Plus rien n'arrête Rodgers

Aaron Rodgers a porté un dur coup aux... (AP, Mike Roemer)

Agrandir

Aaron Rodgers a porté un dur coup aux Giants de New York en rejoignant Randall Cobb dans la zone des buts avec une bombe de 42 verges sur le dernier jeu de la première demie, ce qui a placé Green Bay en avance 14-6. Les Packers n'ont plus regardé derrière, en route vers un gain de 38-13.

AP, Mike Roemer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Green Bay

Aaron Rodgers, le maître de la bombe, a encore frappé au bon moment.

Rodgers a fait fi d'un début de match difficile pour finalement lancer quatre passes de touché, dont une de 42 verges à Randall Cobb avant la mi-temps, et il a guidé les Packers de Green Bay vers une victoire de 38-13, dimanche, face aux Giants de New York.

Rodgers a complété 25 de ses 40 passes pour 362 verges de gains, continuant sur sa lancée qui a permis aux Packers de gagner leurs six derniers matchs de saison régulière et remporter le titre de la section Nord de la Nationale. Cobb a attrapé cinq passes pour 116 verges de gains et trois touchés.

Pendant de longs moments en première demie, la défensive des Giants a frustré Rodgers. La foule a même commencé à huer les Packers quand les Giants menaient 6-0 grâce à deux placements de Robbie Gould.

Mais finalement, tard en première demie, Rodgers a finalement ouvert la machine.

Les Packers ont marqué deux majeurs dans les dernières 2:20 du deuxième quart, ponctués par une autre passe miraculeuse de Rodgers.

Avec le ballon à la ligne de 42 des Giants, le numéro 12 a reçu la remise avec six secondes au cadran. Il s'est déplacé vers sa droite et a lancé une longue passe vers la zone des buts. Cobb s'est retrouvé derrière trois rivaux dans le fond de la zone payante et le ballon a abouti dans ses mains.

«Nous avons réussi la bombe. Ça nous a donné du rythme», a dit Rodgers.

De leur côté, les Giants étaient sous le choc, comme les Lions de Detroit et les Cardinals de l'Arizona la saison dernière, quand Rodgers avait réussi des exploits similaires.

«Ils ont mieux joué le jeu que nous, a noté l'entraîneur-chef des perdants, Ben McAdoo. C'était toute une passe et tout un attrapé.»

Rodgers et Cobb n'avaient pas dit leur dernier mot.

Ils ont répété l'exploit sur 30 verges tard au troisième quart, ce qui a creusé l'écart à 21-13.

«Nous avons trouvé notre rythme en deuxième demie, notre synchronisme, en tentant des passes rapides, a raconté Rodgers. Nous avons évité les jeux négatifs et la ligne offensive a fait du bon travail.»

Passes échappées

La défensive des Packers a trouvé le moyen de limiter la production d'Odell Beckham Jr et du groupe de receveurs des Giants, malgré une tertiaire amochée.

Beckham n'a capté que quatre passes pour 28 verges de gains. Eli Manning a quant à lui terminé la journée avec 299 verges de gains, lui qui a complété 23 de ses 44 relais. Une des passes de Manning a trouvé preneur dans la zone des buts, un touché de 41 verges de Tavarres King au troisième quart.

La fiche de Manning aurait cependant pu être meilleure si ce n'avait été des passes échappées par ses receveurs.

«C'est l'histoire de quelques pouces et nous sommes arrivés à court sur quelques jeux», a déclaré Beckham.

Cobb a connu une autre grande soirée après avoir raté les deux derniers matchs de la saison régulière en raison d'une blessure à une cheville. Davante Adams a capté huit passes pour 125 verges de gains et un touché.

«Davante a réussi plusieurs jeux, a mentionné Rodgers. Et Randall Cobb, qui manquait à cette offensive depuis longtemps. Nous sommes meilleurs quand il est sur le terrain et il l'a rappelé ce soir.»

Nelson blessé

Le seul véritable point négatif pour les Packers dans la victoire est la perte du receveur Jordy Nelson, qui a quitté la rencontre après 11 minutes de jeu au deuxième quart en raison d'une blessure aux côtes. Il n'est pas revenu dans le match et l'équipe n'a pas divulgué plus de détails sur sa blessure.

Au deuxième tour éliminatoire, Green Bay se rendra à Dallas dimanche prochain pour y affronter les Cowboys. Lors de la sixième semaine de la saison, Dallas l'avait emporté sur le terrain des Packers par la marque de 30-16.

Miami 12/Pittsburgh 30: les étoiles, enfin réunies, scintillent

Le receveur Antonio Brown (84), qui n'avait inscrit... (AP, Fred Vuich) - image 3.0

Agrandir

Le receveur Antonio Brown (84), qui n'avait inscrit aucun touché en six matchs éliminatoires depuis le début de sa carrière, a brisé cette séquence en inscrivant deux majeurs au premier quart, dimanche.

AP, Fred Vuich

Des blessures ont forcé Ben Roethlisberger, Antonio Brown et Le'Veon Bell à attendre trois saisons avant d'avoir l'occasion de disputer un match éliminatoire ensemble. Les trois étoiles des Steelers de Pittsburgh n'auront pas besoin d'attendre longtemps avant d'en disputer un autre.

Bell a établi un record d'équipe en éliminatoires avec une récolte de 167 verges de gains au sol et deux majeurs, Brown a capté cinq passes pour 124 verges de gains et deux touchés au premier quart, permettant aux Steelers de filer vers une victoire de 30-12 face aux Dolphins de Miami, dimanche.

«Le'Veon a été une vraie bête, a dit Brown. Il nous a permis de contrôler la ligne de mêlée en courant à travers les gars et en trouvant le moyen d'atteindre la zone des buts. Quand il joue comme ça, nous sommes une équipe difficile à battre.»

«Nous voulions nous présenter sur le terrain et lancer un message», a de son côté déclaré Bell.

Les Steelers ont signé une huitième victoire de suite tout en vengeant un revers encaissé face aux Dolphins en octobre. Ils retrouveront maintenant sur leur chemin les Chiefs à Kansas City, dimanche prochain. Les Steelers avaient vaincu les Chiefs 43-14, le 2 octobre dernier à Pittsburgh.

Torse nu dans le froid

Les Dolphins ont tenté de faire fi du froid en s'échauffant en manches courtes. Le secondeur des Steelers, Ryan Shazier, a fait encore mieux en se promenant torse nu, passant le message que son équipe était très à l'aise dans le froid.

Et les Steelers ont certainement eu l'air plus à l'aise que les Dolphins.

Ils ont inscrit des points sur chacune de leurs trois premières possessions et la disette des Dolphins sans victoire en éliminatoires atteindra au moins une 17e année.

Brown a transformé deux courtes passes en longs touchés. Le premier, sur un sprint de 50 verges du côté gauche, a été inscrit après que Brown eut patiemment attendu que l'ailier rapproché Jesse James lui fournisse le bloc nécessaire. Le deuxième, sur 62 verges après un tracé en croisé, permettait aux Steelers de creuser l'écart à 14-0 après seulement 10 minutes de jeu.

Coûteux revirements

Effectuant un premier départ en éliminatoires en relève à Ryan Tannehill, blessé à un genou, le quart des Dolphins, Matt Moore, est demeuré dans le match malgré un sévère plaqué de la part du secondeur des Steelers Bud Dupree au deuxième quart. Moore est revenu sur le terrain quelques instants plus tard, alors qu'il semblait encore étourdi.

Il a finalement complété 29 de ses 36 passes pour 289 verges de gains, un touché et une interception. Il a aussi échappé deux fois le ballon dans le territoire des Steelers quand les Dolphins étaient toujours dans le coup.

«C'est difficile de gagner quand vous commettez des revirements, a admis Moore. Vous ne pouvez pas faire ce genre d'erreurs lors des éliminatoires. Je prends la responsabilité du résultat.»

Du côté des Steelers, Roethlisberger a complété ses 10 premières passes et il a terminé la rencontre avec une fiche de 13 en 18, pour des gains de 189 verges. Il a lancé deux passes de touché, mais a été intercepté deux fois. Il portait une botte protectrice au pied droit quand il a rencontré les membres des médias après la rencontre, mais il a mentionné que c'était seulement par mesure préventive.

Roethlisberger a expliqué qu'il s'était foulé la cheville quand il a été victime d'une interception sur l'avant-dernière séquence à l'attaque des Steelers. Il a rapidement quitté le terrain par la suite, mais il a déclaré qu'il serait à son poste face aux Chiefs.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer