux prises avec des problèmes de commotion cérébrale, s'est ajouté en début de semaine, puis finalement le demi défensif Charles Dallaire, jeudi. 

«Il y a des gens qui pensent que l'on recrute en masse pour priver les autres équipes de certains joueurs, mais quelque part, avec des gars qui ne se présentent pas et d'autres qui quittent l'équipe, ça va vite. Si j'en veux 90, est-ce qu'il faut que j'en recrute 100?», s'est demandé Constantin, rappelant tout de même que certains ont des raisons très louables de délaisser le football. 

Le «miracle» Dante Djan

Le pilote du Rouge et or peut toutefois se consoler avec le retour inattendu de l'ailier rapproché Dante Djan. Celui qui venait tout juste de transférer des Maritimes avait subi une terrible blessure au genou gauche, à l'entraînement l'an dernier, à un point tel que plusieurs pensaient sa carrière terminée. 

«Ça frôle le miracle de la médecine. Non seulement qu'il revienne, mais aussi tôt. Il pourrait quasiment pratiquer dès maintenant», a admis Constantin, saluant les efforts de Djan en réhabilitation depuis un an.

«C'est le médecin des Stampeeders de Calgary qui le suit, et il est très proactif. Des fois, c'est quasiment moi et Justin [Ethier] qui nous demandons si on veut vraiment le faire bloquer des ailiers défensifs si rapidement. Mais des fois, il faut que tu plonges.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer