Plaquer comme une fille

Émilie P. Bélanger (41) a joué quatre saisons... (Terry Ritz, fournie par le Blitz)

Agrandir

Émilie P. Bélanger (41) a joué quatre saisons avec le Blitz de Montréal. Cette année, elle s'aligne avec le Force de Chicago.

Terry Ritz, fournie par le Blitz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Solide à la ringuette, elle excelle aussi au rugby. Mais ce qui branche le plus Émilie P. Bélanger en ce moment, c'est le football.

Fonceuse et coriace comme toute bonne Beauceronne, la native de Saint-Isidore dispute sa sixième saison de football. Le vrai, avec épaulières, casque et, surtout, contacts. Dans les prochaines semaines, la secondeur jouera une douzaine de matchs avec trois équipes, et pas les moindres.

Elle passe avril avec le Force de Chicago, club champion de 2013 dans la Women's Football Alliance (WFA). La quart-arrière étoile du Force, Samantha Grisafe, est aussi chanteuse. Bélanger montera ensuite au nord pour rejoindre les rangs du Riot de Regina, champion de la Western Women's Canadian Football League (WWCFL) en 2015.

Puis la Québécoise reviendra s'aligner avec Chicago pour les éliminatoires, avant de partir pour l'Ouest. Plus précisément Langley, en Colombie-Britannique, où elle représentera le Canada au troisième Championnat du monde de football féminin, du 24 au 30 juin. Elle a sa page de sociofinancement pour cette occasion.

Elle a croisé les coachs du Force à sa première participation au Mondial, en 2013, en Finlande. Les Américaines venaient d'atomiser les Canadiennes 64-0, en finale. Bélanger n'avait pas la tête aux politesses et aux félicitations d'après-match, surtout pas de la part des entraîneurs adverses.

Mais six mois plus tard, leurs bons mots lui sont revenus à l'esprit et elle a fini par jouer la saison 2014 avec l'équipe de Chicago. La voilà de retour dans la Ville des Vents trois ans plus tard pour partager ce qui s'annonce comme la dernière campagne du Force, avec en boni la sortie de retraite de Grisafe.

Émilie P. Bélanger... (Jeff White, fournie par le Force) - image 2.0

Agrandir

Émilie P. Bélanger

Jeff White, fournie par le Force

Du haut de ses 5'5'' et 160 livres, Bélanger fait autant preuve d'audace sur le terrain que dans la vie. «Quand je mets mes épaulières et mon casque, je me sens plus grande et plus costaude qu'en réalité», explique celle qui occupe un poste de secondeur.

La même mentalité qui pousse l'éducatrice en garderie de 23 ans à explorer le monde par le sport. «J'aime apprendre de plus de gens possible, avoir l'opinion de différents entraîneurs sur différents aspects du jeu. Ça me donne plus d'outils», explique-t-elle, à propos de ses six matchs avec Regina, cette fois dans les règles du football canadien à trois essais.

Elle y voit l'occasion de côtoyer d'avance plusieurs joueuses et entraîneurs de l'équipe canadienne, mais aussi «une chance d'explorer le Canada pour le 150e, surtout une année où je représente le Canada».

La faute au Rouge et Or

Son amour du football a pris naissance au PEPS de l'Université Laval, quand son père l'amenait voir des matchs du Rouge et Or. Puis la famille a quitté la Beauce pour Saint-Liboire, entre Drummondville et Saint-Hyacinthe. Au cégep, elle a d'abord joué au flag football, au Collège Vanier. C'est là qu'elle a rencontré Saadia Ashraf, coach du flag au Collège John-Abbott, mais surtout propriétaire, entraîneuse et ancienne quart-arrière du Blitz de Montréal.

«Je voulais jouer au vrai football depuis que j'étais jeune et là, j'en avais enfin la chance!» se remémore Bélanger, sur sa découverte de 2012. Elle jouera quatre saisons avec le Blitz dans l'Independant Women's Football League (IWFL).

Cette année, le club de football féminin montréalais a migré vers la WFA, le même circuit que Chicago, ligue semi-professionnelle à quatre essais comptant maintenant 67 équipes. Le Force évolue en première division, le Blitz en deuxième.

Mais le calendrier est basé sur les zones géographiques. Ce qui résulte en une victoire de 84-0 de Chicago contre Detroit, le 8 avril. Grisafe a réussi sept passes de touché. Montréal a lancé sa saison avec une victoire de 32-8 à Brooklyn, le 15 avril.

Femmes et football

Défenseure pour le Mission de Montréal dans la Ligue nationale de ringuette, Bélanger est aussi talonneuse pour les Stingers de l'Université Concordia, avec qui elle revendique deux participations au championnat canadien universitaire de rugby en trois campagnes.

Mais à cette heure-ci, la saison de football bat son plein. Selon elle, le football féminin gagne en force, en expertise, en expérience, en visibilité et en popularité. Six pays seront représentés au Championnat du monde : Canada, États-Unis, Finlande, Grande-Bretagne, Autriche et Mexique.

L'embauche de trois femmes par des équipes de la NFL au cours des dernières années ne fait qu'accroître cette crédibilité. Deux d'entre elles ont joué ou dirigé dans la WFA. Sans oublier Catherine Raîche, avocate récemment promue directrice générale adjointe aux opérations football des Alouettes de Montréal, dans la Ligue canadienne.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer