Le Rouge et Or en huit conquêtes

Daniel Fleury (à droite) and le Rouge Or... (La Presse canadienne, Adrian Wyld)

Agrandir

Daniel Fleury (à droite) and le Rouge Or avec la Coupe Vanier en 1999.

La Presse canadienne, Adrian Wyld

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'équipe de football de l'Université Laval tente samedi de décrocher son neuvième championnat national. En rafale, Le Soleil vous raconte l'histoire des huit conquêtes de la Coupe Vanier du Rouge et Or.

1999 à Toronto

(Laval 14, St. Mary's 10)

Dirigé par Jacques Chapdelaine, le Rouge et Or arrive d'un peu nulle part. Il écrase Concordia (42-16) en demi-finale québécoise, puis Ottawa (38-6) à la Coupe Dunsmore. Les deux équipes qui l'avaient battu en saison régulière. Suit une victoire à l'arraché contre la Saskatchewan (27-21). En finale, une guerre de tranchées. Victime d'une commotion cérébrale, le quart Mathieu Bertrand tombe au combat après avoir complété 10 de ses 18 passes. La défensive se lève. Avec une minute à jouer, «Pépé» Esposito réussit un plaqué, l'adversaire échappe le ballon. Laval célèbre pour la première fois.

2003 à Toronto

(Laval 14, St. Mary's 7)

Pierre Tremblay, Pascal Masson et Yannick Brissette en... (La Presse Canadienne, Aaron Harris) - image 3.0

Agrandir

Pierre Tremblay, Pascal Masson et Yannick Brissette en 2003

La Presse Canadienne, Aaron Harris

Mathieu Bertrand dirige cette année-là une attaque dévastatrice, la meilleure de l'histoire de l'équipe, encore aujourd'hui. En huit matchs de saison régulière, 479 points inscrits au tableau! Ça se poursuit jusqu'en finale, exclusivement. La défensive doit alors prendre le relais, à l'image de 1999. Jean-Frédéric Tremblay inscrit le seul majeur du match au troisième quart, mais le gros jeu survient dans les derniers instants, lorsque Pascal Masson intercepte une passe du quart de St. Mary's, Bill Robertson. Coordonnateur de la défensive en 1999, Glen Constantin soulève sa première de sept Coupes Vanier comme entraîneur-chef.

2004 à Hamilton

(Laval 7, Saskatchewan 1)

Glen Constantin est arrosé par Pierre-Luc Yao après... (La Presse Canadienne) - image 5.0

Agrandir

Glen Constantin est arrosé par Pierre-Luc Yao après leur victoire en 2004, à Québec.

La Presse Canadienne

Il y a des airs de 2016 dans le parcours du Rouge et Or en 2004. Ou vice-versa. Défaite contre Montréal au PEPS tôt en saison; victoire contre Concordia en demi-finale québécoise; victoire à Montréal à la Coupe Dunsmore; victoire contre Laurier pour la Coupe Uteck à Québec; Coupe Vanier disputée à Hamilton... L'adversaire en finale n'est pas le même, toutefois. En 2004, le Rouge et Or se fie de nouveau à sa défensive. Aucun touché dans le match. Matthieu Proulx réalise deux interceptions, le botteur Matthew Leblanc est élu joueur par excellence. L'attaque en arrache tellement, l'affrontement est si serré que le coordonnateur Justin Ethier dit avoir «vieilli de 20 ans» pendant la rencontre.

2006 à Saskatoon

(Laval 13, Saskatchewan 8)

Les amateurs du Rouge et Or se massent... (La Presse Canadienne) - image 7.0

Agrandir

Les amateurs du Rouge et Or se massent près de Grande Allée pour le défilé post-victoire du Rouge et Or en 2006.

La Presse Canadienne

Il fait froid cette journée-là, en Saskatchewan. Près de - 30 °C. Au point où les ballons dégonflent! Pas surprenant d'assister à un autre duel défensif. Tout semble jouer contre le Rouge et Or : leurs adversaires, encore les Huskies, évoluent devant leurs partisans. Perdants des deux finales précédentes, ils sont favoris. Mais la bande à Constantin voit les choses autrement. Guillaume Allard-Caméus inscrit le seul touché du match; Éric Maranda est nommé joueur par excellence, grâce entre autres à une interception. «Parmi les quatre [coupes Vanier], c'est sûrement la plus importante après celle de 1999», lance alors l'entraîneur-chef Glen Constantin.

2008 à Hamilton

(Laval 44, Western 21)

Julian Feoi-Gudino regarde par dessus son épaule alors... (La Presse Canadienne) - image 9.0

Agrandir

Julian Feoi-Gudino regarde par dessus son épaule alors qu'il se dirige vers la zone des buts. En 2008, le receveur Julian Feoli-Gudino avait connu un deuxième quart du tonnerre avec deux touchés.

La Presse Canadienne

Parfait! Pour la première fois de son histoire, le Rouge et Or complète l'année sans avoir perdu un seul match. Après avoir vaincu les Dinos de Calgary 59-10 à la Coupe Uteck, il conclut ce beau parcours par une performance offensive explosive (enfin!) contre les Mustangs de Western Ontario. Le receveur Julian Feoli-Gudino connaît un deuxième quart du tonnerre avec deux touchés, le premier sur un retour de botté de 72 verges, le deuxième sur une passe et course de 82 verges. Le quart Benoît Groulx brille avec des gains par la passe de 383 verges.

2010 à Québec

(Laval 29, Calgary 2)

Sébastien Lévesque score le premier touché contre les... (La Presse Canadienne) - image 11.0

Agrandir

Sébastien Lévesque score le premier touché contre les Dinos en 2010.

La Presse Canadienne

Une sorte de revanche! Tout le monde attendait le R et O en finale, l'année précédente, lors de la première présentation de la Coupe Vanier à Québec. Mais les Golden Gaels de Queen's l'a surpris 33-30 en demi-finale. Cette fois-ci, Laval surfe sur une saison parfaite, complétant le travail avec un match sans faille et sous la neige, au PEPS. L'explosif porteur Sébastien Lévesque court 168 verges, en route vers le titre de joueur par excellence. La défensive est impeccable, accordant 140 petites verges aux Dinos, un record de la Coupe Vanier. Seul un touché de sûreté a permis à Calgary d'éviter le jeu blanc.

2012 à Toronto

(Laval 37, McMaster 14)

Devant 37 098 spectateurs - un record -,... (The Canadian Press) - image 13.0

Agrandir

Devant 37 098 spectateurs - un record -, Maxime Boutin gagne 253 verges au sol, en plus d'inscrire deux touchés en 2012.

The Canadian Press

Avec ce septième sacre, le R et O devient l'équipe la plus décorée de l'histoire. En seulement 17 saisons officielles! Elle a dû être savoureuse, cette victoire. Car en 2011, les Marauders de McMaster avaient soulevé le trophée au terme d'un match-marathon contre Laval. Une défaite de 41-38 en prolongation dont le R et O se souvenait que trop bien un an plus tard. Devant 37 098 spectateurs - un record -, Maxime Boutin gagne 253 verges au sol, en plus d'inscrire deux touchés. «Des sept, c'est peut-être la Coupe Vanier la plus valorisante», affirme Constantin après la rencontre. «C'était le plus grand défi auquel on a eu à faire face.»

2013 à Québec

(Laval 25, Calgary 14)

Pascal Lochard et Vincent Desloges en 2013... (La Presse Canadienne) - image 15.0

Agrandir

Pascal Lochard et Vincent Desloges en 2013

La Presse Canadienne

En triomphant au Stade Telus-UL devant 18 543 amateurs, le Rouge et Or gagne une 65e victoire de suite sur ses terres. Dans un antépisode de la finale de samedi, Laval remporte un affrontement «ardu, très difficile», selon Constantin. Au troisième quart, il tire de l'arrière 14-12. Mais il continue de pilonner les Dinos avec des jeux au sol. Pascal Lochard inscrit le seul majeur du match des locaux avec moins de six minutes à faire. Laval gagne 449 verges par la course, pulvérisant son propre record de 2012 (373). Boris Bede se signale aussi : ses cinq placements font la différence.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer