La nostalgie attendra pour le Rouge et Or

Le convoi de deux autocars s'est ébranlé à... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le convoi de deux autocars s'est ébranlé à destination de Hamilton, mercredi, sur le coup de midi. Parti du PEPS, le Rouge et Or se rend dans la capitale ontarienne de l'acier pour disputer le match de la Coupe Vanier, samedi, dès 13h.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pour les finissants du Rouge et Or, la nostalgie attendra. Le match de la Coupe Vanier, si crucial, leur interdit d'être trop contemplatifs.

Avec le receveur de passes Félix Faubert-Lussier, les demis défensifs Gabriel Marcoux et Alex Hovington sont les seuls partants de l'Université Laval qui complèteront samedi leur cinquième et dernière année d'éligibilité. Les trois seuls joueurs, bref, qui ne pourront plus renfiler l'uniforme Rouge et Or. 

La fin, «c'est encore un peu trop loin. Je suis tellement excité par la possibilité d'être champion national, que je pense le réaliser seulement par la suite. Mon focus est vraiment juste à gagner ce match-là», affirme Hovington, un demi défensif étoile.

Après la rencontre de samedi dernier, leur dernière au PEPS, les émotions se sont bousculées chez Marcoux et Hovington. Elles étaient toutefois provoquées par la grisante sensation de victoire et non par la nostalgie.

«Après le match, les gars me faisaient remarquer que c'était mon dernier au PEPS, et ce n'était pas aussi émotif que je l'aurais pensé. Je suis juste all in pour la Coupe Vanier», dit Marcoux, lui aussi un demi défensif élu sur l'équipe étoilée au Québec.

Le Soleil s'est malgré tout permis de demander aux deux hommes d'analyser leurs années chez le Rouge et Or. Un constat s'impose : leur aventure sportive à l'Université Laval les a fait évoluer, comme joueur de football, mais surtout comme personne.

«Je me suis vu grandir», a souligné Hovington, nommant le coordonnateur défensif Marc Fortier comme principale influence. «J'ai rencontré des personnes assez incroyables dans l'organisation du Rouge et Or. J'ai pris la décision de venir à l'Université Laval parce que je voulais me surpasser comme individu. J'ai eu plusieurs challenges, beaucoup d'épreuves. Je peux dire que si on remporte le match de la Coupe Vanier, ça va être mission accomplie.»

Et en cas de défaite? «Ça va être mission accomplie quand même, mais avec un bémol», a répondu «Hovi», longtemps ennuyé par une blessure à un genou.

De son côté, Marcoux a appris l'importance de se donner à fond. En suivant l'exemple. «C'est une attitude. J'ai rarement vu du monde autour de moi travailler aussi fort. Spécialement les entraîneurs. C'est avec le Rouge et Or que j'ai compris ce que voulait dire "travailler fort pour atteindre ses buts".»

Vétérans de 2013

Marcoux et Hovington sont deux des sept membres de l'équipe qui ont affronté les Dinos de Calgary, prochains adversaires samedi à Hamilton, lors du dernier grand triomphe de l'équipe lavalloise, en 2013. Le premier terminera l'an prochain son bac en administration. Le deuxième espère atteindre les rangs professionnels après sa carrière universitaire. Il obtiendra son diplôme en communication d'ici la fin de 2016. 

Ils s'ennuieront du sport qu'ils aiment, mais encore plus de la camaraderie qui vient avec. «Juste d'être avec les boys... Je pense que ça va être un moment tough pour moi [de ne plus les côtoyer]», prévoit Marcoux, qui avait annoncé il y a quelques mois faire une croix sur sa dernière saison pour des raisons personnelles, avant de changer d'avis, «une des meilleures décisions de ma vie».

«Je vais m'ennuyer du vestiaire, des moments avec les gars», dit Hovington. «Dès que j'avais deux minutes dans ma journée, je pouvais aller au vestiaire et je savais que quelqu'un allait être là. Une confrérie comme ça, tu ne retrouveras plus vraiment ça par la suite...»

La filière québécoise des Dinos

Adam Sinagra (12), un des deux Québécois des... (fournie par les Dinos de Calgary, David Moll) - image 3.0

Agrandir

Adam Sinagra (12), un des deux Québécois des Dinos, a vu plus d'action que prévu cette saison en raison de la blessure au quart partant, Jimmy Underdahl.

fournie par les Dinos de Calgary, David Moll

«Je voulais changer d'air, vivre de nouvelles aventures.» Avec Jamal Noël, le quart-arrière Adam Sinagra complète la «filière québécoise» des Dinos de Calgary. Les deux joueurs anglophones auraient pu choisir une université située plus près de leur Montréal natale, mais l'appel de l'Alberta s'est avéré plus fort.

Pour Sinagra, tout est tombé en place lors de sa visite du campus. Un mariage parfait, autant du point de vue universitaire que sportif. «Les étoiles étaient alignées», dit-il.

De son côté, Noël a choisi les Dinos pour l'aspect professionnel du programme de football. À Calgary, «on ne retire jamais notre pied de la pédale», lance-t-il, parlant autant du travail sur le terrain qu'à l'extérieur.

Être loin de la maison est «difficile, très ardu. Mais quand on a un objectif en tête», il faut être prêt à faire des sacrifices, dit le receveur de passes et retourneur de bottés, dont les parents demeurent à Châteauguay. Il ne cache pas cet objectif : jouer un jour dans la Ligue canadienne.

Sinagra s'adapte plus facilement à l'éloignement. D'autant plus que sa mère travaille pour Air Canada et peut assister à plusieurs de ses matchs.

Le quart-arrière a vu beaucoup d'action, cette saison. Plus que prévu. L'ancien des Islanders de John-Abbott a remplacé le quart partant Jimmy Underdahl, blessé, en deuxième moitié de saison. Ce dernier a toutefois repris ses droits au retour de la mi-temps du match de la Coupe Mitchell, samedi dernier. Sinagra avait pourtant complété 17 de ses 27 passes pour 234 verges. Mais Underdahl a permis d'inscrire deux touchés à ses deux premières séries à l'attaque, menant les siens à une victoire de 50-24 sur les X-Men de StFx.

«Adam a eu une excellente première demie, il n'avait rien fait de mal», avait expliqué l'entraîneur-chef Wayne Harris. «On voulait simplement voir comment Jimmy se débrouillerait en situation de match.»

Futur quart numéro 1

Sinagra risque donc d'amorcer la rencontre de samedi sur les lignes de côté. «En tant que compétiteur, tu veux être sur le terrain. Mais notre saison est une affaire d'équipe. Je suis juste heureux d'avoir la chance de remporter un championnat national», indique celui qui est perçu comme le futur quart numéro 1 des Dinos, Underdahl en étant à sa dernière saison.

Mais d'ici là, il y a le Rouge et Or. Les Dinos ne souffrent d'aucun complexe devant leurs prochains rivaux, assurent Noël et Sinagra. «Ils jouent pendant 60 minutes, ils sont concentrés, bien dirigés», reconnaît Noël, un ancien du Collège Champlain qui connaît les Pivin, Lussier-Roy, Lévesque, Auclair et McGee du côté de Laval. «Mais vous savez quoi? Nous jouons aussi pendant 60 minutes. Nous sommes aussi concentrés. Nous sommes aussi bien dirigés.»

«Ils ont une mystique, mais ils sont humains, ajoute Sinagra. Si on joue bien, on peut les battre.»  Jean-Nicolas Patoine

Betts et Auclair en lice

Les honneurs individuels du football universitaire canadien seront décernés jeudi soir, lors d'un gala tenu au Centre des congrès de Hamilton. Des sept prix majeurs, deux pourraient revenir à un joueur du Rouge et Or. Le demi défensif Adam Auclair est en lice comme recrue de l'année pour le trophée Peter-Gorman et vise un trois en trois pour l'UL après ses coéquipiers Mathieu Betts, en 2015, et Hugo Richard, en 2014. L'ailier défensif Betts est cité pour le titre de meilleur joueur de ligne au Canada, ce qui en ferait le premier Québécois depuis Laurent Duvernay-Tardif (McGill) en 2013 à gagner le trophée J.P.-Metras et premier du Rouge et Or depuis le doublé d'Arnaud Gascon-Nadon, en 2010 et en 2011.

Pour une 10e année, le titre de joueur par excellence sera attribué à un quart-arrière avec quatre pivots en nomination : Samuel Caron (Montréal), le favori Noah Picton (Regina), Derek Wendel (Ottawa) et Tivon Cook (St. FX) bataillent pour le trophée Hec Crighton. Adversaires du Rouge et Or en grande finale samedi, les Dinos de Calgary n'ont aucune nomination pour ces prix majeurs. Les deux équipes d'étoiles pancanadiennes seront aussi dévoilées.  Olivier Bossé

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer