Clemson et Alabama: revanche et dernière chance

Le quart-arrière des Tigers de Clemson, Deshaun Watson,... (AP, Ross D. Franklin)

Agrandir

Le quart-arrière des Tigers de Clemson, Deshaun Watson, qui disputera lundi son dernier match universitaire, aura la dure mission de vaincre la meilleure défensive du football universitaire américain, celle du Crimson Tide de l'Alabama. L'an dernier, au championnat national, Alabama avait vaincu Clemson 45-40.

AP, Ross D. Franklin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Tampa

L'entraîneur des Tigers de Clemson, Dabo Swinney, a encore cette photo dans son téléphone.

La photo montre l'entraîneur de l'Université de l'Alabama, Nick Saban, et Swinney posant lors d'une croisière en mars dernier près de Boca Grande, un populaire site de pêche au sud-ouest de la Floride.

Swinney avait salué Saban en début de croisière et lui avait remis un chèque-cadeau échangeable à son restaurant favori. Derrière le chèque apparaissait le message suivant : «On se voit à Tampa l'an prochain.»

Dix mois plus tard, la prédiction s'est réalisée, et les deux hommes seront prêts à s'affronter pour le Championnat national de la NCAA lundi soir. 

D'un côté, Saban et le Crimson Tide sont des abonnés de cette rencontre, eux qui participeront au match pour la cinquième fois en huit ans. De l'autre, Swinney et les Tigers, qui tenteront de prendre leur revanche, eux qui se sont inclinés 45-40 lors de la finale l'an dernier. 

«Maintenant ou jamais»

En plus d'une revanche, il s'agit peut-être de la dernière chance des Tigers pour un petit bout de temps.

En effet, la fenêtre se referme presque complètement pour les Tigers, qui verront presque tous leurs meilleurs joueurs faire le saut dans la NFL l'an prochain. 

«On sait que c'est maintenant ou jamais», a lancé le receveur Mike Williams, samedi. Nous perdrons plusieurs membres importants.»

En premier lieu, le quart-arrière des Tigers (13-1), Deshaun Watson, premier quart de l'histoire universitaire à récolter 1000 verges par la course et 4000 verges par la passe lors de la même saison, en 2015, s'en ira chez les pros. Tout comme le demi offensif Wayne Gallman, Williams et le receveur Artavis Scott.

Gallman a établi le record de l'Université pour les verges au sol (1527) l'an dernier. Williams, lui, est considéré comme un choix de première ronde presque certain en avril prochain, tandis que Scott est le meneur de tous les temps à Clemson pour les réceptions (242). 

Du côté défensif, Clemson verra également quitter le demi de coin Cordrea Tankersley, le demi de sûreté Jadar Johnson, le secondeur Ben Boulware et l'ailier défensif Carlos Watkins. En résumé, leurs deux meilleurs demis défensifs et leurs meneurs pour les plaqués et les sacs du quart. 

Le seul titre national de Clemson remonte à l'année 1981. Trente-six ans plus tard, les ingrédients sont en place pour mettre fin à cette disette.

«Nous avons une équipe solide, à notre image, analyse Boulware. Nous sommes meilleurs que jamais, et surtout nous sommes plus constants. Je crois que maintenant, les gens nous respectent.»

Le Crimson Tide, un mur

Mais pour passer d'équipe respectée à équipe championne, le Crimson Tide (14-0) se dresse encore dans le chemin.

«On doit les vaincre. Pour être les meilleurs, on doit vaincre les meilleurs. Et jusqu'à preuve du contraire, Alabama a la meilleure équipe, poursuit Boulware. Ils sont le modèle à suivre et on veut se hausser à leur niveau.»

Perdants en 2016, les Tigers savent ce qu'est la principale force de leurs adversaires : la défensive.

Le Crimson Tide s'amène au grand match avec la meilleure défensive de la NCAA, n'ayant accordé que 11,4 points par rencontre et concédé seulement 244 verges par match à ses adversaires.

Ce fait remarquable n'est toutefois pas nouveau, la défensive étant depuis quelques années la principale carte de visite de cette dynastie du football universitaire américain, qui a remporté le titre national à quatre reprises lors des sept dernières années (2009, 2011, 2012 et 2015). 

Depuis 2008, la défensive de l'Alabama a terminé au premier rang de la NCAA pour les verges accordées à trois reprises et s'est classée une seule fois hors du top 5 (12e en 2014). 

C'est probablement en raison de cette domination défensive que Saban n'a pas hésité, à une semaine du grand match, à congédier son coordonnateur offensif, Lane Kiffin, qui a dû céder son poste à Steve Sarkisian. 

«La défensive. Il mise sur la défensive. Il compte sur son attaque seulement pour écouler le temps et garder l'équipe dans le match», a déclaré le receveur étoile des Falcons d'Atlanta, Julio Jones, qui a joué pour Saban en Alabama de 2008 à 2010. 

Le principal intéressé, lui, n'hésite pas à dévoiler le secret du succès de son unité défensive : le recrutement et le développement. 

«J'essaie seulement de recruter les joueurs qui collent bien à mon système, et ensuite c'est mon rôle de les développer pour qu'ils deviennent de meilleurs joueurs. Les gars arrivent sur le terrain en connaissant bien leur rôle et ils savent exactement ce qu'ils ont à faire.»

Même s'ils ont quand même réussi à inscrire 40 points contre la défensive de Saban lors du match de l'an dernier, les Tigers sont bien conscients de la puissance de leurs adversaires et qu'ils devront trimer dur pour répéter cet exploit.

«Contre ces gars-là, on doit mériter chaque verge», n'hésite pas à dire Jeff Scott, co-coordonnateur à l'attaque des Tigers. «À chaque attrapé, notre receveur aura un de leurs gars sur son dos. Ce sera à nos joueurs de travailler pour transformer ces gains en gros jeux.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer