Une victoire des Packers à la dernière seconde!

Le botteur des Packers, Mason Crosby, a donné... (AP, Tony Gutierrez)

Agrandir

Le botteur des Packers, Mason Crosby, a donné la victoire aux siens en bottant un placement de 51 verges alors que s'écoulaient les dernières secondes du match les opposant aux Cowboys de Dallas.

AP, Tony Gutierrez

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Dallas

Cette fois, ce fut un attrapé et une autre victoire pour les Packers de Green Bay.

Aaron Rodgers a décoché une passe de 36 verges vers Jared Cook le long des lignes de côté et Mason Crosby a réussi un placement de 51 verges alors que les dernières secondes s'écoulaient au cadran pour envoyer les Packers au match de championnat de l'Association nationale grâce à un gain de 34-31 face aux Cowboys de Dallas, dimanche.

La passe de Rodgers vers Cook a dû être confirmée à la reprise vidéo puisque ce dernier a gardé de justesse les pieds à l'intérieur des limites du terrain.

Et elle est survenue après que les Cowboys eurent créé l'égalité deux fois dans les cinq dernières minutes grâce au brio des recrues Dak Prescott et Ezekiel Elliott.

Il s'agissait du troisième placement de plus de 50 verges dans les 98 dernières secondes - deux de Crosby et un de Dan Bailey. Crosby a même dû réussir le placement victorieux à deux occasions après que l'entraîneur des Cowboys, Jason Garrett, eut appelé un temps mort juste avant la première tentative.

Rodgers, qui a permis aux siens de l'emporter la semaine dernière avec une longue passe avant la mi-temps, fera face aux Falcons d'Atlanta de Matt Ryan, dimanche prochain. Il s'agira de son troisième match de championnat, tous à l'étranger. La victoire des Packers était la première de l'équipe à l'étranger, elle qui a signé 12 victoires de suite à domicile en séries.

Les Cowboys (13-4) sont presque devenus la troisième équipe à l'emporter en éliminatoires après avoir tiré de l'arrière par 15 points au quatrième quart. Les Cowboys avaient réussi l'exploit en 1972 quand Roger Staubach avait mené la formation vers une victoire de 30-28 face à San Francisco.

Au lieu de ça, les Cowboys ont encaissé une cinquième défaite de suite en affrontement de section.

Prescott solide

Prescott a amorcé la remontée des Cowboys avec une passe de touché de 40 verges à Bryant en première mi-temps, le premier majeur en éliminatoires pour le receveur étoile. Il a créé l'égalité en rejoignant Jason Witten sur six verges, également le premier touché en séries pour le vétéran de 14 saisons.

Rodgers a remonté le terrain et Crosby a enfilé un placement de 56 verges avant de voir Bailey lui donner la réplique avec un botté de 52 verges.

Les Steelers ont le dessus sur les Chiefs

Qui a besoin d'atteindre la zone des buts quand Le'Veon Bell fait avancer les chaîneurs et Chris Boswell réussit six placements, un record de la NFL en séries?

Ajoutez à cela une défensive coriace et les Steelers de Pittsburgh ont accédé au match de championnat de l'Association américaine en défaisant les Chiefs de Kansas City 18-16, dimanche.

Les Steelers ont eu droit à un autre cadeau des Chiefs avant d'obtenir un rendez-vous avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre, dimanche prochain, afin de gagner une place pour le prochain Super Bowl.

Spencer Ware a franchi la ligne des buts sur une distance d'une verge pour réduire l'écart à 18-16. Les Chiefs ont ensuite réussi un converti de deux points pour créer l'égalité, mais le bloqueur Eric Fisher a été pénalité pour avoir accroché, annulant la réussite. La tentative suivante a échoué.

Avec 2:43 à jouer, Justin Gilbert a mal joué sur un retour de botté et il a été plaqué à la ligne de cinq des Steelers. Ben Roethlisberger a toutefois rejoint Antonio Brown sur une distance de sept verges, lors d'un troisième essai, et les Steelers ont pu écouler les dernières secondes. Les Chiefs n'ont pas gagné un match de séries éliminatoires à domicile depuis 1994, une disette de cinq parties.

Bell solide

Les points ont fusé dans les premières minutes de la rencontre, mais le rythme a par la suite diminué, ce qui a permis à Boswell d'effectuer une démonstration de placement. Il en avait également réussi six contre les Bengals de Cincinnati, plus tôt dans la saison. Bell s'est quant à lui contenté de faire le travail au sol, amassant 170 verges par la course, un record d'équipe. Il en avait obtenu 167 au sol contre les Dolphins de Miami, la semaine dernière.

Les Steelers sont devenus la première formation à gagner un match éliminatoire sans inscrire un touché depuis les Colts d'Indianapolis, lors du premier tour de l'Américaine, en 2006.

Rien n'est acquis pour les Patriots

Le demi-offensif des Patriots de la Nouvelle-Angleterre a... (AP, Steven Senne) - image 4.0

Agrandir

Le demi-offensif des Patriots de la Nouvelle-Angleterre a marqué l'un de ses trois touchés contre les Texans dès le premier quart de la finale de l'Association américaine samedi.

AP, Steven Senne

Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre sont contents de se retrouver à nouveau à la finale de l'Association américaine.

Mais en dépit de leurs succès, il y a beaucoup de ménage à faire dans leur offensive pour qu'ils aient une chance de gagner leur cinquième Super Bowl.

Après avoir fini la saison régulièrement avec seulement deux interceptions - un record parmi les quarts-arrières partants -, Tom Brady en a lancé deux lors de la victoire des Patriots samedi contre les Texans de Houston.

Les Pariots peuvent remercier leur défensive, qui a intercepté Brock Osweiler à trois reprises et a permis de mettre en place le dernier touché du match.

«Il faut qu'on apprenne de nos erreurs, a indiqué Tom Brady. Il y avait beaucoup de petites choses qui, mélangées avec une mauvaise exécution et beaucoup de revirements, c'est dommage, car nous avons travaillé très fort pour tenter de jouer beaucoup mieux que ce qu'on a fait.»

Et même si Dion Lewis était partout sur le terrain avec ses trois touchés, dont un retour de botté de 98 verges - le premier des Patriots de toute la saison -, le jeu au sol n'était manifestement pas au point.

Avec le demi-offensif LeGarette Blount ralenti par un virus, la troupe de Bill Belichik a dû se contenter que 98 verges par la course. Blount a couru à 8 reprises pour 31 verges, soit moins de la moitié de sa moyenne de 73 verges par match.

Mais l'entraîneur Bill Belichick a indiqué que les joueurs ne sont pas les seuls à blâmer; l'équipe d'entraîneurs a aussi sa part de responsabilité.

«Nous devons mieux jouer, nous devons mieux guider les joueurs que nous l'avons fait [samedi], ou notre saison n'aura pas servi à grand-chose.»

Les Texans, eux, commencent leur saison morte avec beaucoup de questions concernant leur offensive, notamment avec le manque de constance de Brock Osweiler.

«Sans surprise, chaque fois qu'une équipe perd, l'offensive doit mieux jouer, car elle n'a pas marqué plus de points que son adversaire, a dit Osweiler. Gagner, ça demande un effort collectif, et ça commence certainement par moi, et personne dans cette équipe ne travaillera plus dur pendant la saison morte pour corriger nos problèmes offensifs», a-t-il assuré. 

Toujours en poste

L'entraîneur des Texans, Bill O'Brien, s'est dit très las de devoir démentir toutes les rumeurs voulant qu'il soit sur un siège éjectable. «J'en ai assez d'y répondre», a-t-il tonné. 

O'Brien en est à sa troisième année d'un contrat de cinq ans. Les Texans ont atteint les séries éliminatoires deux années d'affilée.

«Je serai de retour à la prochaine saison. Je serai l'entraîneur-chef des Texans, a-t-il confirmé. Mais comme je l'ai déjà mentionné, je dois faire un meilleur travail. Je ne veux blâmer personne, je me regarde dans le miroir. Je regarde tout droit dans le miroir.»

Festival du sac du quart

Whitne Mercilus a plaqué Brady pour une perte de quatre verges au deuxième quart, ce qui lui donne un record d'équipe avec six sacs en séries.

«Ça faisait partie de notre plan de match, d'être dans ses jambes et de l'ennuyer, a dit O'Brien. Et nos gars ont fait un excellent travail de ce côté-là.» Mercilus a ainsi dépassé J.J. Watt et Brooks Reed quant au nombre de sacs du quart. 

Un autre record pour Belichik

La finale de l'Association américaine de la semaine prochaine sera la 11e de Bill Belichick à titre d'entraîneur-chef des Patriots. Il dépasse ainsi Tom Landry (10) pour le plus grand nombre de finales d'association en tant qu'entraîneur-chef.

Des mains en or

Julian Edelman est désormais septième dans le palmarès de la NFL pour le nombre d'attrapés en séries éliminatoires avec 81 réceptions. Il a commencé le match au 11e rang, mais il a doublé Anquan Boldin (68), Art Monk (69), Fred Biletnikoff (70), Cliff Branch (73) et Thurman Thomas (76). Il pourrait également dépasser Andre Reed (85), Michael Irvin (87), Wes Welker (88) et Reggie Wayne (93). Jerry Rice est au premier rang avec 151 réceptions.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer