La défensive a souvent le dernier mot au Super Bowl

Malcolm Butler (21) et l'excellente défensive des Patriots... (AP, Elise Amendola)

Agrandir

Malcolm Butler (21) et l'excellente défensive des Patriots ont limité l'ailier espacé Antonio Brown à 77 verges lors de leur victoire de 36-17 contre les Steelers dimanche dernier.

AP, Elise Amendola

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Joe Theismann connaît la sensation de se présenter au Super Bowl avec l'attaque la plus productive de la NFL et d'en sortir perdant.

L'ancien quart des Redskins sait aussi comment ça peut être problématique d'affronter une défense conçue par Bill Belichick. Theismann a donc certaines idées sur ce qui risque d'arriver le 5 février, lors du grand match opposant les Patriots aux Falcons.

La Nouvelle-Angleterre a été le club accordant le moins de points en saison régulière (moyenne de 16 par match), tandis qu'Atlanta a le plus festoyé (34 points par match, en moyenne). En 51 matchs du Super Bowl, ce sera le septième avec de tels paramètres. Comment peut-on expliquer que cinq fois sur six, la défense a eu le dessus?

«En général, c'est à l'attaque où le plus de choses peuvent mal tourner», avance Theismann en entrevue téléphonique. Victorieux lors du Super Bowl de 1983, il a été vaincu lors de celui de 1984, même si Washington avait dominé avec 541 points en saison régulière.

«Bill excelle à cibler un joueur ou un concept vers quoi tout sera déployé pour l'empêcher de faire des dommages en attaque», a dit Theismann. «La défense est moins vulnérable à ce genre de stratégie.» Par exemple, dimanche dernier, les Patriots ont limité l'ailier espacé Antonio Brown à 77 verges et ont gagné 36-17 contre les Steelers.

«Pour Bill, c'est du gros bon sens : si vous avez un gars qui est très bon, voyons comment vous vous débrouillez sans lui», dit Theismann. «Ils n'allaient pas donner de marge de manoeuvre à Antonio Brown. Dans le Super Bowl qui s'en vient, c'est Julio Jones qui va retenir la majorité de l'attention.»

L'attaque menée par le coordonnateur Kyle Shanahan est polyvalente. Les 38 passes de touché de Matt Ryan ont trouvé 13 preneurs, un sommet dans la ligue. Jones s'est le plus distingué, mais il ne faut pas négliger Mohamed Sanu, Taylor Gabriel et les demis offensifs Devonta Freeman et Tevin Coleman.

La référence à l'attaque

Les Falcons ont remporté leurs six derniers matchs, marquant toujours au moins 33 points. «Nous savons qu'ils sont la référence en attaque», a dit le demi de coin Logan Ryan, des Patriots. «Nous estimons avoir la même distinction en défense.»

Les Pats ont signé neuf gains d'affilée, n'accusant jamais de retard dans leurs sept dernières rencontres. «Leur défense est la meilleure de la NFL cette année», a reconnu Shanahan. «On le voit dans les chiffres, et on le voit aussi très clairement en regardant leurs matchs sur vidéo.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer